4.5/10

Mélancolie de Haruhi, (La) brigade S.O.S

Un shônen sans envergure avec une narration plus que moyenne ne peuvent décidément pas faire un bon manga...

Haruhi Suzumiya est en première année de lycée. Belle, sportive et excellente élève, ses camarades de classe la prennent cependant pour une excentrique, voire pour une folle. Il y a de quoi, il faut bien le dire. Elle n'hésite pas en effet à hurler sur tous les toits qu'elle est uniquement intéressée par les extraterrestres, les gens dotés de pouvoirs surnaturels ou encore les voyageurs du temps et que les êtres humains normaux, tout comme la banalité du quotidien, l'ennuient profondément.
C'est pour cette raison qu'elle a décidé de fonder la "Brigade SOS"... afin d'enquêter sur les phénomènes surnaturels et d'offrir au monde des sensations fortes. En plus de Suzumiya, la "brigade" compte quatre autres membres : Kyon, Mikuru, Yuki, et Itsuki.

 

La Mélancolie de Haruhi
La Mélancolie de Haruhi
Tiré d'un livre à succès, le passage au manga de La Mélancolie de Haruhi se transforme en un titre shônen classique, formaté et totalement dans la norme du type de lecture actuelle. Pour développer, voici le stéréotype même du shônen passant au mixer un scénario pour n'en retirer qu'une morale toute faite dans un emballage faite de quiproquos, d'action à tout va et de filles naïves et légèrement dénudées. L'auteur confond vitesse et précipitation en narrant de manière décousue des passages à travers lesquels les personnages se succèdent rapidement sans apporter une quelconque once d'intérêt à l'intrigue. Haruhi est une vraie furie qui ne se doute absolument pas de son sort tandis que Kyon nous narre son rôle. Le titre est extrêmement lent à démarrer car après deux volumes, il ne s'est toujours rien passé de concret...

Après La Traversée du Temps, les origines, Gaku Tsugano livre un manga aux antipodes d'un titre fort original comme le fut le précédent. Ce titre -sûrement de commande- ne possède que de petites phrases tirés de l'œuvre originale pour interpeller ainsi qu'une bonne humeur à toute épreuve. Néanmoins, graphiquement, le bât blesse et La Mélancolie de Haruhi et si la version animée mérite le détour, le manga pas du tout. Le chara design est primaire, inabouti, sans intérêt. Alors, à tout point de vue, le titre se retrouve confiné dans une bêbête histoire de chasses aux événements surnaturels version drama school. Keroro existait déjà...

Un shônen bien classique qui oublie de se réinventer pour arriver à charmer son lectorat. Un titre qui peut rentrer dans le ban de manga moyen dont Pika s'est fait une spécialité...

Partager cet article
A voir

Kaze

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    01/08/2010 à 15h09

    Répondre

    Tout simplement sublime !

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques