6.5/10

One Piece film 9 - Episode de Chopper : l'île hivernale

Ce neuvième film vise davantage les fans du petit renne, les jeunes et les nostalgiques qui désirent absolument revoir le passage de la bande à Luffy sur l'île de Drum, à l'époque où ils firent la rencontre de Tony Tony Chopper.

Pour ce neuvième film de la saga One Piece, le studio Toei animation table encore une fois sur un principe d'orientation commerciale et reprend le concept initié lors du film 8 : reprendre une partie de la série et la redécouper pour n'en garder que les meilleurs moments afin d'en faire un unique long métrage destiné à une exploitation cinématographique.
Pourquoi, me demanderez-vous, pourquoi après l'échec retentissant, le ratage complet du huitième film de la saga (La Princesse du désert et les Pirates), pourquoi recommencer cette douteuse expérience ? Car cette fois-ci, certains détails pourraient changer sensiblement la donne.
Tout d'abord, à cause d'un retour aux sources car on a confié ce neuvième opus au réalisateur Atsuji Shimizu, responsable des films 1 et 3 de la saga (et accessoirement du film Yu-gi-oh); mais la différence devrait surtout se faire autour du choix effectué par la Toei de faire un second film consacré au personnage de Chopper (après le film 3) qui est décidément le plus attachant de One Piece (avec Luffy bien sûr!). Ce film 9, intitulé Épisode de Chopper PLUS - le miracle hivernal et les fleurs de cerisiers, vise donc davantage les fans du petit renne, les jeunes et les nostalgiques qui désirent absolument revoir le passage de la bande à Luffy sur l'île de Drum, à l'époque où ils firent la rencontre de Tony Tony Chopper.


Alors que Luffy et son équipage, rassemblés à bord du Thousand Sunny, voguent tranquillement sur les flots de la Grand Line, la situation bascule soudainement. Nami, la navigatrice, tombe gravement malade, et ils n'ont toujours pas de médecin de bord. Dans l'espoir de trouver un guérisseur, ils débarquent sur l'île de Drum, une île hivernale. Toutefois, le seul médecin disponible est une sorcière pas très commode nommée « Dr. Kureha » qui réside au sommet d'une montagne quasi-inaccessible, dans un château peu accueillant. En réalité, ce n'est pas le seul, car vit également dans ce château son apprenti, une créature étrange, un petit renne parlant nommé Tony Tony Chopper. Pour faire soigner leur amie, Luffy et ses amis vont devoir affronter une multitude de dangers, dont des lapins carnivores, un froid glacial, la fièvre de Nami et surtout le terrible Wapol, un tyran utilisateur d'un fruit du démon! Au milieu de tous ces dangers, leur meilleur allié se révélera être le petit renne courageux, Chopper, et ses surprenants pouvoirs.

Le petit héros qui venait du froid


Il semble qu'il faille donner une chance à cette nouvelle tentative, en premier lieu parce que les producteurs de la série ne voulaient pas qu'il passe inaperçu, effectivement il était tout simplement impossible de manquer la sortie de ce nouveau film imposé à grands renforts de publicité (par exemple, la Toei Animation faisait passer en boucle un trailer du film 9 à la fin de chaque épisode de la série, en offrant une médaille-souvenir à tous ceux qui réserveraient leur place de cinéma en avance). De plus, des efforts ont été faits sur la durée du métrage (le film 8 était beaucoup trop condensé), 1h52 paraissant une initiative plus honnête pour tenter d'adapter les 13 épisodes originaux de l'Ile de Drum (les épisodes 78 à 91 de la série), au cours desquels l'équipage de Luffy rencontre un de leurs futurs compagnons, Tony Tony Chopper le petit renne médecin.


Avant toute autre chose, il est important de savoir que cette nouvelle version des aventures de l'île de Drum ne suis pas l'ordre chronologique de la saga : c'est une sorte de flashback biaisé, on retrouve donc plusieurs anachronismes adoptés par le scénariste, comme par exemple les personnages de Franky, Nico Robin et le nouveau navire de Luffy, le Thousand Sunny, qui n'étaient pas présents à cette époque de la saga, mais aussi des techniques que Luffy ne maîtrisait pas encore (Gear 2 et 3). On ne peut pas dire que cela change réellement l'issue de l'histoire, néanmoins certains fans tatillons risquent de ne pas aimer ce parti pris.
L'aspect technique de ce neuvième film n'est pas non plus des plus séduisants, il faut l'avouer. À force de vouloir changer et moderniser les graphismes encore et encore, on tombe parfois sur des résultats que moyens, comme ici. Au-delà des personnages eux-mêmes, dont le character design est imparfait mais satisfaisant, c'est surtout leur intégration dans le décor qui pose problème. En réalité, les décors naturels (l'île hivernale) sont bien réussis comme à l'habitude, mais les décors artificiels réalisés en images de synthèse (le Thousand Sunny, la mer) pèchent grandement par leur manque de réalisme, un défaut que la Toei Animation aurait pu nous épargner et qui laisse donc ici entrevoir un manque de sérieux et d'ambition pour ce long métrage. Toutefois, s'il y a un bon point à soulever, c'est la très bonne utilisation des images de synthèse dans les scènes d'action et de combat, par exemple pendant l'avalanche, cette option offrant un rendu tout en vitesse et en émotion. Par contre, le combat final laisse un peu de regrets tant il est expéditif.
Comme l'histoire de départ sur l'île de Drum était déjà bonne, elle le reste avec ses rebondissements, le destin dramatique des protagonistes et ses thématiques de courage et d'abnégation glorifiées lors de séquences qui véhiculent de très belles émotions. On peut déplorer quelques coupures dans la narration, plus ou moins nécessaires, mais l'esprit de l'anime est bien présent, et on se plaît à redécouvrir l'adorable petit Chopper. Malgré quelques défauts et des méchants un peu stupides, cette nouvelle version qui se base sur des valeurs sûres de la saga (gags burlesques, héroïsme démesuré, chaudes larmes et protagonistes au caractère bien trempé -surtout le Dr. Kureha), s'avère tout de même assez réussie, et finalement la question de l'utilité de ce remake ne se pose même pas, car cet épisode est si lointain dans la série qu'un bon petit rafraîchissement de la mémoire ne peut pas faire de mal.


Bilan : Des anachronismes gênants, des graphismes moyens, un humour pas toujours inspiré... Et pourtant, ce neuvième film reste dans l'ensemble une bonne mouture, bien meilleure que la précédente car la simplicité de l'intrigue de l'aventure sur l'île de Drum se prête beaucoup mieux au rythme d'un long métrage, qui plus est suffisamment long pour ne pas avoir à condenser trop d'évènements importants de l'histoire. Au final, on apprécie de revoir cet épisode touchant de la saga, animé par un agréable esprit de Noël (la neige, le renne) et porteur de belles valeurs d'entraide, d'amitié, de générosité et de persévérance, vertus dont le petit héros Chopper est le digne représentant.

Partager cet article

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • Anonyme

    14/04/2009 à 15h01

    Répondre

    Moi je dis: vivement le 10ème film, qui, si je peux me permettre, a l'air de déchirer sa race ^_^" (avec Oda au scénario, il ne peut en être autrement xD)


    Parce que les deux derniers films sont vraiment décevants, et je ne vois pas l'intérêt d'adapter une histoire qu'on connaît déjà et en moins bien parce que forcément tronquée.

  • Kurono-kun

    14/04/2009 à 20h11

    Répondre

    Bonne remarque

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques