3.5/10

Mémoires du Masque

Il fallait que ça arrive. Après avoir contaminé le Japon, le phénomène du scénario facile et de l'inventivité oubliée touche la Corée, première victime : le manhwa et plus précisément Mémoires du Masque de Jung Han Kim. Faites tomber le masque du serial killer pour un thriller qui s'avère présenter lacunes et problèmes de rythme.

Au bal masqué ohé, ohé...

Mémoires du Masque
Mémoires du Masque
In-Hae est une jeune lycéenne perturbée, à tel point que le premier camion qui passait ne l'a pas loupé. Tentative de suicide ou accident ? Quoiqu'il en soit, ce choc lui a apporté une sorte de don d'ubiquité et de visions uniquement avec une seule personne. Une connexion avec un tueur de jeunes filles. Le plus troublant est que celui-ci ne s'attaque précisément qu'à des cibles du lycée d'In-Hae, des filles qui la martyrisaient. Elle ne pourra compter que sur Sang-Hyun et l'activité d'un couple de policiers pour trouver l'identité du tueur au couteau...

Absolument tout l'ensemble des personnages est stéréotypé. Le personnage principal est une otaku effrayé pour un rien et renfermé sur elle-même, Sang-Hyun est du genre type cool, bagarreur au grand coeur et intrépide, la police n'est pas mieux lotie avec le bon mauvais flic mieux placé dans la hiérarchie et le mauvais flic fumeur de cigarettes. La jeune fille est malmenée dans son environnement scolaire, elle n'a aucun véritable ami d'où sa mine inexpressive qui devient rapidement insupportable devant son incapacité à réagir. Pas charismatique pour un sou, elle est le total opposé du baroudeur pseudo rebelle qui s'incarne dans l'image du lycéen fort et pas réfléchi. Parallèlement à leur enquête, celle de la police apporte de nouveaux indices.

Connexion avec un tueur

Le scénario évolue vite mais l'intrigue est ronflante, tirée par les oreilles et même par les trous de nez. Le manque d'imagination flagrant du manhwaga laisse penser qu'il a pompé la plupart des instants d'intensité dans les films hollywoodiens du genre. Le scénario fait penser à n'importe quel Scream ou autre slasher, le ton coloré en moins. Les dialogues ne sont pas le point fort de Kim, les répliques tombant à l'eau et les phases humoristiques à plat. L'ennui guette...

Le trait de Jung Han Kim est fin mais peu détaillé, loin de sortir du lot. Les personnages féminins se ressemblent tout plus ou moins, idem pour les personnages masculins, les onomatopées assez affreuses. Tout est basé sur un découpage dynamique qui réussit les scènes d'actions mais oublie le reste. Mémoires du Masque en devient plat et véritablement très limite dans la paraphrase et le copier-coller L'édition d'Asuka est rigide mais sans défaut majeur, c'est bien l'intrigue qui est déficitaire.

Ni captivant, ni drôle, Mémoires du Masque se range dans la catégorie « réservé aux fans du genre » pour résumer. Les personnages stéréotypés et le scénario déjà vu sont pour beaucoup dans le désintérêt progressif de l'oeuvre. Rien de vraiment nouveau, le brassage des éléments classiques du thriller prend forme bon an mal an et finalement le résultat est celui d'un récit très moyen sans vraiment de qualité.

A découvrir

Ulysse 31

Partager cet article
A voir

Happy Mania

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Anonyme

    24/11/2007 à 16h47

    Répondre

    personellement je ne ss pas dac avk se qui est écrit .


    je trouve que c'est 1 histoire plutot intrigeante ou il a pas mal de suspence !!!


    moi j'aime beaucoup !

  • Anonyme

    10/03/2008 à 17h23

    Répondre

    pareil que petite mordue^^

  • Anonyme

    02/05/2008 à 10h34

    Répondre

    Pareil, j'adore. mais point de tome 4 en vue, que ce soit en français ou en anglais.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques