7.5/10

Neon Genesis Evangelion - les films

La fin très polémique de la série Neon Genesis Evangelion aura engendré bien des contestations de la part des fans. Réclamant une conclusion "normale" à leur série, les fans poussent Hideaki Anno à sortir en mars et juillet 1997, deux films comprenant une fin alternative à sa série fétiche. Le résultat, c'est "Death and Rebirth" et "The End of Evangelion", deux films, une fois de plus, complètement en décalage avec la norme. Cette critique se concentrera plus sur le deuxième film, et ce pour une très simple raison que je vais expliquer d'ici peu. Pour ceux qui ne connaîtraient pas la série Evangelion, je les invite à lire la critique ci-contre avant de se lancer dans celle-ci, car les films semblent s'adresser avant tout aux connaisseurs.

Lorsque "Death and Rebirth" est sorti sur les écrans japonais, il y avait un bon nombre de raisons d'être déçu. En effet, le film se divise en deux parties : la première, qui dure approximativement une heure, est un résumé des 24 premiers épisodes de la série. Les deux derniers sont oubliés. Il s'agit donc bel et bien d'une fin alternative que nous nous apprêtons a voir.
Le résumé en tant que tel n'est pas mauvais du tout. Accompagné d'une bande-son excellente, comme tout les reste des films (pour peu qu'on aime la musique baroque), on assiste à un nouveau découpage de la série, avec quelques scènes exclusives. On voit la série sous un tout autre angle, ce qui permet de constater qu'Anno n'est jamais à cours d'idées. Par contre, il faut craindre que ceux qui découvrent Evangelion avec les films (je leur souhaite bien du courage ! ), aient du mal à suivre le fil narratif de cette première partie.

La deuxième partie de ce premier film prend place directement après la mort du 17eme et dernier Ange, Kaoru. Après avoir atteint son but, que doit-il advenir de la NERV? Il semblerait que les grandes instances internationales, voyant dans cette organisation indépendante une menace potentielle, envoient l'armée pour se débarrasser des pilotes des EVA, et prendre contrôle des puissants robots. S'ensuit un massacre assez dur, où le quartier général de la NERV devient le théâtre de combats sanglants.

Le film se termine quelque peu en queue de poisson, invitant gentiment l'auditeur à aller admirer "The End of Evangelion". Pas de surprise, il fallais bien entendu s'en douter. Pourtant...
Après une introduction film pour le moins déstabilisante, quelle n'est pas notre surprise lorsque on se rend compte que toute la première partie du film reprend la fin du premier film, c'est à dire que l'on assiste à toute la dernière demi-heure de 'Death and Rebirth', avant de réellement débuter. Ce qui reviens à dire que le premier film n'est en fait qu'un gigantesque clip promotionnel pour pousser les gens à voir le second...

Quelle est donc la valeur de ce film ? D'un point de vue technique, rien à dire. On n'atteint pas particulièrement de sommets, mais la qualité de l'animation et des dessins est plus qu'honnête. Chapeau bas, par contre, pour la mise en scène, qui est magistrale. Chaque plan est à sa place, et l'efficacité est de mise, tout en laissant une grande part aux plans contemplatifs qui font le charme d'Evangelion. On pourra chipoter sur certains détails, tels que la couleur du sang, mal choisie (trop tournée vers l'orange), le sous-titrage déplorable du DVD, ou le fait que certains designs sont parfois simplifiés dans les scènes d'action pour favoriser un mouvement fluide et rapide. Mais les nombreuses explosions, les plans dantesques lors des scènes finales devraient avoir raison des râleurs. Par ailleurs, l'exploit visuel n'est pas vraiment recherché dans ce film (qui n'est rien d'autre que deux épisodes de 40 minutes mis bout à bout).

Quel est le but de ce film alors ? Contenter des fans furieux d'avoir été "trahis" par la fin originelle d'Anno? Où alors une autre façon pour l'auteur d'exprimer ce qu'il avait à dire dans les fameux épisodes 25 et 26 ? Un peu des deux, peut être, car je n'ai pas l'impression que le message soit réellement différent, mais on assiste aussi à une fin un peu plus conventionnelle que les scènes d'introspection de la série. La différence primordiale, selon moi entre les deux conclusions est que l'une est une invitation à s'ouvrir au monde, alors que l'autre (celle du film) est d'un pessimisme assez effrayant. Absolument tout ce qui avait été acquis dans la série, au fil du film, est à un moment ou un autre perdu. Anno prend un malin plaisir à laisser ses personnages espérer, pour les détruire de la manière la plus horrible possible.

Shinji, le héros de cette histoire, est d'un égoïsme et d'une lâcheté poussée à son paroxysme. Il assiste passivement à la mort de tout ses amis, se donnant pour prétexte son incapacité à agir sur les évènements. Pendant tout le film, ce sont les autres qui agissent et se sacrifient pour lui. La seule décision qu'il prendra à la fin du film montre que le pauvre garçon n'a rien appris de tout cela.
En toute honnêteté, si je comprend la démarche d'Anno dans la série (une démarche presque éducative, dans un certain sens), et la considère comme parfaitement honorable, je n'arrive pas à saisir le but de mettre en scène un jeune garçon complexé à l'extrême s'autodétruisant moralement pendant une heure et demi. La toute dernière scène est à ce titre l'apothéose du désespoir. D'autant plus que tout le final repose sur ce retournement de situation, sans lequel le film se serait bien fini . On retourne non seulement au point de départ, mais peut-être même plus bas.

Et pourtant, que de chemin pour en arriver là. The End of Evangelion est un film tellement malsain que l'on est en droit d'attendre une conclusion justifiant toute cette ébauche de sang, de morts et de violence gratuite. Ce film n'est certainement pas à recommander à tous, car il est à la fois très éprouvant moralement, mais aussi graphiquement. On voit tout les lieux avec lesquels on s'était familiarisés au fil de la série se faire détruire, et tout les personnages se faire décimer un à un. Je veux bien que la violence soit un moyen de choquer et exprimer un point de vue, mais en l'occurrence le message semble absent, et la violence est toujours plus exacerbée à chaque plan.

Pourtant, j'ai réellement apprécié certains éléments de ce film. Et si la violence est une gêne, on ne pourra pas nier la superbe qualité d'expression d'Anno dans ce film et en particularité lors de la demi-heure finale. On retrouve les scènes d'introspection, beaucoup plus actives que dans la série, de telle manière que l'on à du mal dans toute la dernière partie à savoir quelle scène est réelle ou ne l'est pas. De plus, l'histoire est réellement bien menée, les fans ont la réponse à toutes leurs interrogations les plus folles, alors que le réalisateur arrive à faire passer un message très pertinent. Jouant à la fois sur le clavier affectif et l'esprit rationnel de son public, Anno parvient à s'exprimer de manière très claire sur un sujet pourtant pas évident, englobant toutes sortes de thèmes.

The End of Evangelion est un chef-d'oeuvre. Mais comme à son habitude, la Gainax ne fait rien comme les autres. Je dirais que ce film est une conclusion plus que satisfaisante à la série (Death and Rebirth n'étant, si vous suivez bien, qu'un film de transition entre les deux), malgré un aspect malsain qui ne me plait pas vraiment, surtout quand on sait que le fan moyen d'Evangelion ne doit pas avoir plus de 15 ou 16 ans. C'est pour cela que je ne met qu'un 7 à un film qui autrement mériterait facilement un 9.

Partager cet article

A propos de l'auteur

14 commentaires

  • schiste

    30/08/2004 à 00h00

    Répondre

    Au vu de la critique il semble que tu considères "The End Of Evangelion" comme une fin convenable... hélas je n'ai pas du tout le même point de vue.
    Ce film est sans conteste un très bon film... par contre en tant que fin de NGE est bien c'est raté... en effet, comme tu le dis les fans ont "obligé" que soit réalisé une fin. Hideaki Anno ne voulait vraisemblement pas faire une fin défénitive à NGE. Parceque bien que ce soit un manga de mécha, c'est un manga hyper philosphique, jusque dans ses moindres détails. Hors clôturer NGE par "the End Of Evangelion" casse l'ampleur de la reflexion demandé par le spectateur... si toute foi il y a la subtilité de réfléchir...

  • Makareu

    03/09/2004 à 00h01

    Répondre

    Voyons voir.
    Je mettrai 8.5 en tant que film. Certaines scènes sont vraiment poignante, voire magnifique (ah, le combat final d'Asuka sur du classique).
    L'animation est nickel, et le ton sombre et desespéré, l'inéluctable dénouement me plaisent. Evidemment c'est une question de goût ensuite.

    Par contre, en tant que fin de NGE, je mets 0.
    Ce film trahit tout. Le but de Anno dans NGE a été de faire "l'anime ultime" afin de captiver les spectateurs, pour finalement les faire retomber violemment dans la réalité grace à une fin déroutante A PREMIERE VUE. Le seul vrai message de NGE, amha, est de dire au gens : Vivez, vivez par vous-mêmes, arrêtez de vivre par procuration (par l'intermédiaire de mangas par exemple...). La scène finale originale est à ce titre parlante. Ensuite tout n'est que surinterprétation je pense.

    J'imagine quelle a été la deception de Anno suite aux réactions des "fans". L'inverse de ce qu'il a souhaité. Il a donc décidé de leur donner du sang, des combats, de la violence. Je trouve qu'il y a un côté désabusé très fort dans ces films.

    Voili, encore une pierre à l'édifice "J'interprete NGE"
    au final je donne 4.5

  • Bzhnono

    04/10/2004 à 00h02

    Répondre

    Aller. Je mets 2. Pour l'animation et le souvenir de la superbe série NGE qui, en comparaison à ces deux minables films, est une série géniale. Les deux films par contre, ne répondaient à aucun besoin si ce n'est celui des fans déçus par la fin de la série. Résultats on se retrouve dans 2 gros épisodes qui n'ont aucun intérêt tant ils dénaturent la série. Les deux derniers épisodes de la série, tout en plan fixe, et avec un beau message d'espoir, était quand même mieux que cette pseudo fin philosophique. Même les principaux persos ne sont plus les mêmes. On ne retrouve pas leur caractère, ni leur mimique.
    Bref ces deux films entachent le succès de la série. 1000 fois supérieurs.

  • Anonyme

    20/10/2004 à 00h03

    Répondre

    Je ne crois pas que NGE avait rellement besoin d'une fin sinon c'est qu'on a rien compris.
    Il est vrai que la réalisation est magnifique et j'adore les scènes de combats sur fond de musique classique mais ce n'est pas une particularité unique à ce film donc on pouvait très bien s'en passer.

  • Donovan

    01/05/2005 à 15h33

    Répondre

    Réponse à la critique de Jade :

    Quel est le but de ce film alors ? Contenter des fans furieux d'avoir été "trahis" par la fin originelle d'Anno? Où alors une autre façon pour l'auteur d'exprimer ce qu'il avait à dire dans les fameux épisodes 25 et 26 ?
    Et je pense qu'on ne sera pas dans le faux en rajoutant une 3ième option : le pognon.

    Et après, la vraie réponse est très certainement un amalgame des 3 : a la fin de la série, les ventes de produits dérivés chutait légèrement, la Gainax et les producteurs auraient bien trouvé une occasion pour exploiter le filon jusqu'au bout...La grogne des fans leur en donne une belle : ils comblent ainsi une grosse demande, et donnent la possibilité à Anno de faire ce qu'il n'a pas pu faire dans la série (car oui, les épisodes 25 et 26 TV ne sont pas ce qu'ils auraient dû être. J'y reviendrais).

    Toutes les conditions étaient réunies pour que l'aventure Eva continue un peu (bien qu'Anno était très satisfait des épisodes 25 et 26 TV).

    La différence primordiale, selon moi entre les deux conclusions est que l'une est une invitation à s'ouvrir au monde, alors que l'autre (celle du film) est d'un pessimisme assez effrayant. Absolument tout ce qui avait été acquis dans la série, au fil du film, est à un moment ou un autre perdu. Anno prend un malin plaisir à laisser ses personnages espérer, pour les détruire de la manière la plus horrible possible.
    Justement non...

    Au premier abord, oui ça semble pessimiste (y a plus que 2 personnes sur Terre) mais en fait il n'en est rien.

    Le Third Impact, le but de la Seele, c'est la Complémentarisation : amener l'humain à son stade d'évolution ultime, le rendre parfait : un Etre Unique, contenant en lui les âmes fusionnées de tous les humains de la planète. Et cet Etre Unique c'est Shinji.
    Le pauvre petit otaku qui n'est qu'une lavette, qui a peur de tout le monde et qui passe son temps à fuir...

    La Complémentarisation n'est qu'une autre fuite...Si les autres le blessent tant, si c'est si dur de vivre avec eux, alors ils n'ont qu'a mourrir. Shinji sera l'unique, les autres seront en lui et ne le blesseront plus, puisqu'ils n'existeront plus.

    Mais comme il le dit lui même à Rei, vers la fin du film (c'est de l'à peu près) : "Non, ce n'est pas bien. Ou sont les autres ? Il me faut les autres pour vivre, je m'en rend compte maintenant. Ca veut dire que je continuerai à souffrir, mais c'est pas grave, on fera avec. Parce que je pourrais aussi aimer et être aimé".

    La Rei géante se déchire littéralement, l'Etre Unique est anéanti, la complémentarisation stoppée.

    Mais avant celà, Rei lui garanti que tous les autres reviendront, comme lui.
    "N'importe qui peut retrouver son apparence humaine s'il est capable de s'imaginer au sein de son propre coeur".

    Shinji et Asuka ne sont que les premiers, tout le monde reviendra de l'océan de LCL...

    Le message est le même que dans les épisodes 25 à 26 : Shinji voulait fuir, s'enfermer dans son monde imaginaire ou toutes les consciences seraient réunies en une seul pour éviter de se blesser entre elles. Mais au dernier moment, il comprend qu'il a besoin des autres pour exister. Que sans les autres, lui-même n'existe pas. Alors il refuse la Complémentarisation, et "accepte de vivre dans ce monde".

    Certes, la version TV est plus "joyeuse" avec cette jolie musique et tout le monde qui dit "Félicitations" d'une manière que n'auraient pas renié les Bisounours et le film globalement plus "cru", explicitant ce qu'était cette Complémentarisation, montrant les gens fusionner, et montre ce qu'il advient de Shinji après son retour à la réalité (c'est tout à fait vrai que le visuel de la scène est déprimant, mais pas son sens).

    Et la métaphore de l'otaku et du monde de l'animation est toujours présente et valable. L'otaku doit se réveiller, lacher son monde imaginaire et bien pratique d'anime, et sortir de chez lui pour aller voir le monde. Le vrai. Oublie tes difficultés avec les autres, même si tu es maladroit et que certains te rejetteront, tu dois y aller...

    La seule décision qu'il prendra à la fin du film montre que le pauvre garçon n'a rien appris de tout cela.

    C'est précisément le contraire.

    Réponse aux réaction des autres internautes :

    schiste a dit :
    Hors clôturer NGE par "the End Of Evangelion" casse l'ampleur de la reflexion demandé par le spectateur... si toute foi il y a la subtilité de réfléchir...

    Et non...La symbolique est la même, et tout comme la série, faut cogiter pour comprendre (je vous rassure, il m'a fallu lire pas mal d'analyses et de documents officiels pour arriver à piger les 2 fins )

    Mais la critique de Jade montre justement qu'on risque bien de passer à coté, et de se dire que les films contredisent la série TV. On dit que la Complémentarisation c'était bien, et que le choix de Shinji de vivre avec les autres, c'est du désespoir. On dit que le film fait l'apologie du néant, surtout par rapport à la scène finale. Non.
    Il montre le néant qu'est la Complémentarisation, et le rejette.

    Dans un sens, EoE ne fait que montrer les évènements réels qui gravitent au tour de la Complémentarisation de Shinji dans la série TV (et on retrouve la même conclusion).

    Ceux qui hurlent à la "trahison" , pensez ce que vous voulez, mais en vérité, à part être un peu plus crus, tape-à-l'oeil, violents, etc...Les films ne modifient pas la fin.

    Et j'aborderais un point que j'avais simplement évoqué plus haut.
    En effet, les épisodes 25 et 26 de la série TV ne sont pas ce qu'ils auraient du être.
    Petit retour en arrière...Certains épisodes de la série TV étaient , eux aussi, assez crus et avaient choqué l'opinion (citons par exemple l'épisode 18 ou l'Eva 01 réduit l'Eva 03 en purée, ou quand l'Eva 01 dévore un Ange dans le n°19)....Le climat était donc à la polémique dans les institutions japonaises. On trouvait qu'Eva allait trop loin.

    Cette polémique s'est crystalisée dans l'abandon pur et simple du script original de l'épisode 25 TV, refusé , certes pour raisons budgetaires et de temps, mais surtout par censure, le contenu étant extrêmement violent.
    Anno a dû trouver une "porte de sortie" (qu'il a , avec le recul, trouvée bien à son gout) en ne montrant que la Complémentarisation avec plan fixes, etc...

    Lors que la Gainax a lancé la production des films, il fallait bien y mettre quelque chose dedans. La solution était toute trouvée : le script original de l'épisode 25.
    C'est ainsi que le combat hyper-violent entre Asuka et les Eva Series que l'on voit dans le film "Episode 25' : Air" est celui que l'on aurait du voir dans l'épisode 25 TV...

    Pour finir, un débat que l'on lit souvent : "quelle est la meilleure fin ? Série TV ou films ?"

    On encense le film pour ses qualités graphiques, de mise en scène (et j'adore la scène de "Komm, süsser Tod", ou encore le combat Eva 02/Eva Series). On encense la série TV, pour avoir montré qu'on pouvait faire de l'animation sans cellulo, que l'animation peut donner des leçons de vie très simples, sous couvert de pseudo-réflexions philosophiques.

    On critique les films pour leur soi-disante contradiction avec la conclusion de la série, on critique leur existence soi-disante "purement commerciale/pour faire plaisir aux fans". On les critique pour leur coté "tape-à-l'oeil", "échouant lamentablement" là ou la série nous a livré un "monument de réflexion digne des plus grands penseurs des siècles passés".

    Et bien pour moi, les 2 sont indissociables, et je préfère autant l'une que l'autre (Réflexion et raisonnement/cheminement plus poussés dans la série TV, mise en scène magnifique dans les films). Et les films sont autant légitimes que la série TV (voir topo sur les scripts originaux).
    Et la critique de Jade le montre bien, ces films contiennent autant de réflexion que la série, mais il faut s'y mettre à fond pour s'en apercevoir et dépasser le premier niveau de lecture...

  • Anonyme

    18/05/2007 à 23h14

    Répondre

    je n'ai qu'une seule chose a dire
    merci Donovan pour ce que tu as dit pcq ca m'a permis d'y voir un peu plus claire et de mieux comprendre cette anime qui me troublait depuis longtemp

  • Anonyme

    18/05/2007 à 23h27

    Répondre

    une chose m'a choqué a la fin du film.

    Pourquoi est ce que shinshi etrangle asuka?

    Il y a aussi la reaction d'asuka que je n'ai pas bien compris, elle lui caresse la joue puis lui dit c'est degueulasse.

    En tout cas Anno a un dont pour laissé des questions

    A ce qu'il parrait 4 oav vont sortir debut septembre 2007 au japon
    Ce sera une nouvelle fin inedite

  • Jade

    19/05/2007 à 18h28

    Répondre

    Je ne pense pas etre capable de repondre à tes questions, mais par contre tu devrais utiliser la fonction spoiler.
    Sinon, une rumeur tenace parle aussi de films Evangelion, dont on ne voit pas vraiment le bout. Peut etre y'a t'il un lien entre ces rumeurs et les OAV dont tu parles.

  • Hello

    08/07/2007 à 18h43

    Répondre

    Quatre film sont prévu, il sortiront entre l'été 2007 et janvier 2008 au japon...


    Donovan : "Mais avant celà, Rei lui garanti que tous les autres reviendront, comme lui.

    "N'importe qui peut retrouver son apparence humaine s'il est capable de s'imaginer au sein de son propre coeur".



    Shinji et Asuka ne sont que les premiers, tout le monde reviendra de l'océan de LCL..."


    Mouais, interprétation puissance 24 quand même... Je pense que reï lui dit ça pour que lui revienne.


    Je pense que "The end of Evangelion" est une tentative d'anno de fair passer son message (le même que dans l'épisode 25 et 26, soit dit en passant). Le message du film est dirigé en particulier vers les otakus, qui constituent le principal public d'Evangelion, Lors de la sortie des épisodes, les fans n'ont pas compris la fin, et l'ont donc rejeté, de même ceux qui l'avaient comprise ne l'acceptait pas, car elle donnait un "bon coup de pied au cul" aux otakus pour qu'il se bouge un peu, Anno à donc décider de faire passer son message avec plus de violence.


    Par contre moi il y a quelque chose que je me demande toujours, Mais QUI à tué Kaji ????

  • Anonyme

    23/08/2007 à 23h09

    Répondre

    Celui qui a fait la critique a-t-il bien compris le film?


     Shinji, à la toute fin, rejette le plan de complémentarité de l'Homme, en redevenant un individuel. Il est le premier humain à revenir à son ego originel, avant Asuka, comme l'a dit Donovan. Se rendant compte que ce dans quoi l'Humanité se jette est en quelque sorte une régression, il décide de retourner dans le monde "réel" malgré son chaos et sa désolation (pas très gai de vivre à côté d'une tête géante en décomposition! Notons qu'en plus de ça il est seul, et pendant assez de temps pour ériger un cimetière).


     


    *Pour ce qui est de Kaji, c'est probablement un anonyme sans importance majeure. 


    *Shinji étrangle Asuka probablement dans un élan émotif très fort dans lequel transpire la haine qu'il a pour elle et les autres. Asuka, dans le film, lui refuse toute communication et aide. Cela reste toutefois ambigu et je ne suis pas sûr de ce que je dis.


    *Asuka trouve dégeulasse soit: -la réaction pathétique de Shinji (élan de violence puis pleurs)


    -le contact avec le monde réel après la chaleur du LCL et du reste des êtres humains


    -le souvenir de Shinji s'auto-câlinant sur son chevet (hypothèse basée sur une discussion entre la seiyuu d'Asuka et Anno)


     


     


    Enfin, je finirai par dire qu'au contraire de ce que de nombreuses personnes disent, la fin de l'anime et celle-ci sont complémentaires. La fin de l'anime est l'introspection des différents personnage suite à l'enclenchement du plan de complémentarité de l'Homme, alors que le film représente les évènements concrets. 

  • Anonyme

    28/08/2007 à 20h12

    Répondre

    End of evangelion est un réel chef d'oeuvre.


    incompris par certains, détesté par d'autres, il ne faut pas s'arreter au premier message du film


    A l'image de la bible et de la kâbbale, base de ce film, il faut finalement comprendre Evangelion comme une fable.


    Et ce dès le début... On présente souvent EOA comme un anime arriviste et déjenté...


    Mais si on y regarde de plus près qu'en est-il? une réflexion autour de l'esprit de Shinji entremélé par les battailles et les comabts de la vie, représentés par les combat des EVA contre les Anges, finalement le combat du conscient contre le subconscient...


    Evidement, présenté à première vue... On comprend naturellement le coté mecha-perso-histoire du film... Qui fini bien entendu en queue de poisson car c'est ainsi que le réalisateur conçoit la vie : pas simplement une simple ligne continue mais une remise en question...


     Que voit-on? Un  jeune homme... Shinji... se battant, créant la fin du monde malgrès lui... s'évadant tantot dans la mer de LCL, dans le crane d'une Rei géante, perforant son troisieme oeil d'un crucifix...


     Qu'en est 'il? la simple représentation métaphorique d'un esprit entrelacé entre l'amour la haine d'un jeune garçon... trouvant finalement un sens après s'être imaginé ce que serai un monde ou il serait seul.


     doit on comprendre que toute la série et le film n'est qu'un rêve, ma réponse et oui, et c'est sa qui est la merveille du film.


     

  • Bzhnono

    29/08/2007 à 09h51

    Répondre

    Mouais...End of Evangelion est superbe du plus pure point de vue technique.


    Côté scénario je pense qu'il trahit tout de même pas mal la série. La série se termine sur ce que l'on pourrait qualifier de "touche d'optimisme" alors que le film se termine au contraire sur une "touche de pessimisme" cf Asuka :"Tu me dégoutes".


    Par contre, radium, je me demande si tu ne vas pas trop loin dans l'analyse, sérieux je me suis pas cassé la tête comme ça pour comprendre NGE.

  • Anonyme

    05/09/2007 à 12h50

    Répondre

    Il empèche que EOE est un chef d'oeuvre car totalement nouveau en erme d'anime est totalement inégalé en la matière...


     Mais je voudrait lever un point... On dit que NGE n'est pas un manga de mecha... c'est faux! c'est entièrement faux! c'est même ça qui conditionne les pensée des personnages. L'EVA contient l'âme de la mère deds childen... par leur intermédiation il leur confère un route de vie à suivre... la mère de Shinji veux le protéger et c'est pour sa qu'avant sa mot elle faisait partie de la Seele, chose qu'elle confesse à Fuyutsuki. cette dite protection, Shinji l'a toujours gardé en lui, et c'est pour cette raison qu'i est un anti-héro car trouillard!


    qu'est-ce quon peut en dire? que les EVA sont les lignes directrices des children... regardez pour Asuka, c'ets la même chose...


    Il faut à ça rajouter un élément, c'est l'oppostion des comportement EVA children et c'est ça qui est interessant... Shinji est dégonflé, sa mère protectrice, l'EVA-01 hyper violent... l'EVA-02 super stable, Asuka violente, la mère de celle-ci morte dans des conditions épouventables... l'EVA-00 neutre, Rei neutre car elle n'a pas une âme qui lui ets propre...


     Cela cérifie la théorie d'équilibre des personnalités.Je vais peut être un peut loin, mais pour moi c'est le sens d'evangelion...


     -


     

  • Anonyme

    04/05/2010 à 13h37

    Répondre

    J'aime les scenaristes capable de detruire un univers qu'ils ont mis si longtemps a mettre en place.


     Cela nous change des sempiternels happy-end, et le manque total de surprise qu'ils engendrent dans une grande partie de la production SF actuelle.


     

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques