5.5/10

Otomen

Cuisiner un bon gigot d'agneau. Réaliser de multiples figurines faites main. Décorer, créer, nettoyer... le quotidien d'un otomen est passionnant !

Asuka Masamune, champion de la ligue nationale de kendo pour lycéens, mais aussi ceinture noire de judo et de karaté, cache un terrible secret : il est un otomen ! Pour ne pas décevoir sa mère, il a toujours chercé à refouler sa nature profonde. Cherchant à réaliser sa virilité en refoulant son « cœur de jeune fille », il va hélas finir par tomber amoureux de Ryô Miyakozuka, la nouvelle élève du lycée. Dès lors, son cœur s'emballe et... Voici la comédie romantique délirante d'un garçon au féminin !

Otomen
Otomen
Comédie de mœurs légères sur la recherche de l'identité, Otomen prend un sujet simple pour le rendre aussi simple et en y ajoutant quelques blagues et un lot de clichés à pourfendre. Car c'est vrai, après tout, les hommes peuvent révéler leur côté féminin quand bon leur semble sans pour autant devenir des extravertis, ce sont alors des otomen ! Et derrière ces hommes se cachent toutes les qualités généralement attribuées aux clichés féminins : couture, cuisine, et toute la kawaï attitude allant de pair. Imaginez ces hommes bien bâtis mais totalement dépourvus de virilité à la vision d'un Hello Kitty... Le comique devient alors simple et les situations forcément répétitives comme pour un grand nombre de manga de genre sans parvenir à insuffler durablement l'inspiration. Ces jeunes hommes pensant comme des héroïnes de shôjo en deviennent exaspérants après plusieurs volumes et il s'avère difficile de rester sensible à leurs petits problèmes sentimentaux finalement assez communs. La dualité homme / femme est exploité à 100% dans Otomen qui s'apparente un shôjo mais sans réel personnage féminin de premier plan. Asuka et ses petites contrariétés se montre amusant à cause du duo de personnages se greffant autour de lui. Par la suite, tous les autres tombent dans les ajouts numéraires et inutiles, polluant le titre.

Il n'en demeure pas moins qu'Otomen se montre un titre comique, fourmillant de situations de quiproquos et de beaux mecs, ce qui signifie pour Aya Kanno du SD et un chara design présentant un grand nombre de types efféminés. Par contre, elle a oublié d'intégrer le remplissage dans sa palette. Fort dommage. Sinon du grand classique et rien de notable à relever ni à encenser.

Une petite comédie dont le principe est exploité jusqu'à plus soif. On n'en attendait pas beaucoup plus de la part d'Otomen à la lecture de son résumé et il faudra s'en contenter pour cette fois avec Aya Kanno. En attendant de découvrir son diptyque intitulé L'Empreinte du Mal...

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    03/10/2009 à 22h41

    Répondre

    je trouve ce shojo quant même pas mal! c'est loin d'etre un mauvais titre au co ntraire il est plutot bon et surtout tres drole! certes pour l'instant ça ne vole pas haut mais se n'est que le volume 1 çça peu changer par la suite! et puis vu les tres mauvais shojo que l'on a en vf otomen est l'un des meilleur en plus le hero malgres ses gouts speciphique parcequ'il lit du shojo et pas naruto ou dbz et parcequ'il cuisine il est forcement ultra effemine ioi pourtant ce n'est pas le cas dans son atitude et dans ses geste franchement j'ai vu des perso masculin plus effemine mm dans les shonen (allen de d grayman il est loin d'etre viril je trouve et je ne parle mm pas des chevaliers du zodiaque -_-)! alors tout est relatif car oui asuka est plus viril que les perso cités on dirait le zozie de kyo de fruits basket marrant ! d'ailleurs fruit basket volume 1 on aurait pu croire a une parodie de ranma 1/2 alors que c'est tout autre! en tout cas j suis fan de otomen c'est une bouffé d'oxygene et puis le pauvre asuka il va peu etre se prendre un gros rateau ioi

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques