9.5/10

Moonlight Act

Après l'échec commercial de Karakuri Circus en France, je n'avais absolument aucun espoir concernant une éventuelle sortie de Moonlight Act en France. En effet, ce type de série n'est pas vraiment plébiscité : graphisme véritablement singulier, histoire loufoque mêlant folklore occidental et folklore japonais et surtout beaucoup de texte (pour un shônen manga).


Gekko prêt à frapper.

La fine équipe assemblée !

 

Véritable licence surprise annoncée l'année dernière, l'acquisition de Moonlight Act (Gekkô Jôrei au Japon) par Kazé Manga m'avait rendu heureux (tout simplement). Fan de la première heure de feu-Karakuri Circus (dont la parution s'est achevée avec la fin de la première "partie" chez Akata Delcourt), c'est tout excité que j'ai ouvert le premier volume cette nouvelle série de Kazuhiro FUJITA en novembre dernier.

 

L'histoire.

"Je vais vous conter une histoire bien embêtante. Une fois toutes les dix et quelques années, un clair de lune bleu vient éclairer de sa pâleur la surface de notre terre. Et, quand cela arrive... Le monde se retrouve tout sens dessus dessous. Non, non, les enfants. Je ne parle pas du monde dans lequel vous vivez... Je parle de celui des livres. Le monde des "contes" que vous lisez. Dans ce monde-là, rien ne va plus. Alors, les anciens du monde des contes se sont réunis et ont choisi d'édicter une loi... Une seule et unique loi afin de rétablir l'ordre dans leur univers : ce que la pâleur de la lune a dérangé, la force du clair de lune doit le rétablir." Voici concrètement ce qu'est le Moonlight Act, la loi du clair de lune en quelque sorte.


La page d'introduction... en couleur s'il vous plait !

Si je vous ai remis le texte d'introduction dans son intégralité, c'est pour montrer le travail de traduction et d'adaptation réalisé par Kazé Manga sur la série. L'effet narrateur est parfaitement rendu et l'identité de la personne qui nous
Hachi voit Gekko bizarrement... !
raconte l'histoire est révélée assez rapidement (dans les premières pages du chapitre 1), ce qui permet de voir que la voix et le ton employés sont respectés même avec le personnage réel. Pour certains, je conçois que ça puisse faire office de petit détail, mais c'est ce genre le genre de choses qui fait que la lecture est incroyablement fluide et agréable.

Iwasaki Gekko est un jeune rebelle qui adore se bastonner. Il travaille au restaurant de ramen (nouilles japonaises) de son oncle pour l'aider. Il y a trois choses qu'il déteste : la lune, dire la vérité et son amie d'enfance Engekibu. Alors qu'elle était en train de lire un conte, Hachi-Kazuki la princesse au bol, tranquillement sur le balcon de Gekko, l'héroïne prend vie et sort des pages du livre, poursuivies par deux monstres gigantesques, et tombe "bol en tête" sur le front de Gekko. Ce dernier se voit affubler du sceau de la lune (il devient officiellement l'exécuteur du Moonlight Act) et va devoir régler les problèmes du monde des contes.


Engekibu débarque chez le prince.
Le socle de l'histoire est posé grâce aux 4 premiers chapitres. Malgré la réticence de Gekko à faire ce que Hachi (la princesse au bol, devenue leur compagnon) implore à genoux, le jeune garçon se laissera prendre au piège d'Engekibu qui le forcera à l'aider (grâce à des méthodes peu orthodoxes comme... le chantage !). Puisqu'il s'agit de régler les problèmes du monde des contes, les "arcs", plus ou moins longs, de Moonlight Act suivent une logique générale : le conte est présenté, le problème surgit, les conséquences sont expliquées et la façon dont Gekko résout l'affaire nous est contée. Au niveau du choix de ses cadres, Fujita puise aussi bien dans le folklore occidental que dans le folklore japonais : le premier arc sera dédié aux 3 petits cochons et au grand méchant loup, le second a Issun-boshi (l'enfant pouce) et à sa trahison, ensuite, c'est Cendrillon ou encore le chat botté qui viendront donner du mal à nos héros... Autant dire qu'on peut s'attendre à voir de nombreux personnages de notre enfance surgir à tout moment !


Gekko face au grand méchant loup.
Et c'est là que Fujita fait fort, puisque l'ennemi n'est pas toujours celui qu'on croit. J'ai dit « pas toujours » hein ! Le grand méchant loup reste le gros sadique qui veut avaler les trois petits cochons... Mais qui aurait cru que Cendrillon pouvait être une psychopathe, folle de vitesse, qui découpe des voitures avec sa pantoufle de verre ? Rien ni personne n'est à l'abri d'un coup de lune, la pire conséquence pour un conte étant la « deathparition ». Si l'un des personnages principaux d'un conte sort de son histoire pendant plus de 3 jours et que les personnages dudit conte s'en rendent compte (vous me suivez toujours ?), le conte dans son intégralité (son histoire, ses personnages, son essence même) se verra disparaître à jamais de la mémoire collective et des livres dans lesquels il était potentiellement imprimé.

 

 

Les personnages.


Gekko... remonté !
Gekko Iwasaki
 : Jeune rebelle, il vit avec son oncle et l'aide dans son restaurant, un petit boui-boui qui leur donne juste de quoi vivre. Apparemment, son enfance fut vraiment tumultueuse et son amie Engekibu en sait trop, beaucoup trop. C'est complètement par hazard qu'il devient l'exécuteur du Moonlight Act, puisque Hachi-Kazuki lui tombe dessus et imprime le sceau de la lune sur son visage. Mais derrière ce jeune homme bourru se cache un être humain au grand coeur qui n'hésite pas à aider les plus faibles. Comme il le dit lui même à Issun-boshi : "Quand je sais pas trop dans quel camp me ranger, je prends toujours le parti du perdant" (c'est pour cette raison que, malgré l'acte de lâcheté de l'enfant pouce, il finira par l'aider).


 


Engekibu... extravagante mais surtout stupide !
Engekibu
 : Son véritable nom est inconnu. Son surnom signifie littéralement "Club de Théâtre". Elle est évidemment surnommée ainsi car c'est une passionnée de théâtre et une actrice "née"... quand elle s'y met sérieusement. Car oui, Engekibu est stupide. Mais vraiment stupide. Elle n'a absolument aucune culture et c'est pour cette raison qu'elle doit passer beaucoup de temps à rechercher chacun des rôles qu'elle prévoit d'interpréter. Son caractère de fille impulsive et violente (mais non, c'est pas O-Tae de Gintama !!) sera nécessaire pour faire marcher Gekko à la baguette (et surtout, pour qu'il accepte de faire respecter le Moonlight Act).

 

 


La tendre et dévouée Hachi-Kazuki.
Hachi-Kazuki : La princesse au "boules" comme l'appelle Gekko (qui n'y connait rien aux contes) est la messagère des anciens. Elle est censée trouver un exécuteur pour la loi et veiller à ce que tout rentre dans l'ordre. Pour ce faire, elle est capable de se transformer en tout ce qu'elle absorbe. Alors qu'elle fuyait son conte, un des démons de l'histoire d'Issun-Boshi lui donne son arme, qu'elle avale. Depuis, elle a la possibilité de devenir un gourdin à taille humaine que Gekko peut utiliser pour combattre ses adversaires.

 

 


Issun passe souvent inaperçu....

 

Issun-Boshi : L'enfant pouce s'est glissé dans le bol d'Hachi-Kazuki lorsqu'elle s'est échappée de son conte (il habite un conte voisin et vu que leurs personnages étaient occupés à essayer de régler les problèmes du coup de lune...). Avec sa petite taille, il aurait pu être grièvement blessé dans tout ce fouillis de personnages ! Il aura le droit à son arc où l'auteur nous en dira plus à son sujet. Il accompagnera Gekko afin de lui prouver qu'il n'est pas le lâche que les gens voient.

 

 

Vous l'aurez donc compris, la palette de personnages est variée et véritablement attachante. La stupidité d'Engekibu et le dévouement d'Hachi-Kazuki sont tout simplement sans bornes ! Gekko, lui, rivalise de détours pour ne pas montrer son grand coeur et sa volonté d'aider Hachi-Kazuki dans sa mission.


Le graphisme.


Petit aperçu des divers ennemis que Gekko pourra rencontrer sur sa route.


Elle envoie, non ?

Le trait employé par Fujita dans Karakuri Circus était déjà véritablement singulier et il l'est encore plus dans Moonlight Act. Parfois, les dessins virent presque au psychédélique avec certaines expressions du visage vraiment dingues. Les contours sont volontairement très appuyés et prononcés sur les éléments les plus importants des diverses cases.

Pour le lecteur, revoir des personnages familiers, qu'il à côtoyé dans son enfance, être adaptés graphiquement lorsqu'ils sont touchés par le "coup de lune" a un formidable effet motivation à laquelle le plus jeune comme le plus vieux pourra succomber. Voir une Cendrillon un peu plus vigoureuse et plus violente que l'originale relève du fantasme de gosse. Son apparence plus "démoniaque" et sa posture sur le toit de son "carrosse" (transformé pour l'occasion en voiture de course) font véritablement frémir !

Comme je l'ai dit un peu plus haut, la singularité du trait fait du titre une oeuvre qui est peut-être moins accessible que les shônen habituels. Soit on accroche et l'univers mis en place par Fujita nous assaillit de toutes parts, soit on trouve ça bof et c'est vraiment très dur de rentrer dans l'oeuvre et d'en apprécier toutes les subtilités. Les décors fourmillent de petites pancartes et de petits clins d'oeil à notre enfance via les divers personnages et autres bâtisses du monde des contes. Que ce soit les maisons des petits cochons ou les belles-soeurs de Cendrillon, tout le monde est là !

 

Conclusion.


La couverture du tome 3.
Moonlight Act
est définitivement mon coup de coeur 2011 (oui, même si la série a commencé en 2010 ^^). Kazé Manga tient là ce qui est probablement le meilleur shônen (One Piece étant évidemment hors catégorie !!) en cours de parution au Japon. Et ils (les gens de chez Kazé) font plutôt du bon boulot puisque, comme tous les autres titres de la collection Shônen Up de Kazé Manga, la série a le droit une édition de qualité. Les couvertures japonaises sont retravaillées pour casser un peu la monotonie du blanc de la couverture originale
Le tome 4 à paraître en Août.
et certains éléments de la version française ressortent. La police choisie est agréable à lire, même pour les monstres (ça change de l'immondice que Glénat utilise pour les zombies de Thriller Bark dans One Piece...) et la reliure plutôt souple du petit format de chez Kazé Manga ne gène en rien le plaisir de lecture. Un très bon travail est aussi fourni au niveau de la vérification orthographique puisqu'il ne me semble pas avoir vu de faute grossière dans les trois premiers tomes français.

Un scénario inventif et jouant la carte de la nostalgie, des dessins accrocheurs et dynamiques, le tout saupoudré d'une dose d'humour bien comme il faut... C'est ça Moonlight Act, tous les éléments sont réunis dans des proportions adéquates pour en faire un manga exceptionnel et donc... à ne pas manquer !

A découvrir

Reborn! T.26

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

8 commentaires

  • OuRs256

    10/08/2011 à 14h01

    Répondre

    Attention... Chef d'oeuvre !http://manga.krinein.com/moonlight-act-23475/critique-16763.html

  • Kil.Art

    08/04/2012 à 18h50

    Répondre

    J'suis extremement décu par la lecture des tomes 1 e 2 ...

    Le trait est joli et le pitch semblait amusant mais de trop gros défaut pour faire de ce shonen un manga agréable a lire et c'est bien dommage.

    D'une part l'édition est juste INSUPPORTABLE !
    On a le droit tous les chapitres a 2-3 pages pour nous ré-expliquer l'histoire en cours de tome... on se croirait dans un anime mal réaliser ou on aurait le droit a 5 minutes de flashback par épisodes de 20 minutes et très honnêtement c'est a vous dégoûter de la lecture tellement cela ralentit et dessert le rythme.

    Ensuite les dialogues parfois efficaces en prenant le parti du "parlé", sont malheureusement trop souvent mous voir complètement stupides a certains moments.

    Notamment dans le tome 2 des que la masse ouvre la bouche pour nous parler du méteore ou "ca va cogner dur" et ce au moins 15 fois en 30 pages ...


    Les personnages semblent avoir une vraie personnalité décalée au début, mais tres vite, ils se trouvent qu'ils n'ont en réalité aucune profondeur et ne sont que des images répétant inlassablement la même chose encore et encore quel que soit les situations.

    Ensuite pour moi le pire de tout, c'est étirement des situations sur des pages et des pages pour des conclusions baclées et vide de sens. On se croirait dans Bleach ou chaque combat dure 1à ans pour finir sur un coup d'épée completement tiré par les cheveux.

    On est selon moi a des années lumières des shonen concurrents actuels que sont One Piece ou Naruto. Même Toriko qui me paraissait pauvre au départ est en comparaison tellement plus prenant et beaucoup moins ennuyeux.

    Extrêmement déçu au vu de la critique Krinein et de la qualité des dessins, mais trop insuffisant pour rattraper les lacunes littéraires.

    Note : 3 /10

  • OuRs256

    09/04/2012 à 14h57

    Répondre

    Kil.Art a dit :

    D'une part l'édition est juste INSUPPORTABLE !
    On a le droit tous les chapitres a 2-3 pages pour nous ré-expliquer l'histoire en cours de tome... on se croirait dans un anime mal réaliser ou on aurait le droit a 5 minutes de flashback par épisodes de 20 minutes et très honnêtement c'est a vous dégoûter de la lecture tellement cela ralentit et dessert le rythme.


    C'est un shônen, j'ai l'impression que tu as un peu oublié ce point en lisant l'oeuvre. C'est très fréquent dans les shônen avec des histoires qui peuvent paraître un peu "complexes" pour le lectorat cible (cf. Get Backers, cf. Soul Eater, cf. pleins d'autres trucs que j'ai la flemme de citer) donc je vois pas en quoi c'est un souci et surtout, à partir du volume 2 ou 3, il n'y a plus ces résumés incessants (qui, il est vrai, m'avaient un peu soulé ^^').

    Kil.Art a dit :

    Ensuite pour moi le pire de tout, c'est étirement des situations sur des pages et des pages pour des conclusions baclées et vide de sens. On se croirait dans Bleach ou chaque combat dure 1à ans pour finir sur un coup d'épée completement tiré par les cheveux.


    Les histoires au début peuvent paraître un peu redondantes et finies rapidement mais tout ça s'améliore aussi avec les volumes, notamment avec l'histoire de Cendrillon et l'arrivée du Chat Botté qui va complètement changer la donne dans l'histoire. Après, encore une fois, on se trouve dans du shonen, je sais pas ce tu attendais de voir mais faut pas t'attendre à l'élaboration scénaristique d'un Monster.

    Tu compares à Naruto (qui est pour moi une bouse infâme et illisible) sachant que le début de Naruto (à savoir les deux premiers tomes puisque c'est là dessus que tu te bases) sont une succession de petites missions sans intérêt. Laisse un peu le temps à l'oeuvre de se mettre en place et tu verras que l'intrigue est bien plus sympa que du Naruto et un poil plus travaillée que celles des shonen classiques.

  • Kil.Art

    09/04/2012 à 19h04

    Répondre

    Apres c'est vrai que j'suis pas très attiré par ce type de lecture normalement.
    Les seuls que je suis vraiment sont One Piece et Naruto.
    (One Piece étant pour moi totalement hors concours tant ce manga me surprend a chaque arc)
    J'prefere les premiers tomes de Naruto, qui ressemblent plus a des one shot effectivement, mais qui sont entier au moins.

    Apres Claymore et Dr. Slump sont classés en Shonen, mais c'est plus un seinen et de la bulle humoristique a mon sens, donc pas vraiment comparable dans cette classification. Peut être que je ne suis effectivement pas très attiré a la base par le shonen, mais très honnêtement j'ai pas voulu descendre spécialement ce manga. C'est juste que j'ai vraiment trouvé la lecture horrible :s

    Et ce malgré, j'me répète, de très beaux dessins, qui sortent des stéréotypes ringards et bâclés de beaucoup d'ouvrages.
    Peut-être que j'lirais les version numériques quand j'aurais rien d'autre a lire pour pousser un peu plus celui ci ^^

  • Kil.Art

    09/04/2012 à 19h06

    Répondre

    Mais tu remarqueras que je te fais confiance jusqu'ici puisque j'ai quand même pris la peine de me procurer les 2 premiers tomes suite à ta critique

  • OuRs256

    09/04/2012 à 19h15

    Répondre

    C'est vrai vrai . D'ailleurs, les lecteurs n'ont pas à être tout le temps d'accord avec moi (ça serait pas drôle ) et puis, tu fais vivre un peu la rubrique avec tes critiques et tes commentaires donc moi je peux que te remercier .

    Et j'adore défendre des titres qui me sont chers (Moonlight Act en fait partie) donc je le ferais jusqu'au bout . Claymore est classé en shônen ? La je suis assez étonné, c'est ptet une erreur dans la fiche puisque la série parait dans le Jump Square qui est loin d'être catégorisé shônen, c'est plus du seinen pour moi :i

  • Kil.Art

    09/04/2012 à 19h18

    Répondre

    Nan nan c'est pas un erreur, j'ai pas regarde la fiche, j'ai les 19 tomes sous les yeux, et ils sont édités en shonen manga ^^

    Mais j'suis d'accord c'est plus proche de Berserk (Seinen) que du shonen

    Un comble quand on sait que Happy! par exemple est édité en seinen lui xD

  • OuRs256

    09/04/2012 à 19h24

    Répondre

    Kil.Art a dit :
    Nan nan c'est pas un erreur, j'ai pas regarde la fiche, j'ai les 19 tomes sous les yeux, et ils sont édités en shonen manga ^^

    Mais j'suis d'accord c'est plus proche de Berserk (Seinen) que du shonen

    Un comble quand on sait que Happy! par exemple est édité en seinen lui xD


    Y'a des fois, ils hallucinent quand ils font les classifications... -_-

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques