7.5/10

Midori Days - le manga

Si le manga peut bien se targuer d'une force, c'est à coup sûr l'originalité et la richesse de ses histoires. Pouvant parler aussi bien d'apprentis boulangers (Yakitate Ja-Pan) que de groupe de rock (Beck) ou de maisonnées extraterrestres (Villa Cosmos), le genre ne recule devant aucun scénario. Dans le genre complètement barré, voilà Midori Days où l'histoire de Seiji Sawamura, un lycéen violent contre-nature qui se retrouve avec une fille vivante de taille miniature à la place de sa main droite, fille évidemment amoureuse de Seiji. Dit comme cela, l'histoire ressemble à une grosse farce et l'on se demande quelles stupidités vont recouvrir les pages de ce manga. La réalité est toute autre et l'on se retrouve très vite à rire des malheurs de Seiji, coincé avec sa petite demoiselle au bout du bras. Les mangakas ont vraiment un don pour traiter n'importe quelle histoire.

Midori Days
Midori Days
Avec un pitch pareil, on imagine bien que Midori Days ne parlera pas de la complexité des relations psychocognitives entre adolescents (quoique) mais plutôt des situations tordues entre deux êtres confrontés à une condition peu banale. En somme, c'est un manga comique à tendance burlesque. On pourrait même dire qu'il fait partie des meilleurs du genre tant les scènes amusantes s'enchaînent à cent à l'heure et font mouche à chaque fois. Le premier volume de Midori Days atteint ainsi un niveau comique que l'on ne voit que trop rarement.

Le manga ne comporte pourtant aucun élément original, si ce n'est son extravagante histoire, mais force est de constater que chacun est aussi bon dans son genre. Les personnages, emmenés par le tandem Seiji / Midori, sont bien trouvés et surtout très attachants avec leurs caractères opposés. Entre le romantique faussement violent un peu à la masse et la gentille amoureuse aussi dévouée que jalouse, Midori Days tient là la base de son succès. Les personnages secondaires, à l'instar d'une soeur espiègle et d'un fanatique des marionnettes, ne sont pas mal non plus.
L'histoire tient debout et prend le parti pris de lier une intrigue principale (Midori va-t-elle réintégrer son corps ?) à une succession de petites scènes comiques à l'effet assuré. On regrettera juste que l'intrigue s'étiole dès le deuxième tome pour laisser place à des saynètes humoristiques pas toujours du même niveau. Espérons que l'auteur se reprenne par la suite pour retrouver une ligne directrice plus probante.
Le dessin n'est pas en reste. Même s'il fait très cliché, le style épuré permet d'apprécier la finesse des traits de Kazurou Inoue qui permet de faire parfaitement ressortir les émotions et le caractère de chacun.

Midori Days est assurément un des mangas comiques du moment. Après un premier volume d'une qualité irréprochable, le niveau comique et scénaristique baisse quelque peu par la suite mais demeure plus que correct. Oscillant sans cesse entre situations burlesques et amours adolescents maladroits, le manga peut devenir une des références du genre tant il convainc dans les deux niveaux. A découvrir d'urgences pour les amateurs du genre. Attendons juste le troisième tome avant de se prononcer davantage et considérer cette oeuvre comme une future référence du genre.

A découvrir

Lotto Blues

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    11/03/2010 à 19h45

    Répondre

    Je voudrais féliciter kazourou Inoue pour ce manga fantastique, drôle et émouvant ! J'aime particulièrement le tome 8 dont la fin m'a fait pleurer XD

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques