3.5/10

My Santa, mon Père Noël à jamais

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, voici venir un numéro exceptionnel que nul ne pourrait imaginer. Plus fort que les tigres à dents de sabre faisant des pirouettes ! Plus impressionnant qu'une cohorte d'éléphants jonglant avec des ballons en plastique ! Sans comparaison aucune ! Voici le manga le moins cher du marché ! Un euro et cinquante centimes !!! Et c'est sous le titre de My Santa, mon Père Noël à jamais que Pika et Ken Akamatsu comptent réaliser cette pirouette périlleuse qui risque fort de se terminer... à plat.

L'esprit de Noël (fric, pognon, thune)

My Santa
My Santa
Ce conte de Noël nous raconte l'histoire d'un jeune garçon, Santa, qui fait la connaissance d'une jeune fille, Mai, pas tout à fait comme les autres, un soir du 24 décembre. Cette dernière voit en effet en Santa un être malheureux, et, affirmant être la mère Noël, elle décide de lui apporter chance et bonheur...

Quelle bonne idée de solder les manga mais bien évidemment, il apparaît tout de suite nécessaire de relativiser cette offre car tout d'abord Ken Akamatsu nous ressort la bouillie habituelle avec son jeune homme tourmenté et looser de premier plan, sur qui le destin va s'acharner à mettre une fille sortie de nulle part qui changera son destin. C'était déjà le cas dans Aï Non Stop ! et c'est de nouveau l'intrigue de My Santa. Tant qu'à faire, en brodant tant bien que mal une histoire dans le contexte de la fête chrétienne de fin d'année, le mangaka espère créer un contexte original mais il n'en est rien, son héros est juste le protagoniste d'une histoire se révélant d'un classicisme sans faille en l'espace de quarante-quatre pages. Les vagues thématiques de la prise de confiance en soi, de la recherche du bonheur et de croire aux miracles dominent le manga mais cela très peu convaincant. N'empêche, il faut saluer le travail scénaristique de l'auteur qui boucle une histoire cohérente - aussi classique soit-elle - en si peu de pages. La narration est carrée mais elle progresse rapidement pour atteindre son dénouement désuet. Mais à un tel prix, pouvait-on s'attendre à un chef d'oeuvre ?

Quarante-quatre pages sinon rien

Le manga s'axe autour du duo de personnages pour l'essentiel sans trop chercher à éviter l'inévitable : le rapprochement de deux jeunes adolescents une nuit dans une maison vide. Rassurez-vous, rien ne choque la morale de Familles de France mais Akamatsu est tellement friand de ce genre de scènes que, sans ouvrir le manga, il était possible de la prévoir. On retrouve les mêmes scènes abordées de la même manière, avec des approches qui ressemblent à une copie conforme de ses autres comédies romantiques. Mais pour une lecturette, pourquoi pas ? L'histoire se lit bien, sans forcer mais sans soulever aucun enthousiasme.

Dans un format broché avec un papier cartonné en guise de couverture (et bien évidemment sans jaquette), My Santa est un travail d'édition minimum, conséquence directe du prix mais qui offre un bon rendu de qualité. Le papier est correct et c'est bien l'essentiel pour offrir une visibilité normale aux dessins de Akamatsu. Pour le trait et le chara design, c'est du pareil au même avec ces autres oeuvres sans apporter une quelconque innovation.

Fanboys, n'hésitez pas, ruez-vous dessus, vous y trouverez les attentes tant espérés à un prix modique. Pour les autres, mieux vaut faire l'impasse et juste saluer l'initiative de Pika... Le manga est sorti avec un coffret DVD de cette même histoire qui fera encore plus rugir les fanboys et faire de My Santa une bonne opération financière au final pour tout le monde. Sans pour autant que la qualité scénaristique ne transparaisse. Etrange ? Non, juste une habitude avec les shônen de Akamatsu...

A découvrir

Aqua / Aria

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    10/12/2010 à 17h34

    Répondre

    nulllllllllllllllllllllll

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques