3.5/10

Perle du Dragon (La)

Kymera Comics a décidé de se diversifier en s'ouvrant à la culture manhua avec son label Drakosia. Et plus particulièrement à l'école taïwanaise. Son premier album s'intitule La Perle du Dragon et se montre au carrefour des influences entre le dessin coréen et la narration chinoise. Et si rien de bien nouveau n'est à signaler dans le genre, ce premier one-shot en appelle d'autres...

Groar !

La Perle du Dragon
La Perle du Dragon
La montagne-nuage abrite la perle du dragon, objet capable de conférer un immense pouvoir à son détenteur. De tous temps, la perle a été protégée par la famille Dragon qui habite les flancs de la montagne. Mais la famille est quasiment décimée lorsque l'un de ses membres décide d'utiliser le pouvoir de la perle afin de prolonger sa vie. Ne reste alors plus pour protéger la perle des convoitises que Lorn, l'une des filles de la famille Dragon. Lorsque de nombreux aventuriers arrivent pour récupérer la perle, de même que le "bateau-étoile", artefact merveilleux dont la perle est un élément, la situation dégénère ! Lorn pourra-t-elle empêcher que quelqu'un s'empare de la perle ? Toutes ces épreuves lui apporteront-elles le bonheur ?

Le titre le laissait présager. La Perle du Dragon s'adresse à un public jeune explorant un monde approchant de l'héroic fantasy traditionnel, armes blanches et monstres légendaires en première ligne. Le scénario reste dans une lignée typiquement classique du genre avec beaucoup de relents propres au genre et l'intrigue se révèle beaucoup trop confinée en un seul volume. Elle aurait méritée d'être développée sur un nombre plus important de tomes. La Perle du Dragon ne montre pas grand-chose d'autre que de l'action basique. Pas vraiment inspiré le manhuaji ne parvient pas à faire interagir ces deux personnages principaux qui ne se renvoient pas la balle correctement. Et l'on en vient à se demander si le manhuaji ne s'est pas plus concentré sur son trait que sur le développement de son histoire...

Une perle, une !

Vaisseaux spatiaux sortis d'un peu n'importe où, combat de cape et d'épée, tradition de dragon et de trésor aux pouvoirs redoutables... Cela fait beaucoup trop pour un one-shot qui en devient rapidement surchargé. La Perle du Dragon mord la poussière par instants, les personnages tapant véritablement dans la caricature des héros manichéens datant de bande dessinée asiatique « de l'Antiquité ». Un autre problème référent au manhua est le fait que dans sa catégorie, de nombreux concurrents se sont déjà faits les dents sur un thème quasiment similaire d'action aux accents légendaires / traditionnels / hérois fantasy (Now, Chonchu, etc...) avec des succès différents, notamment en fonction de leur narration. Ici, elle est naïve et sans rebondissement spectaculaire.

Le graphisme est sans doute un point positif à ne pas négliger. En dépit de quelques erreurs de proportion et de scènes de combat pas toujours glorieusement orchestrées, La Perle du Dragon bénéficie d'un potentiel honnête avec un découpage simple mais rendant la lecture claire et simple. Suffisamment détaillé pour attirer l'oeil, le dessin se confond dans la masse de manhwa d'action sans en ressortir véritablement. La mise en scène demeure stéréotypé aux codes du genre et juste correct au final.

A partir des légendes orales et folklore chinois (et taïwanais), un gros panel d'auteurs ne cesse de ressasser ces thèmes sans apporter énormément d'originalité. Jun-Wei Huang se situe dans cette catégorie. A la lecture d'un tel scénario, il s'avère dérisoire de qualifier la ligne éditrice du label qui proposera des bouquins bien différents dans les prochains mois. Coup d'essai sans éclat pour Drakosia, la suite ne pourra qu'être meilleure.

A découvrir

Ken le Transporteur

Partager cet article
A voir

One Day

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques