6/10

Pandala

La WWF réclame le retrait de ce titre depuis qu'il met en scène son symbole pour la défense de la nature aux prises avec d'autres animaux pour une lutte sans merci ! Quelle honte !

Le panda est un animal paisible. Pourtant, depuis quelques temps, les auteurs et autres cinéastes se plaisent à lui proposer une image totalement différente. Le gentil mangeur de bambou pataud possède désormais une image de combattant aguerri à travers le futur film Kung Fu Panda mais aussi de Pandala, l'une des dernières parutions du studio Ankama. La maison d'édition indépendante de manfra présente une aventure vierge de mots pour une série d'action simple et juste belle à admirer car tout en couleur dans un grand format.

Kung-fu Panda

Pandala (c) Ankama
Pandala (c) Ankama
Pandala est une île paisible où survient un drame : le village des Pandawas est attaqué et détruit. Suite à cet évènement tragique, un petit panda, seul survivant du village, part dans une quête initiatique. Confronté à la faune de cette vaste île, son objectif est de retrouver les responsables du carnage. Une aventure pleine de découvertes et de rencontres commence alors pour lui.

Peu à dire au niveau du scénario car nous voilà reparti pour une énième quête initiatique mettant aux prises des animaux dans une quête de vengeance pas vraiment fascinante mais tout juste bien mené. Pandala ne brille pas par son originalité mais quelques bonnes idées et surtout son traitement graphique laisse penser que le manfra possède une certaine qualité. Si la poursuite du scénario part totalement dans autre chose dès le second tome, le titre devrait plaire à ceux qui ont pu admirer d'autres titres du même genre (Gon ou Dream entre autres...).Pas de violence sanglante dans Pandala, juste une vendetta qui se destinerait aux plus jeunes.

Pandi panda

Pandala est une aventure graphique colorisée dans des tons chauds. Les personnages possèdent cette originalité propre au studio Ankama souvent plus attaché à créer des portraits travaillés qu'à monter une histoire complexe. Le graphisme et le sens du détail s'affine considérablement entre les deux volumes sortis jusqu'alors. C'est juste joli. Le travail de fond, notamment, montre une recherche intéressante parmi les divers paysages proposés (île, canyon, plaine...).

Ce manfra restera sans doute confidentiel par sa démarche de ne proposer aucune bulle et par son ton résolument graphique. Une petite oeuvre à mettre au compte d'un studio dont Dofus reste le fer de lance.
Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    17/07/2007 à 19h59

    Répondre

    Bel essai que voici, le parti pris de mélanger les styles graphiques est intéressant et assez judicieusement réalisé -malgré 2 ou 3 petits erratum à mon goût. Un coup de châpeau au découpage cinématographique des planches, pas facile de ne pas tomber dans le cliché comics ou cinéaste raté. Ici c'est judicieusement découpé, joliement dos. Quant à l'histoire, que dire? Les dessins parlent d'eux-mêmes et je ne vais pas paraphraser Eric Herenguel (scénariste de Krän) qui préface le livre...


    je mettrai un joli 8,5 sur ma petite échelle de lecteur, la perfection n'existant pas et le mélange peinture-photoshop serait à creuser sur certaines planches

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques