8/10

Mary Godwin

Une excellente surprise. Bien scénarisé, bien construit et bien dessiné, ce manhwa a tout pour plaire.

Si le nom de Mary Godwin ne vous dit rien, ça n'a rien d'étonnant. Cette femme est beaucoup plus connue sous son nom marital, Mary Shelley. Elle est encore plus connue en tant qu'écrivain d'un des romans d'horreur les plus connus, adapté maintes fois en films, et dont le nom est connu de tous : Frankenstein. On savait les auteurs de manga / manhua / manhwa friands de romans d'aventures européens classiques. On les savait beaucoup moins intéressés par les auteurs des-dits romans. Un choix peu commun de Park Soul Ah et Yoo Jin Su, qui se révèle être une très bonne idée.

Mary Godwin a mis beaucoup de temps avant de devenir Mary Shelley. Son futur mari, Percy B. Shelley est une jeune poète qui a abandonné femme et enfants pour retrouver Mary. Mais en mari comme en concubin, il reste avant tout un homme volage, trompant ses compagnes et ne tenant pas en place. Il est en tout cas très amis avec Lord Byron, un Casanova anglais. Qui se ressemble s'assemble. C'est au cours d'une soirée que Lord Byron propose à tous les convives présents d'écrire pour leur prochaine réunion une histoire d'épouvante. C'est en entendant parler par hasard d'une expérience scientifique que Mary aura l'idée du Docteur Frankenstein et de sa créature. Au même moment arrive au domicile de Percy un jeune domestique masqué réservé et ténébreux, Jean. Et bien qu'il inspire beaucoup de répulsion à Mary, il va rapidement devenir le moteur de l'écriture du roman, Mary se contentant de coucher sur le papier les idées qu'il lui souffle de manière plus ou moins anodine.

Le flou qui entoure la vie de Mary Shelley et le romantisme aristocratiques de ses compagnons de l'époque laissent le champ libre à l'imagination débridée des deux auteurs. Sur un fond réaliste viennent se greffer tout un univers mystérieux, presque glauque. En n'utilisant que des sous entendus, que des ragots, jamais aucun fait, le scénario créé une ambiance pesante. Le jeune serviteur masqué pourrait éventuellement venir d'une maison dont tout le membres sont morts, d'autant plus qu'un des cadavres n'a jamais été retrouvé. Mais rien ne vient étayer cette hypothèse. La seule chose qui est sûre, c'est que ce jeune homme est un manipulateur de tout premier plan, qui a tôt de s'attirer la sympathie des puissants et l'antipathie de tous les autres.

img10937_b2250180mangasvfmariegodwinvol1_250
Mary Godwin (c) Gochawon
On assiste en parallèle à la révélation du véritable caractère de Jean et à la création du monstre de Frankenstein. Tandis que l'un apprend les ficelle du métier, l'autre naît. Tandis que l'un manigance, l'autre apprend à lire, parler et compter. Tandis que l'un se révèle machiavélique, l'autre se révèle auprès des hommes. Une double progression évidemment liée par le fait que le véritable auteur de l'histoire est Jean. Cette évolution de l'histoire n'est que le plus criant des exemples qui illustrent la construction de ce manhwa. On sent que d'un bout à l'autre les deux auteurs tiennent fermement les rennes de leur histoire, ne distillant les informations qu'au compte goutte, en prenant leur temps. Cette suite d'événements non précipité confère au récit un semblant de vérité bienvenue, qui permet de contrebalancer les petites choses qui ici et là semblent trop fantastiques. Qu'il y ai un tueur psychopate dans les parages, on s'y presque habitué, il y en a un dans la moitié des manga / bandes dessinées / romans / films / jeux vidéos... Mais qu'un écrivain se retrouve plongé en transe lorsqu'il écrit et qu'il se réveille en sueur à la fin de sa séance d'écriture, c'est déjà moins commun. Mais cela participe à l'ambiance. Tout comme les dessins. Ceux ci emploient la même méthode que les mangas de Kei Toume. Le trait est gras, plein d'irrégularité. Il confère au manga une touche de chaleur de d'authenticité. Ce style alterne avec un autre, plus épuré, plus proche des codes du shôjo.

Ce premier tome très réussi créé la surprise, comme l'avait fait La Lune et le Soleil auparavant (et chez le même éditeur). Si le volume suivant est de qualité, il y a des chances pour que cette série devienne une très bonne série. Ce volume n'étant finalement qu'une introduction, la suite s'annonce sous les meilleures augures.
A découvrir

Spinning Web

Partager cet article

A propos de l'auteur

    9 commentaires

    • Anonyme

      30/05/2007 à 17h08

      Répondre

      4 c'est encore trop pour ce manhwa vraiment trop naze...

    • juro

      31/05/2007 à 15h33

      Répondre

      Je me montre clément de temps en temps, il parait que je suis trop dur

    • iscarioth

      31/05/2007 à 15h43

      Répondre

      Anonymous a dit :
      4 c'est encore trop pour ce manhwa vraiment trop naze...


      Faut être indulgent, sinon 95% des mangas ne passent pas la moyenne


    • Djak

      31/05/2007 à 16h11

      Répondre

      dans l'idée c'est un manhwa

    • iscarioth

      31/05/2007 à 16h52

      Répondre

      Oh vous savez, moi, l'argentine, le brésil, je fais pas la différence

    • Anonyme

      02/06/2007 à 15h53

      Répondre

      Gallu a dit :
      Oh vous savez, moi, l'argentine, le brésil, je fais pas la différence


      Seulement le manhwa c'est coréen.

    • Anonyme

      01/05/2008 à 10h55

      Répondre

      I like Mary Godwin very much ^-^


      It´s my second favorite! ^o^


      Jean is cute. *nod nod*

    • Anonyme

      18/07/2008 à 16h07

      Répondre

      jcapote sur le roman!!!!!


      i faut absolument que lise le 2

    • nazonfly

      18/07/2008 à 16h12

      Répondre

      Elle a pas trop de problème avec son point ?

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

    Rubriques