8/10

Paranoia Agent

Après avoir débuté dans le manga, avoir fait ses preuves dans l'animation, c'est en tant que réalisateur bien assis sur sa postérité que Satoshi Kon s'installe dans le ronflant fauteuil de metteur en scène de la série télé qu'est Paranoia Agent. L'avantage avec ce genre de série, c'est qu'on sait que le réalisateur pourra en faire à peu près ce qu'il veut, son statut empêchera les studios de tenter de rectifier le tir. L'envie a dû se faire sentir sur ce coup, mais apparement tout est resté. Bien, bien, vous voici prévenu, Paranoia Agent est un moyen au moins aussi efficace (et bien plus amusant) que le marteau ou la barre cloutée pour vous faire sauter la cervelle.

Tokyo, la capitale japonaise. Sans cesse hurlante, la métropole est innervée par les incessants flots de paroles et irriguée par les vagues de circulation piétonne et automobile. Personne n'aperçoit au milieu de cette foule, dans un parc pour enfants, un vieillard qui fait des calculs avec une craie. Pourtant, ses prévisions mathématiques semblent le terroriser.
Le vieil homme peut-il avoir prévu l'apparition de Shônen Bat (littéralement 'le jeune à la batte'), un gamin qui semble s'amuser à attaquer les gens avec une batte et des rollers dorés ? Quel lien entre les victimes de ce petit gosse taré ? Quel lien entre une designer à succès timide, un premier de classe à qui tout réussit, une prostituée/professeur schizophrène et tant d'autres ?
Alors que de jour en jour les victimes commencent à se ramasser à la pelle, la police mène son enquête tant bien que mal, et 13 épisodes seront certainement à peine suffisants pour boucler l'enquête.

Et encore, c'est bien peu de le dire. Paranoia Agent est une série qui part dans tout les sens, à raison moyenne d'une idée par épisode. Cette folie scénaristique mènerait assurement n'importe quelle autre réalisateur à sa perte, mais Satoshi Kon maitrise son sujet avec une cohèrence qui fait froid dans le dos. A vrai dire, il sera difficile d'exprimer à quel niveau chaque élément est calculé, chaque dérapage est controlé, chaque délire justifié dans Paranoia Agent.En faisant de la première partie de la série une ouverture lente et effectuée de points de vue très différents, le réalisateur capte l'attention du spectateur qui essaiera forcément de garder plus ou moins chacun des éléments en tête pour quand l'intrigue décollera vraiment. Mais l'intrigue ne décollera pas. Du moins pas dans le sens attendu.
Car rien ne se passe comme on l'attendait dans Paranoia Agent. Alors que la deuxième partie part complétement en l'air, le spectateur se demande souvent à quel dégré telle scène doit être prise. Scène d'introspection à la Evangelion ou avec une réelle incidence sur la trame, ou peut-être encore un troisième type de narration encore inconnu à l'oeil du spectateur ?

Quoiqu'il en soit, et pour résumer, Paranoia Agent oscille souvent entre réel et fantastique sans vraiment tracer la distinction nette, Shonen Bat en étant l'élément le plus révélateur. Ce gamin est-il une simple légende urbaine ou un réel malfrat à roulettes ? Et que le spectateur se méfie des réponses trop vite largués et trop satisfaisantes... Et voici la grande force de Paranoia Agent, qui est de promettre beaucoup, de ne rien offrir de cohérent pour en final s'en sortir avec les honneurs. Voici un réel tour de force, rêvé par beaucoup, qui consiste à enchainer les révélations les plus tordues et les plus invraisemblables mais néanmoins susceptibles de faire croire à une idée d'ensemble et d'ampleur géniale à coup de mises en abime absolument affolantes. Résultat, on est complétement fasciné par ce Paranoia Agent (l'ambiance y est pour beaucoup) pour comprendre peu à peu que le principe de la série ne réside certainement pas dans les twists tordus. Je laisse le lecteur trouver tout l'intérêt de celle-ci par lui-même, tout en sachant que rarement une série japonaise n'aura autant mérité plusieurs visionnages, en boucle même.

On le savait, Satoshi Kon, c'est un bon. Une nouvelle preuve s'il en était besoin. Le format est particulèrement bien choisi, le design ne casse pas trois pattes à un canard, mais la mise en scène est bluffante, rendant clairement hommages à un bon nombre des classiques (et moins classiques) du cinéma. Paranoia Agent est bien plus qu'une série, c'est un chef d'oeuvre en tant que tel, à ranger à coté de vos meilleurs films d'animation.

A découvrir

Gundam Seed - le manga

Partager cet article
A voir

Real Lies

A propos de l'auteur

19 commentaires

  • Choucroot

    27/02/2006 à 13h37

    Répondre

    Jade, merci pour cette critique .
    Pour faire court - j' en ai déja parlé - Paranoia Agent est vraiment une serie remarquable, et plus que d' y jeter un oeil, tout amateur d' animation qui se respecte se doit de s' y attarder, tant pour son scenario que pour sa mise en scene, ses rebondissement et son realisateur dont je deviens de plus en plus proche du fanatisme.
    Mr Kon, merci pour cette serie .

  • Ceir

    27/02/2006 à 17h38

    Répondre

    Et où peut-on se procurer ce petit bijou ?

  • juro

    27/02/2006 à 18h17

    Répondre

    Comme dit dans la fiche technique, chez Dybex.

  • Ceir

    28/02/2006 à 19h05

    Répondre

    Ouh la question bête

    J'avais cliqué sur "rechercher sur amazon", mais comme ça ne donnait rien, je n'ai pas pensé à regarder qui était le distributeur et ai préféré poser la question.
    En tout cas merci

  • camite

    25/04/2006 à 12h16

    Répondre

    Je viens de dévorer les 13 épisodes de cette série absolument fascinante... mais j'ai quelque peu l'impression de m'être fait avoir par une fin a priori fumeuse... Ai-je tort ?

  • Jade

    27/04/2006 à 10h51

    Répondre

    J'ai eu la meme impression sur le premier quart d'heure du dernier épisode, puis les cinq dernières minutes traçant un lien complétement fou avec le début de la série, je me suis dit qu'il n'y avait pas vraiment à chercher de cohérence (et certainement pas une symbolique) dans cette fin, ce qui au final colle très bien avec le propos général.

  • Tony Clifton

    23/07/2006 à 18h41

    Répondre

    J'ai vu, ces derniers jours, Paranoia Agent.
    C'est qd même très spécial comme animé: chaque épisodes rebondit vers quelquechose de nouveau, si bien qu'on a vraiment du mal à faire le lien entre tous ces evenements et personnages.
    Question technique d'animation, j'ai trouvé ca tres bien, mais le chara-design est lui aussi très spécial (limite des caricatures, quelquesfois, pas forcément très joli).
    Pour conclure, ca m'a bien plu, mais ca ne me semble pas être un chef d'oeuvre qd même. Peut-etre devrais-je le regarder entièrement une seconde fois sans trop espacer le visionnage des épisodes
    Je lui cole un 7/10 !!

  • Anonyme

    19/09/2007 à 12h45

    Répondre

    bon alors je ne voudrais pas jouer les rabats joies mais je ne comprends absolument pas ce qui vous a tellement pls dans cet anime ! je me suis endormie au millieu du 5éme épisode et si j'ai regarder jusqu'au bout, c'est parce qu'ayant entendu tellement de ctritiques positives je me suis dit que peut être la fin allais sauver ce desastre fumant mais NON la fin ne sauve rien du tout ! Bon je m'explique


    - Deja l'ending ... Un goût TRES desagréable de la B.O du Roi lion ! Si si, je suis sérieuse, je m'attendais presque à me retrouver dans la savane, on nous mets à l'écran tout un tas de perso' que pour certains nous ne découvriront que LARGEMENT plus tard (la fille de Kurakawa ! ou même Kurakawa lui même)


    - Techniquement, pra contre, je n'est pas grand chose à redire, ce n'est pas fabuleux ! Mais au moins, ça ressemble à quelque chose


    -L'histoire. Alors là ! En lisant le synopsis, j'étais vraiment emballé, la paranoïa, c'est vraiment un théme interressant et large, je veux dire, on peut en faire des choses sur ce théme ^^ Le premier episode me laisse... disons...encore assez curieuse de voir la suite malheuresement ma curiosité est trés vite stoppé et l'ennui arrive ! Rien n'est maitrisé ! Et ca se barre dans tout les sens, c'est du n'importe quoi ! Vraiment, je pense sincérement que si ce sujet avait été maitrisé, cela aurait pu donner quelque chose d'absolument fabuleux ! Bien sûr il y a des moment comme l'episode 7 (je crois...) où je me suis dit "tiens, ça a l'air de s'arranger, cette bouillie compacte est indigeste va t-elle devenir un véritable chef d'oeuvre, de suspense et de paranoïa ?!" bien sûre, cette bouillie ne l'est jamais devenu ! A certain moment, elle a su se relever mais est retombé lamentablement !


    - La paranoïa ! Et lalala, vu les crituqes, je pensais que ce cher Mr. Kon me ferait DEVENIR paranoïaque et que je ne pourrai plus lâcher son oeuvre ! Malheuresement, de paranoïa, il n'y a de correctement transmis, pratiquement PAS une once. Cette bouillie ne mérite pas le nom d'oeuvre et pour ce qui est de vouloir la lâcher, oui, ça par contre Mr. Kon, je vous remercie de n'avoir fait que 13 épisodes car je pense que j'aurai fini moi aussi par appellé Shonen Bat pour qu'il me tue vu la nullité de cette bouillie confuse et indigeste !


     Voila, maintenant je vais mettre toute mes forces pour oublier cette horeur (car horreur il y a), j'ai rarement été aussi déçue par un anime, la note que je lui donnerai ne serait pas Zero, car cela est encore trop !!! Quand on n'est pas capable de maitriser un sujet aussi gros, on evite de creer un anime !

  • Anonyme

    10/10/2007 à 03h38

    Répondre

     Au moins Nancy est honnête, bien que les arguments ramènent à une chose et une seule. Et ce n'est même pas un argument. Au contraire, l'intrigue n'est pas confuse, elle est complexe. Le lien entre les personnages? C'est, je pense, exactement l'effet escompté. Le lien justement c'est l'essence même de la série. Il n'y a pas de réponse. j'ai trouvé que Paranoïa Agent est une excellente illustration d'une certaine folie. La fin elle se passe de symbolique. Justement, c'est le serpent qui se mort la queue. M'sieur Kon réutilise ses obsessions et construit une trame déroutante de maîtrise, lourde, qui part en freestyle au milieu de la série. Ca paraît tordu, c'est juste génial.

  • Anonyme

    07/11/2007 à 15h55

    Répondre

    En fait Nancy je pense que tu es tombée dans le piège classique de cette animé, c'est a dire vouloir a tout pris chercher un sens a cette histoire plus que tordue voir décousue, mais il n'y en a pas. D'ailleurs le "Sage" de l'ending nous le fait bien comprendre, il ne faut pas chercher a resoudre le mystère du Shounen bat car il n'existe pas a proprement parler.


     Outre la mise en scène vraiment fascinante et déroutante brillament maitrisée par Satoshi Kôn, cet animé se démarque par son non-sens littéral, qui au final n'est qu'un pretexte pour l'auteur afin explorer son théme favori : le rêve en temps qu'exhutoire de la réalité. (cf : Paprika). C'est en effet le fil conducteur de l'histoire, Satoshi Kon prend comme exemple la societé japonaise en la montrant du doigt, en faisant le paradoxe entre une societé acculée par le stress (réferences dans plusieurs épisodes aux "salaryman" ou encore au suicide) et le refuge qui lui est proposée (ici sa facette "kawai" omniprésente).


    Bref encore une perle de Mr Satoshi Kôn, qui une fois de plus nous subjugue devant tant de maîtrise.

  • Anonyme

    23/11/2007 à 19h23

    Répondre

    mm avis que nancy, ça m'a littéralement ennuyé à partir du 5 ou 6ème épisode...mais apparemmet si on lit tous les avis précédents, il ne faudrait pas y chercher un sembant de scénario, du coup dur d'y accrocher, à  moins d'aimé regarder des épisodes qui n'ont pas grand lien les uns avec les autres... 5/10

  • Anonyme

    06/01/2008 à 05h13

    Répondre

    Merci pour cette très bonne critique.


    Une fois n'est pas coutume, je me range dans l'avis de la majorité, cet anim' est tout simplement génialissime, en plus d'être réellement original. Par contre je ne suis pas d'accord avec ceux qui pensent qu'il ne faut pas chercher de sens à cette/ces histoire(s), ce qui est intéressant c'est que justement les sens sont multiples, c'est dit dans la critique il me semble "cet anim' part dans tous les sens" c'est exactement ça, c'est aussi ce qui fait la richesse de cet oeuvre, on peut l'aborder sous plein d'angles de vue différents.  

  • Anonyme

    25/01/2008 à 17h05

    Répondre

    Personellement, j'ai adoré cet anime, même si beaucoup de choses m'ont génée, comme la fin qui part un peu en couille (au final, j'ai pas du tout compris le sens de l'intrigue, alors que l'épisode précédent, j'avais (enfin) tout capté O_o), mais c'est du satochi kon ; on aura été prévenus


    Design admirable, personnages à la fois dégoutants et attachants (surtout la femme schyzophrène et le gamin qui se prend pour le roi de son école !), et un sens du grotesque vraiment passionant...


    Mon gros coup de coeur a été pour l'épisode 8 ; les trois internautes qui se retrouvent pour se suicider...Et au final, ils retrouvent peu à peu leur gout de vivre, tout en tentant obstinément de mettre fin à leurs jours XD Grotesque, incompréhensible, mais tellement drole et délicat en même temps ! (La petite fille est tout simplement parfaite !)


    J'aime beaucoup la façon décousue avec laquelle sont traités les histoires des personnages. Celui de la fille de Kurakawa, surtout...Et dans le dernier épisode, celui de Sagi...

    Vraiment, je suis impatiente de découvrir la prochaine oeuvre de Satoshi Kon ! Et cette fois, je ne m'attendrais pas à comprendre l'intrigue, comme ça, je ne serais ni déçue, ni dérangée  je pense que c'est avec cette mentalité là qu'il faut regarder les épisodes !

  • Anonyme

    01/04/2008 à 21h58

    Répondre

    Je vois a travers les different forums que personne n'a compris l'episode 8.
    En effet ils sont tous mort dans la maison au debut et on le remarque car les personnages a partir de la n'ont plus d'ombres...
    Il suffit d'ailleurs de reecoute la vision prophetique pour comprendre apres le visionnage de l'episode evidement.
    C'est pour cela que le vieu est terrorise a la fin de l'episode les corbeau etant l'oiseau de l'au-dela au japon.
    Mais l'ending m'a beaucoup beaucoup decu par contre.

  • Anonyme

    10/06/2008 à 17h17

    Répondre

    Personnellement j'ai pleinement apprécie cette série à son dénouement. J'ai été assez débousollé par l'aspect humoristique plus prononcé dans la seconde partie et le fait de changer d'histoire tous les épisodes faisait un peu perdre de consistance au récit, on avait l'impression qu'il ne savait plus sur quel pied danser.

    Néanmoins, le récit a fini par me captiver, quelle ingénieuse et quelle habile critique de la société japonaise. Shounen Bat est l'incarnation de la fuite du réel par la violence, le suicide ou la folie et même si la designer qui a également crée Maromi (fuite par le rêve, l'iréel) finit au bout du compte par accepter la réalité, le final est assez explicite: cette tentation de la folie est éternelle, et il y aura toujours un Shounen Bat entouré de son aura de désespoir dans la société.

    Vraiment une excellente série, quelques maladresses dans la progression mais cette manière d'aborder des thèmes si graves est remarquable. Aparemment ils ont réuni du beau monde pour cette série et cela se voit!

  • Anonyme

    06/02/2009 à 01h42

    Répondre

    J'ai compris la série comme ceci :


    La plupart des personnages ont été libérés par Shounen Bat d'une situation qu'ils ne peuvent plus supporter. La première de ces situations est celle de Sagi Tsukiko qui ne pouvait accepter de perte son chiot, Naromi, par sa faute. Elle a inventé Shounen Bat en excuse pour sortir de cette situation impossible.


    Seulement voila, Sagi Tsukiko a le pouvoir de rendre ses obsessions réelles. Elle invente d'ailleurs une peluche appellée comme son chiot : Naromi. Naromi a l'air d'un sac rose mal concu avec des grands yeux qui tombent. C'est pourtant un carton grace au pouvoir de Sagi Tsukiko.


    Le premier épisode montre que Sagi Tsukiko invoque a nouveau Shounen Bat pour se libérer d'une nouvelle situation impossible. Tout comme Naromi a le pouvoir d'emener les gens dans leur monde merveilleux, Shounen Bat a celui de libérer, souvent violemment, ceux qui sont dans une situation qu'il ne peuvent plus supporter.


    Tout au long de la série, Shounen Bat devient + fort et + puissant. Un peu comme une pensée qu'on refoule et qui nous pourri de plus en plus fortement. Plus on attend, plus on essaye de la contrer et pire c'est... Surtout quand on aura plus le choix que de l'affronter. Naromi représente la capacité de Sagi Tsukiko à refouler pour se protéger.


    A la fin, nous assistons aux multiples ruses employées par Sagi Tsukiko pour se protéger de Shounen Bat avec des implication réelle de + en + forte. Mais le seul moyen d'en terminer avec Shounen Bat est que Sagi Tsukiko accepte ce qu'elle a fait étant petite. Ce qu'elle fait au dernier épisode. Ensuite, comme une pensée sur laquelle on cesse de se martiriser, Shounen Bat disparait avec Naromi.


    Pour moi, cette série est une métaphore pour la libération de l'esprit de pensées obsessionelles. Le générique du début montre des personages libérés qui rigolent de ce qu'ils ont vécu, complètement détendu. Celui de fin montre ces mêmes personages au moment où ils se libèrent.


    Jamais j'aurais pensé qu'un manga réussisse à exprimer quelque chose d'aussi profond et spirituel.


    En bref... génial !

  • Anonyme

    03/04/2009 à 20h27

    Répondre

    Ce manga est vraiment trop bien !! Bizarre aussi (enfin meme beaucoup ) Il ressemple a Paprika...

  • Anonyme

    01/05/2009 à 18h41

    Répondre

    Personnellement, j'ai regardé cette série après avoir lu toutes les critiques élogieuses. Mais j'ai été particulièrement déçue. Le postulat de départ, de la légende urbaine est vraiment intéressants et semblait prometteur, mais très vite ça dérappe pour partir dans le dément, on sait pas ou veut en venir l'auteur et au final, on est pas plus avancé au début qu'à la fin. Alors qu'on avait tout pour faire une bonne série, avec des personnages angoissant à souhait (cf : le vieux bonhomme à l'hospice). Bref j'ai rien compris ou pas grand chose et la fin est à mon goût stupide. Je pense qu'il y a des séries plus intéressante à voir, dans le même genre.

  • Anonyme

    28/07/2010 à 09h34

    Répondre

    Je suis un grand fan d'annimes nippon, et paranoia agent fait partie des meilleures que j'ai vu. Il me fait aussi pas mal penser à perfect bleu, pour le côté skyzophréne que l'on retrouve chez tant de personnages au court de l'histoire. C'est vraie que la fin est un peu bizarre, mais pas mal quans même. Peut pour que l"on soit soi-même un peu perturbé, on se retrouve tottalement dans certains personnage.


    J'aime beaucoup l'épisode qui se fait appeler en version francaise, "planing familliale" où trois personnes qui se retrouves sur le net décide de se suicider, mais qui, au fil de l'histoire, change d'avis.


    L'épisode avec les deux flics qui intéroge le gosse qui agrésse des gens à cout de batte n'est pas mal du tout non plus. On voit les choses de son point de vue plutôt que de celui des flics. C'est assez original.


    Mais bien sure mon personnage favoris reste la disagner... Qui croit que sa peluche lui parle vraiment. J'aime beaucoup aussi la prostitué qui veut s'en sortir, mais qui n'y arrive pas.


    Bref, un annime que je recommande, surtout que c'est original d'avoir autant d'histoire en une série. En faite, les deux héros, ce sont les flics.


    Bref, je le recommande, mais il ne faut pas toujours chercher des relations entre les épisodes. Voilà ce que moi, j'en pensse. Un annime un béton ! 

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques