7/10

Noiseman Sound Insect

Le monde de l'animation japonaise regorge décidément de petites perles méconnues, surtout en courts métrages. Ceux-ci sortent trop peu rarement des frontières de l'archipel, et c'est bien dommage. Le milieu des courts métrages est souvent l'endroit d'où sortent la nouveauté et l'expérimental.

Noiseman Sound Insect est un de ces petits films expérimentaux. De bonnes fées se sont penchées sur son berceau, puisque la musique est signée Yoko Kanno (qu'il est inutile de présenter) et que le réalisateur est Koji Morimoto (un des films de memories, co réalisateur de Akira...). Deux grands noms qui font de ce court métrage un chef d'oeuvre technique et artistique...

Dans un monde imagninaire, un scientifique créé un être fantastique qu'il baptise Noiseman. Malheureusement, sa créature, une forme bariolée, à moitié transparente et bruyante, décide de prendre le contrôle du monde. Elle contrôle l'esprit des gens et les force à faire la chasse à des petits animaux ressemblant à des tétards volants. Deux enfants se libèrent par hasard du l'emprise de Noiseman et décident de le combattre.

L'intrigue est le plus gros défaut de cet anime. Elle est bien trop complexe pour être développée en seulement 15 minutes. Il en aurait fallu bien plus, ne serait-ce que pour introduire correctement les "tétards" et le pourquoi de leur chasse. Le scénariste n'a pas eu le choix : il a fallu sacrifier la clarté sur l'autel de la technique. Vraiment dommage car l'idée n'est pas vraiment mauvaise, certes un peu parachutée, mais on a déjà vu bien pire. Du coup, pour arriver à faire passer un maximum de choses en si peu de temps, l'action va véritablement à cent à l'heure, puisqu'il s'agit principalement de courses poursuites.

Noiseman Sound Insect, c'est avant tout un festival graphique, un concentré de ce qui se fait de mieux en animation. On est largement au niveau des films de Miyazaki. En fait, pour avoir un point de comparaison, pensez au château ambulant. La 3D est superbement intégrée, les personnages sont toujours en mouvement et surtout, tout est utilisé à bon escient. Le studio 4°C ne cherche pas à faire dans l'esbrouffe visuelle, mais le résultat est une grande claque. c'est splendide. Et ça l'est encore plus lorsque l'on sait que cet anime à été réalisé en 1997 ! La prouesse technique est assez incroyable.

Ce qui fait vraiment plaisir, c'est que la qualité technique se double d'un réel travail artistique. Le village dans lequel se déroule l'histoire fourmille de détails, les personnages ont un vrai character design, et l'ensemble reste dans un même ton. Sans doute grace aux couleurs, qui donnent dans les tons pastels, ou en tout cas clairs et lumineux. Ce film possède une vraie unité graphique, et c'est un grand plus.
Le chara design fait étonnament penser à celui de Naruto, alors que ce manga n'a commencé à paraitre qu'en 1999. On ne cherchera pas à savoir si Noiseman a été une source d'inspiration, car ce qui compte, c'est qu'il nous est familier, et qu'il est très joli.
Et puis impossible de parler de Noiseman Sound Insect sans parler des musiques. Yokko Kanno fait cette fois-ci dans la musique électronique, et c'est une réussite. Par contre, contrairement à plusieurs de ses autres créations, on n'écouterait pas cette musique sortie du contexte de l'anime. Mais elle colle très bien à l'ambiance, et c'est plus que suffisant.

Noiseman Sound Insect est un court métrage qui pèche au niveau scénaristique, mais dont la réalisation est sublime. A voir de toute urgence.

Partager cet article
A voir

1945

A propos de l'auteur

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

    Rubriques