8/10

Neon Genesis Evangelion - le manga

Une série mythique adaptée en manga mythique (pour son délai de parution ?) voit le jour sous la plume de son créateur, Yoshiyuki Sadamoto. Une revisite de l'anime pas vraiment commune...

An 2000. Un astéroïde frappa la Terre, provoquant un cataclysme sans précédent. Les humains qui survécurent construisirent une nouvelle ville, Tokyo-3, et s'apprêtaient à vivre enfin en paix lorsque de mystérieuses créatures appelées " Anges " apparurent, semant la terreur et la destruction. Enfin, la N.E.R.V. obtient ce qui faisait le plus défaut : un pilote. Grâce à son habileté et ses instincts, Shinji, aux commandes du robot de combat EVA-01, repousse un premier assaut. Mais, à peine la victoire fêtée, un nouvel Ange encore plus destructeur et toujours aussi mystérieux se présente aux portes de Tokyo-3...

Neon Genesis Evangelion
Neon Genesis Evangelion
Yoshiyuki Sadamoto nous fait mijoter depuis des années mais les plus fervents continuent de lui être fidèle à travers sa fresque Neon Genesis Evangelion. A travers l'adaptation manga du phénomène télévisé, l'auteur se permet de prendre son temps et d'explorer de nouveaux points de vue à travers un dénouement similaire. Les grandes lignes sont identiques mais certains points du scénario différent (nouveaux personnages, autres messages philosophiques, exploration plus intense des caractères de chacun). Le mal-être persistant autour de Shinji est beaucoup moins percutant que dans la série les trois premiers tomes passés, l'humour est manié avec rigueur entre deux drames intenses soulevant souvent le coeur par la cruauté et la percussion des événements orchestrés. Car s'il y a un maître à bord, c'est bien Yoshiyuki Sadamoto, auteur parvenant à nous faire penser tout et son contraire... Alors, la frontière entre Bien et Mal est repensé, le manichéisme n'a plus lieu d'être. Et c'est le cas pour de nombreux thèmes où le format papier vient développer et consolider les bases entrevus dans la série animée. Cependant, trop de virages peuvent aussi conduire le titre à s'embrouiller (et nous avec) et à prendre des détours invraisemblables sans apporter de plus considérable. On reste parfois coi devant des situations déboussolantes qu'on n'aurait jamais pensé possible auparavant. Les pour et les contre s'additionnent mais le sentiment dominant réside tout de même dans une certaine trahison de l'animé qui reste supérieur... Il faut prendre Neon Genesis Evangelion version papier comme une sorte de nouveau pan de l'histoire.

Le design correspond forcément en tout point à celui de la série. L'aspect graphique ne change pas d'un iota. Si les personnages correspondent en grande partie à des classiques du genre, ils apparaissent comme des nippons moyens mais avec un panel expressif au-dessus de la moyenne. La force d'Evangelion consiste à immerger complètement son lecteur dans un monde destructuré. Même si l'univers semble proche de notre époque contemporaine, les relations humaines (par l'intermédiaire de Shinji) ont du mal à trouver une signification concrète car chaque élément est pesé, repesé, en permanence. Le personnage se prend la tête constamment et cela se traduit graphiquement par un grand déluge émotionnel manifesté sur le chara deisgn. Le reste se montre globalement équivalent à la série. Ni plus, ni moins.

L'attente du prochain film You are (not) alone et d'une hypothétique version live made in Hollywood ne représentent que des facteurs d'intérêt supplémentaires pour se replonger dans une version papier prônant une approche différente de celle de la série. Qu'en sera-t-il du dénouement si controversé de la série ? Le manga est à prendre avec des pincettes sans oublier l'idée que le titre est une série perfectible et jamais vraiment terminée dans l'esprit de son créateur, comme le prouve la nouvelle fin livrée en film. Cette version papier s'aventuera-t-elle aussi vers de nouveaux horizons ? Evangelion pose toujours autant de questions sans donner de réponses...

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    24/05/2008 à 10h39

    Répondre

    si les premiers tomes sont beau, et si d'autres par la suite révèle une histoire un poil différente mais intéressante vis à vis du manga, avec des dessins d'une qualité sans faille, malheureusement le manga s'enterre trop souvent dans un grosbillisme ou dans unjus de rose hors de propos, on sent malheureusement que le manga papier a sacrifié au rentable sa qualité intrinsèque... tout comme les films d'evangelion, vis à vis de l'anime lui-même.


     


    rien que pour le coup de la "double progressive-tronçonneuse" qui apparaît dans je ne sais plus quel tome, ce manga mérite d'être enterré dans le permafrost Antarctique. 

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques