Les Ototo du mois de février 2015

Le mois en deux mots trois mouvements : graal et MMORPG !


Fate/Zero 6 : Il y a des tomes de Fate/Zero où la baston est reine et il y en a d'autres comme celui ci dans lequel le combat psychologique est mis en avant. Saber, Rider et Archer sont réunis autour d'un verre pour débattre de leur qualité de roi et chacun avance des arguments différents sur la façon dont ils considèrent la fonction et chacun à un avis différent et bien tranché sur la question. Vous vous en doutez, Rider met en avant la force brute. Pour lui, un leader se doit se fédérer et pour cela, il doit être assez puissant pour diriger toute une armée. On retrouve là un personnage très similaire à Raoh d'Hokuto no Ken, que ce soit par son design de brute épaisse ou par son idée vis à vis de sa fonction. Archer est beaucoup plus logique : à la base, tout lui appartient donc il se trouve vexé qu'on lui prenne ses biens sans qu'on le lui demande. Pour lui, c'est tout simplement du vol. Il m'a un peu fait penser à Dio de la saga Jojo's Bizarre Adventure qui sait toujours se montrer « magnanime » avec ses sujets (le côté fourbe en moins quoiqu'il s'atténue avec les saisons). Au final, le plus étonnant vient de Saber qui ne se met pas en avant plus que ça. Sa vision des choses est même tournée en dérision par ses comparses et pour cause. Pour elle, diriger revient à faire amende honorable par rapport à ses sujets. Elle se sent responsable d'un événement qui a poussé son pays à la chute et aimerait changer les choses. Elle fait plus office de présidente que de reine et pour elle, gouverner passe avant tout par la peuple à la manière d'un Ali Baba dans Magi. Trois visions différentes s'entrechoquent dans ce sixième opus de Fate/Zero : une dictature absolue, un empire guerrier et une monarchie parlementaire. Laquelle vaincra ? Il faudra attendre la fin de la série pour le savoir. 

Sword Art Online Fairy Dance 1 : Après un premier arc en demi-teinte (la critique se trouve ici), les éditions Ototo nous proposent la suite de Sword Art Online et on serait tenté de dire « Heureusement ! » tant la fin des premiers volumes nous laissait dans l'expectative. Kirito a bien réussi à revenir dans le monde réel mais il n'en est rien en ce qui concerne Asuna. Environ 300 personnes n'ont mystérieusement pas pu rejoindre le monde réel une fois le combat final terminé et la jeune fille en fait partie. Elle est donc toujours gardé dans un coma artificiel et le jeune garçon vient la voir tous les jours jusqu'à ce que l'un de ses amis lui fasse parvenir une photo par mail. Une jeune fille qui ressemble comme deux gouttes d'eau à Asuna serait enfermé dans une cage tout en haut du plus grand arbre d'un nouveau VRMMO appelé ALfheim Online. Evidemment, il ne faut pas lui redire les choses deux fois. Kirito reprend du service et décide d'aller chercher sa belle sans réfléchir aux conséquences. Nouvelle aventure est synonyme de nouveaux personnages secondaires et c'est le cas ici avec un nouveau méchant que vous aimerez détester en la personne de Sugô. Le programmeur qui a récupéré certaines données venant de SAO semble bien plus diabolique que Kayaba dans la mesure où il a monté tout un plan pour s'emparer d'une fille plus jeune que lui et qui ne l'aime pas (ça sent le pervers lolicon à la Kubo tout ça ! ;P). La soeur de notre héros entre aussi en scène puisque Suguha va rencontrer son frère et lui servir de partenaire sans trop le savoir. Leurs liens sont assez ambigus et on sent que l'auteur veut la mettre en compétition avec Asuna mais sans trop oser le faire. Kirito profite aussi de la récupération de données des serveurs de SAO pour ne pas perdre ses deux ans d'expérience. Il n'y a que les objets qui ne peuvent pas être conservés même s'ils ne semblent pas être aussi cruciaux que les stats. Si vous êtes arrivés jusque là, vous l'avez compris, avec ce premier tome, la mayonnaise prend et le lecteur ne demande qu'à lire la suite !

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques