8/10

MIXIM✰11 T.1 à 3

Déjà auteur de l'excellent Rekka no Hono (Flame of the Recca paru chez Tonkam), du controversé Mär et du (hum, j'hésite... Bon ok, je me lance) pathétique Mär Oméga chez Kana, Nobuyuki Anzai est un auteur que l'on connait plutôt bien en France. Une seule question pour les fans de la première heure : sa nouvelle série, terminée cette année avec la sortie du 12e (oui il aurait pu faire un effort pour coller à son titre !) tome au Japon, se rapproche t'elle plus de Flame of the Recca ?

Ichimaru le délinquant, Koume le génie et Takezou l'otaku sont trois amis qui n'ont absolument aucun succès auprès des filles. Un jour, alors qu'ils sont sur le toit de l'école, une jeune femme débarque du ciel et leur dit qu'ils viennent en fait de l'étoile Polaris et que l'un d'eux est le prince héritier de son royaume. Ce manque de succès auprès des filles étant du à leur "différence" (ils sont pas vraiment humains...), Carmina (la jeune femme) leur dit que 12 jeunes filles, chacune portant un signe du zodiaque, sont immunisées et qu'elles sont des femmes potentielles pour eux. La "chasse" peut donc commencer !


Les couvertures des 3 premiers tomes parus chez Glénat.

Derrière cette introduction qui semble assez banale (et en plus, je "pitche" très mal...) se cache une excellente surprise. Car oui, le scénario s'étoffe assez rapidement et nous avons là quelque chose d'assez différent et de plutôt intéressant. L'humour est omniprésent dans le début de la série avec nos trois losers qui enchaînent les gaffes et autres remarques stupides. Par exemple, dans le chapitre 12, avec l'arrivée des étudiants transférés, Ichimaru fait une caricature d'un des nouveaux élèves qui ressemble à un singe avec une petite bulle le faisant dire "Je suis un singe !". Cependant, en marge de cet humour, le manga prend une dimension un peu plus sérieuse avec l'arrivée d'assassins venus pour tuer les princes et leurs femmes potentielles. Ce groupe, connu sous le nom de Big Bang Zero, constituera le noyau dur d'ennemis de nos héros.


La différence de graphisme entre MIXIM✰11 et Mär est visible immédiatement...

Grosse grosse grosse surprise que cette nouvelle série d'Anzai. Après le fiasco Mär (et Mär Oméga...), je m'attendais à quelque chose de similaire : univers enfantin et ennemis presque risibles, histoire sans gros enjeu, dessin SD (Super Deformed) soit les dessins avec les grosses têtes. Que nenni ! Honni soit qui mal y-- Hum, non je me suis laissé emporter... Je disais donc, rien de tout ça. Le public ciblé est clairement différemment. C'est avec plaisir que j'ai découvert que la série s'adresse plutôt à des lycéens et plus des enfants de 3 ans. Le graphisme a été revu et se rapproche beaucoup plus de celui de Flame of Recca avec des traits fins et beaucoup de détails, ce qui change des cases vides et des trames globalement blanche de Mär. Autre point intéressant : les chapitres sont très courts. Un shônen manga est généralement découpé en chapitres de 18 à 20 pages, pour Mixim 11, les chapitres n'en font que 10 à 14 maximum (ce qui donne des volumes assez compact, même chez Glénat). Par rapport à Mär, la galerie de personnages est vraiment plus variée et travaillée. Fini les innombrables sbires indifférenciables les uns des autres. Ici, "peu" de personnages mais ils ont tous des caractéristiques qui leur sont propres (mention spéciale à Mr. Dandy que j'adore !). Leurs pouvoirs sont originaux (certains rappellent un peu les Arm c'est vrai... mais la ressemblance s'arrête là) et la façon dont ils sont présentés diffère largement. Et surtout... Ils sont limités ! Fini les trucs invincibles sortis d'une bague ou d'une boîte à mouchoirs. L'origine (tout comme l'utilisation) des différentes techniques est bien expliquée.


Loser ou Dom Juan ?

 

Au final, la série qui aurait du s'appeler Mixim 12 (elle a commencé sa prépublication de cette façon au Japon) est devenue Mixim 11 (vous saurez pourquoi dans le chapitre 12 !)... Ce qui ne change absolument rien à sa qualité ! Rassurez-vous, la lecture est bien plus agréable que celle de Mär et si vous avez apprécié Flame of Recca, vous apprécierez Mixim 11 à coup sûr. J'ai été vraiment surpris à la lecture des trois premiers tomes et je pense que la série va encore se bonifier avec le temps donc j'anticipe et je note comme il se doit : bien.

A découvrir

Shikabane Hime

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques