4/10

Namida Usagi T.4


La mannequin Moa.
Est-ce que l'histoire avance dans ce tome ?
Il faut croire qu'Ai Minase en a eu assez de torturer nos deux tourtereaux puisqu'elle finit enfin par réunir Usami et Narumi, enfin... à la fin du volume ! Entre temps, on aura eu le droit à un quiproquo avec un autre garçon, à des séances de doutes, à des séances de larmes, mais surtout à un premier baiser volé ! Contre toute attente (bon ok, tout le monde l'a vu venir gros comme un camion), Narumi plaque Moa pour vivre sa passion avec Usami au grand jour, ce qu'il lui dévoile en l'embrassant une première fois puis en lui confirmant lors d'un deuxième baiser auquel elle ne s'attendait pas du tout. Attendez-vous donc à la voir pleurer et rougir à foison dans un quatrième volume de Namida Usagi qui porte bien son nom (traduit vite fait, ça donnerait "Les larmes du lapin" ou "le lapin pleurnichard" selon l'interprétation... je vous laisse deviner celle que je préfère) !

Par rapport au tome précédent, ça donne quoi ? On reste dans la même veine avec un peu moins de larmes mais encore beaucoup de rougissements au moindre effleurement ou même à la moindre pensée... Je veux que leur amour soit pur mais là, faudrait presque les mettre dans un musée... Il n'empêche que Minase aborde plutôt bien le thème du premier baiser (qui se fait voler évidemment) de notre pauvre Usami.

Que peut-on attendre du prochain volume ? Amano semble bien déterminé à récupérer Usami et pour cela, il va devoir se confronter à Narumi, bien décidé à enfin la garder pour lui. Les deux amoureux sont ensemble et ça serait vachement ennuyeux qu'ils se séparent tout de suite (vu qu'ils ont mis 4 x 200 pages à se tourner autour complètement subjugué l'un par l'autre...). Je suppose que si jamais ça arrive, on aura le droit au retour du robinet Usami (attention les factures d'eau !).

Le mot de la fin : En quatre volumes, je crois que le seul personnage à qui je me suis un petit peu attaché, c'est Yunagi, la soeur de Narumi. Assez espiègle, toujours rigolote, elle met un peu de bonne humeur dans cette déferlante de sentiments identiques et contradictoires à la fois des deux protagonistes. Espérons que maintenant qu'ils sont ensemble, Usami va arrêter de pleurer et être un peu plus heureuse (et moins dépressive, dans le tome 2, il aurait presque fallu lui filer du Xanax...). Il n'empêche que pour le moment, ça reste toujours assez pénible à lire (pour une personne normalement constituée de plus de 8 ans)...

A découvrir

Adekan T1

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

3 commentaires

  • SpaceJ

    07/05/2012 à 10h02

    Répondre

    Je préfère traduire le titre par: "le lapin pleurnichard" . J'admire ton courage OuRs256 pour lire des shojos aussi lourds XD.http://manga.krinein.com/-23555/namida- ... 18830.html

  • Plax

    07/05/2012 à 11h48

    Répondre

    LOL, je suis d'accord avec SpaceJ, Ours a toute mon admiration

  • OuRs256

    07/05/2012 à 13h00

    Répondre

    Plax a dit :
    LOL, je suis d'accord avec SpaceJ, Ours a toute mon admiration


    Oh mais ils sont pas tous aussi terribles xD. Et puis Plax, toi t'as Stardust Wink (avec les commentaires de l'auteur que t'adores ;P).

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques