5/10

Patlabor - Film 02

Il n'est plus vraiment nécessaire de présenter Patlabor. Cela a déjà été fait ici et sur krinein, et un peu partout sur le net.

En plein tokyo, un missile percute un pont, ne causant aucun blessé ni mort, mais détruisant tout de même un axe routier essentiel. Le seul problème pour les autorités, c'est que cet attentat n'a pas été revendiqué, et qu'aucun avion n'a été détecté au dessus de Tokyo. Et c'est une bête vidéo amateur qui met le feu aux poudres : on y voit (en tout petit certes) un avion, juste avant l'explosion. Non seulement cette vidéo constitue une preuve de la faiblesse du système de défense japonais, mais elle montre surtout que l'avion en question est un avion japonais, construit au japon et exclusivement utilisé par les forces de défense.

Patlabor 2 change radicalement du premier volet de la série. Ici, la part belle est laissée à la parlotte, aux complots, aux grandes théories et aux discours politisés. L'action est toujours présente, mais sur les deux longues heures que dure le film, seuls trois quarts d'heure sont consacrés au développement de l'intrigue et à l'action. Le reste du temps est occupé par de longs discours à propos du gouvernement, du système politique, de la corruption, etc. On retrouve en fait le même genre de propos que ceux que l'on peut trouver dans l'excellent manga Sanctuary : le Japon est corrompu, il tombe en ruine, le monde entier en veut à l'archipel, les états unis veulent envahir le Japon pour de bon et légalement, etc etc... Malheureusement, ici ce discours n'est pas étalé sur 9 tomes bien garnis, mais concentré en une heure de film. Autant vous dire que l'on arrive très vite à saturation. Et si dans le manga ces scènes étaient poignantes, notamment grace à des angles de vues diversifiés, travaillés et des phrases choc disséminées ici et là, il n'en est rien dans l'anime. Regarder pendant vingt minutes des personnages qui discutent dans une voiture n'a rien d'amusant. Surtout que ces théories du complot n'ont rien de bien nouveau. Et le principe d'animation limitée, qui est la cause de gros plans sur les sourcils (en caricaturant bien sur, mais on en n'est pas très loin) n'aide pas vraiment à rendre cela passionant. On passe donc la première heure de film à attendre que les personnages aient fini de parler pour que le film démarre vraiment. La deuxième heure est elle très correcte, et tout à fait intéressante. On retrouve l'ambiance du premier film, avec son mélange d'action, d'humour et de tragédie. Malheureusement, la première partie plombe le film.

C'est d'autant plus dommage que le film est par ailleurs techniquement très propre. Bien sur, dans un contexte réaliste et contemporain, le character design ne peut pas faire des folies, ni être très inventif, mais le trait est fin, les couleurs sont très agréables à l'oeil, et l'animation est satisfaisante. Rien d'extraordinaire, mais rien de gênant non plus. On n'en demande pas plus à un film de cet acabit.

On ne peut pas en dire autant au doublage. Encore une fois, les voix françaises ruinent un anime. Non seulement elles ne correspondent pas du tout aux personnages, mais elles sont surtout totalement inexpressives. Prenons par exemple Shinobu. Elle est l'archétype de la femme volontaire avec une très forte personnalité. Elle a réussi les plus hautes études, elle est extrèmement qualifiée, et si elle stagne dans une division de véhicules spéciaux, ce n'est que pour des raisons politiques. Pourquoi lui a t'on collé la voix gnangnan des héroines habituelles ? Pour ce personnage, une petite voix timide et aigue est totalement déplacée. Et on ne parle pas des personnages qui à l'image piquent une vraie crise de nerf, mais dont la voix reste toute gentille. Un peu plus de verve et de jeu n'aurait pas fait de mal. On passera aussi volontairement sur les quelques phrases n'ayant aucun sens que l'on trouve ici et là dans l'anime. Vous l'aurez compris, le doublage n'est pas une réussite. Et supporter les dialogues rasoirs pseudo philosophiques du début avec de telle voix est une épreuve qui vous dégoute presque du film. Comme quoi Mamoru Oshii n'aura pas fait que des bons (et très bons) films.

A découvrir

Texhnolyze

Partager cet article
A voir

Random Walk

A propos de l'auteur

    5 commentaires

    • Ghost

      26/06/2006 à 12h19

      Répondre

      Non, mais là non, on ne peut décemment pas laisser dire ça.
      Non.

      Mettre 5/10 à un film de Mamoru Oshii est déjà un blasphème, alors quand en plus il s'agit peut-être d'un de ses meilleurs films, c'est pas possible.
      Déjà, si on n'aime pas Patlabor 2, on n'aime pas Ghost In The Shell. Et si on n'aime pas Ghost In The Shell, on n'aime pas le plus grand film de science-fiction depuis 2001 de Kubrick, on n'aime pas cette oeuvre fondatrice et révolutionnaire, qui a été plagiée à tort et à travers, surtout à travers par les immondes frères Wachowski pour Matrix (d'ailleurs, ils n'ont absolument rien compris à Ghost In The Shell - ni à Lain ces crétins).

      Patlabor 2 est une oeuvre sans concessions, un refus total de souscrire au cahier des charges du film d'action pur.
      Oshii ne nous prend pas pour des imbéciles, il nous croit capable d'apprécier une oeuvre d'une richesse absolue sans que ça pétarade dans tous les sens, alors il fait ce qu'il aime : il parle philosophie et politique. Et rares sont les cinéastes à le faire aussi bien que lui.
      On sait qu'Oshii n'aime pas particulièrement filmer les scènes de combat. Alors quand il le fait, elles restent dans toutes les mémoires (le duel de Patlabors dans le premier film, le début dans la jungle dans le second, la fin de Ghost In The Shell, les égouts dans Jin-Roh). Il n'use et n'abuse pas de ses scènes d'action, il ne remplit pas son film comme il peut avec des explosions ; non, il les remplit avec de le réflexion.

      Avec Patlabor 2, Oshii dynamite encore une fois une franchise à succès, après le chef-d'oeuvre absolu qu'est Lamu - Beautiful Dreamer (qui est peut-être son meilleur film (à égalité avec tous les autres)). Oshii est un génie, un vrai, un pur, un des derniers génies de l'humanité depuis la mort d'Andrei Tarkovski et de Pierre Desproges, et Patlabor 2 est un de ses meilleurs films.
      Il mérite au moins 10/10.
      Minimum.

    • Wax

      26/06/2006 à 13h04

      Répondre

      Mettre 5/10 à un film de Oshii n'est pas un blasphème, c'est un avis. Bien argumenté de surcroit. Oshii n'est pas sacré et malgré toute l'admiration que je lui porte, je peux comprendre que l'on puisse s'ennuyer devant ses films.

      On peut très bien aimer Ghost in the Shell sans aimer Patlabor. On peut aussi ne pas aimer 2001, et aimer la SF. Le monde n'est pas blanc ou noir...

      Le caractère génial ou non de Oshii est laissé à l'appréciation de chacun.

      Desproges non plus n'aimait pas tout ce qui était sacré d'ailleurs...

    • Ghost

      26/06/2006 à 13h33

      Répondre

      Wax a dit :
      Mettre 5/10 à un film de Oshii n'est pas un blasphème, c'est un avis. Bien argumenté de surcroit. Oshii n'est pas sacré et malgré toute l'admiration que je lui porte, je peux comprendre que l'on puisse s'ennuyer devant ses films.

      Il est vrai que l'avis du chroniqueur est bien argumenté.
      Cela dit, Patlabor 2 n'est pas plus "chiant" que ses autres films, loin de là.
      Si on s'ennuie devant Patlabor 2, alors on s'endort devant Innocence ?

      [quote][b]Wax a dit :
      On peut très bien aimer Ghost in the Shell sans aimer Patlabor. On peut aussi ne pas aimer 2001, et aimer la SF. Le monde n'est pas blanc ou noir...

      Merci pour ta définition si fine du manichéisme intégriste qui me caractérise.
      Patlbor et GITS sont deux oeuvres extrêmement proches, tant au point de vue du scénario que des dialogues. L'avantage avec Patlabor est que le film dure deux heures, donc Oshii prend son temps pour nous conter une intrigue d'une richesse et d'une profondeur incroyables. Préférer GITS à Patlabor est juste une question graphique.

      Et aimer la SF sans aimer 2001, désolé, je vois pas comment c'est possible. Faut m'expliquer.

      Wax a dit : [/b]
      Le caractère génial ou non de Oshii est laissé à l'appréciation de chacun.[/quote]

      C'est encore les poncifs "chacun ses goûts", "les goûts et les couleurs", gnagnagna ?
      Alors je répondrai d'une façon très simple : Mamoru Oshii est un génie, qu'on le veuille ou non. On peut ne pas aimer ses films (encore que, c'est quand même grave), mais on ne peut pas nier qu'il soit un génie.

      Wax a dit :

      Desproges non plus n'aimait pas tout ce qui était sacré d'ailleurs...


      Desproges et Oshii n'ont pas le même génie.
      Quoique tous les deux étaient plutôt misanthropes dans leur genre.

    • Wax

      26/06/2006 à 14h11

      Répondre

      Ben je connais des gens très bien, intelligents et tout qui se font royalement suer devant Innocence. Perso, je vénère ce film comme la plupart des oeuvres d'Oshii, mais je peux concevoir que ça ne parle pas à tout le monde.

      Des fans de SF peuvent être gavés par une ouverture de 30 min sans dialogue avec des singes qui se tapent dessus, un final surréaliste et expérimental comme dans 2001 ou encore un cyborg qui cite des philosophes à longueur de film comme dans Innocence. Moi ce sont des parti-pris que j'aime beaucoup puisque j'y vois du sens. Est-ce qu'on est forcément stupide si on y voit rien d'autre que de la masturbation intellectuelle?

      Je ne cherche pas a montrer ton manichéisme intégriste comme tu le dis, mais ce qui me gène, c'est le caractère définitif de tes affirmations. Oui le génie est subjectif, non ce n'est pas grave de ne pas aimer les films d'Oshii et oui, tous les gouts sont dans la nature. Ce sont peut être des poncifs, mais selon moi, c'est la que commence le respect. On a encore le droit de penser ce qu'on veut non?

    • Kei

      26/06/2006 à 19h30

      Répondre

      On ne le dira jamais assez, une critique n'est qu'un avis subjectif.

      Ceci dit, je dois reconnaitre que tu marque des points. Mais je dois bien dire que Innocence m'a plu, mais pas plus que ca. Je l'ai trouvé beau, mais assez endormant. Et je te promet que tu ne voudrais pas entendre ce que j'ai à dire à propos d'Avalon, autre film de Oshii.

      Je suis passionné de SF. J'ai lu 2001 et très franchement, je ne l'ai pas trouvé génial. Et les suites m'ont encore plus gavées. Je préfère de très loin Dune, ou encore l'Echiquier du Mal, ou A scanner darkly, ou ou ou...

      Est-ce qu'on est forcément stupide si on y voit rien d'autre que de la masturbation intellectuelle?


      J'espère que non ! Moi je ne suis pas fan de Oshii, je trouve que ses discussions pseudo philophiques et politiques sont un peu vaines. Je ne trouve pas que l'univers de Patlabor soit le meilleur endroit pour parler de ceci, tout simplement parcequ'il faudrait bien plus que 2heures pour couvrir le sujet. Et un tel sujet se construit autour d'une discussion, pas autour de la dissertation monotone d'un personnage.
      Mais les voies francaises sont sans doute pour beaucoup dans mon ennui...

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

    Rubriques