7/10

Panda-Z

Pour tout amateur d'animation japonaise, le nom de Go Nagaï résonne comme une douce musique. Il faut dire que le très prolifique créateur de Mazinger (plus connu dans nos contrées sous le nom de Goldorak) à plus ou moins lancé un des genres d'anime les plus populaires : les mechas. Il est également le créateur de Cutey Honey, série qui fut très populaire en son temps, et qui a même été gratifiée d'un livre d'action absolument mémorable. Panda-Z est son nouveau concept, mis en forme et porté à l'écran par deux autres personnes.

Une série pour le moins atypique, jugez plutôt : il s'agit d'un anime muet ! Une première à ma connaissance. Les épisodes très courts (5 minutes en comptant les génériques de début et de fin) s'enchaînent sur fond de musique rock. Guitares saturées et batterie agressive, un cocktail détonnant pour un anime au design très Kawaï (qui rivalise très facilement avec celui de l'antédiluvienne Hello Kitty) qui s'adresse à des enfants.

Les scénarios de cette série de mini-épisodes sont généralement très simples. Notre ami Taron et son robot Panda-Z combattent des méchants robots, souvent plus ridicules que dangereux. Mais sans lui, que deviendraient tous les habitants de Robonimal, constamment menacés par les affreux de Warunimal ?

L'idée est d'une banalité affligeante, mais suffit largement pour conquérir le coeur du public cible : les enfants de moins de douze ans. En revanche, le traitement à de quoi plaire à leurs aînés, voire à leurs parents. Car si l'animation est très sommaire et assez proche de ce que l'on peut trouver sur Internet en format flash, l'absurdité absolue des scènes en ravira plus d'un. Le graphisme tout rond et totalement inexpressif rappelle plus que fortement les icônes Kawaï que sont Hello Kitty et Pucca. La seule touche d'originalité de ce côté-ci vient de l'aspect robotique de tous les personnages. Le contraste avec la musique en est d'autant plus saisissant, mais passera sans doute inaperçu auprès des enfants.

Il faut se tourner vers les modes de narration pour voir quelque chose qui puisse vraiment plaire à des personnes plus âgées, et justifier la diffusion de cet anime sur les écrans géants qui peuplent les rues de Tokyo. Cette série est muette, et reprend quelques codes du cinéma muet. L'action est par exemple souvent interrompue pour laisser la place à des dialogues très courts entre les personnages. Lesquels sont emplis d'un absurde délicieux. Le seul reproche que l'on peut leur faire, c'est de venir toujours un peu tard, lorsque l'on a pu deviner ce qui allait être dit.

Attention, même si Panda-Z est assurément une série sympathique, c'est tout de même une série à regarder avec modération. On arrive vite à saturation, du fait du peu de renouveau entre les épisodes. De plus, le rythme général est assez mou et le comique est avant tout un comique de répétition. La répétitivité de certains épisodes en est presque énervante, et rend cette série vite lassante. En revanche, par petite dose, c'est un vrai plaisir.

Les acquéreurs du DVD découvriront quelques bonus, parmi lesquels les traditionnelles bandes annonces, des cinématiques supplémentaires, des génériques sans crédits, et surtout une interview du réalisteur. Pas grand chose, mais c'est largement compensé par le packaging dans lequel on trouve une figurine de Panda-Z. Un cadeau qui ravira les fans, sans aucun doute.

A découvrir

Orange

Partager cet article

A propos de l'auteur

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

    Rubriques