6/10

Nouvel Angyo Onshi (Le) - le film

Le Nouvel Angyo Onshi est à la base un manga écrit par deux Coréens. Ce n'est pas un manwha car les auteurs travaillent au Japon pour une maison d'édition japonaise. Ce détail mis de côté, Le Nouvel Angyo Onshi est surtout un excellent shônen, inattendu au moment de sa sortie en France, qui a créé la (bonne) surprise. Et comme d'habitude avec les adaptations en anime / long métrage / OAV, une bonne dose de crainte est de mise.

Dans une Corée où les puissants exploitent sans vergogne les pauvres, les paysans rêvent d'une personne noble, d'un justicier qui viendrait les délivrer du joug des tyrans. Malheureusement pour eux, les angyo onshis, des hommes dotés de puissants pouvoirs et qui protégeaient le peuple, ont tous disparus. Tous ? Non ! Il en reste un. Mais sa conception de la justice n'est pas vraiment celle à laquelle aspirent les paysans...

Une adaptation pas très fine

On ne peut pas vraiment dire que le studio se soit attaché à rendre la finesse du manga. Alors que dans ce dernier, les auteurs avaient pris soin de brouiller les pistes en faisant passer le héros pour un personnage secondaire, le studio OLM ne prend pas de gants. Le personnage principal est introduit comme tel dès le début.
Mais là où cette adaptation grossière est le plus visible, c'est sans aucun doute sur le dessin. On sait bien que lors du passage à l'anime le dessin est simplifié. Pour Lodoss, il y avait des personnes dont le seul travail était de simplifier les dessins. Et bien pour Le Nouvel Angyo Onshi, il n'y a pas du avoir beaucoup de monde qui a travaillé dessus. Le dessin du manga original était superbe. Mais pour les besoins de l'anime, il à été massacré. C'est encore très correct, mais par rapport à ce qui a servi de base, on ne peut qu'être déçu. Le héros avait un style très occidental dans le manga. Dans l'anime, il est en jean. Le racourci est un peu rapide.

Décousu et pas fini

Mais là ou ce film pèche le plus, c'est dans son manque de profondeur. Il est construit en deux parties : dans la première, on introduit les personnages, et dans la deuxième il y a une histoire un peu plus développée. Et pour qu'on ne confonde pas les deux morceaux, on a droit entre les deux à un passage de 2-3 minutes pendant lesquelles on voit le couple (le héros et son garde du corps) marcher. Ce passage n'est pas déplaisant, bien qu'il soit un peu long, mais la distinction entre les deux parties est vraiment trop marquée. Lorsque je disais que l'adaptation n'avait pas joué la carte de la finesse, ce n'est pas pour rien. Mais revenons à l'histoire en elle-même. Durant toute la deuxième partie, les différents personnages font référence à d'autres personnages, dont on n'entendra plus jamais parler mais qui ont une importance cruciale dans le pourquoi de la situation actuelle. Durant tout le film on s'intéresse donc à cette pseudo profondeur, en pensant que dès que l'intrigue en cours sera finie, on passera au plat de résistance, à l'histoire avec un grand "H". Hélas, cela n'arrive jamais et on a l'impression que ce film ne fait que narrer une anecdote. Impression renforcée par la dernière scène, dans laquelle on a droit à un superbe coming out, malheureusement totalement inutile. Quel intérêt de faire une révélation incroyable alors que le film est fini, que le personnage concerné par cette révélation n'est jamais apparu ailleurs que dans deux phrases, et que cela porte sur une époque que le héros semble considérer comme appartenant au passé et dont il se fiche. Cette fin n'en est pas vraiment une, dans le sens où le coming out appelle une suite. On a l'impression d'être dans une série, à l'épisode 13, entre deux saisons. A part en tant qu'accroche, on trouve peu d'intérêt à la fin.

Plutôt joli

Les studios semblent enfin avoir compris que pour un long métrage, il faut une animation plus convaincante que dans un anime. Ce n'est pas du grand art, ni une claque visuelle, mais c'est plus que correct : le dessin est fin, joli, et vraiment animé. On ne voit jamais les personnages glisser sur le sol quand ils marchent. Du coup on a la sensation qu'ils trainent les pieds, mais on s'y fait vite et le gain en terme de réalisme est plus qu'appréciable. Ce défaut très courant me fait "tiquer" à chaque fois, et le voir disparaître dans cet anime fait vraiment plaisir.
Et une fois n'est pas coutume, on remarque les musiques. Je parlais plus haut de la transition faite en musique, et bien la chanson est plutôt jolie. Mieux ! dans certains combats, la musique est vraiment plaisante. Il y a du rythme, cela sonne comme de la pop (pas de la J-Pop) et pour un anime qui ne vise pas plus loin que le simple divertissement, c'est tout simplement parfait. Cela change agréablement des sempiternels morceaux de pseudo classique aux thèmes éculés.

Le mot de la fin est sans hésitation "déception". Alors que le manga est tout simplement excellent, cet anime est tout juste moyen. Pas à cause du côté technique, mais juste à cause du scénario, plutot faible. Ce film ne va pas plus loin que le tome 02, sans ajouter une once d'originalité. Lisez donc le manga, ce sera une expérience beaucoup plus agréable.

A découvrir

Spriggan

Partager cet article

A propos de l'auteur

    1 commentaires

    • Anonyme

      25/05/2008 à 15h18

      Répondre

      je suis tout a fait d'accord j'ai été tres décue par le film, pensant qu'il y avait une suite j'ai cherché comme une acharnée mais rien! Ajite est cité sans plus... Alors que c'est un personnage crucial!! Le film est du reste très court et le dessin beaucoup moins beau que le manga... Mais c'est vrai que la musique est belle et les voix bien choisies...

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

    Rubriques