Les Pika du mois de février 2014

Le mois en deux mots trois mouvements : un rendez-vous, des sorcières, un peu de rêve, du yonkoma douteux, un peu de calme, un magicien pervers, la tête dans les étoiles et une touche de voyage transdimensionnel.


A Town Where You Live 14
:
La comédie romantique de Seo Kouji est de retour avec un volume pas franchement passionnant. Pourquoi je dis ça ? Tout simplement parce que le passage « clé » n'est autre qu'un énième « rendez-vous qui n'en est pas un » dont l'auteur est assez friand. Haruto est victime de son succès et se fait piéger par Rin. Il va donc devoir aller au parc d'attraction avec Yuzuki (son ex-petite amie)… Eh oui, les temps sont durs quand on a du succès et même si Haruto a déjà une copine, ce dernier n'a pas l'air d'avoir plus de remords que ça quand il s'agit de passer une journée dans un endroit pour les couples avec une autre fille (même si à la base, ça ne devait pas être son ex). Les nerfs du jeune homme sont mis à l'épreuves à plusieurs reprises puisque de nombreuses filles lui tournent autour mais pour le moment, il semble survivre. On reste donc dans quelque chose d'assez gentillet avec ce quatorzième opus et on aimerait une vraie intrigue pour relancer un peu la série, entrée dans une période plus molle depuis quelques tomes.

 


Devil's Lost Soul 1
:
Si vous étiez au salon du livre en mars, vous n'êtes pas sans savoir que Kaori Yuki y était invitée pour présenter sa dernière série en date, Devil's Lost Soul. Toujours dans le gothique, elle se lance cette fois dans une histoire où la magie noire, les sorcières et l'alchimie se mêlent. Sorath est un jeune orphelin qui a été sauvé par Garan, le fils du Baron Kamichika, un personnage avide de pouvoir qui néglige son fils et n'hésite pas à lui faire violence. Dans ce climat tendu, Sorath tente de protéger celui qui lui a jadis sauvé la vie mais tout n'est pas facile pour le jeune garçon qui n'est pas de taille contre le baron. Ce dernier s'adonne d'ailleurs à des expériences très spéciales où la magie noire est reine. Son but : la nuit de Walpurgis… Kaori Yuki reprend donc des éléments bien connus des amateurs d'histoires du genre. Que ce soit la fameuse nuit du cauchemar où encore les différents rites, on sent qu'il y a eu une bonne dose de recherches pour ancrer ces éléments très occidentaux dans la culture japonaise. L'auteure signe donc un bon retour avec un titre aux bases solides, que ce soit au niveau de l'histoire ou du dessin. 

 


Dreamland 4 - Nouvelle édition
 :
Les rêveurs du monde de Dreamland vont tomber sur un cas singulier dans ce quatrième volume puisqu'ils feront face à un homme tombé dans le coma. Reno gère cette apparition de manière plutôt réaliste puisqu'il va dépeindre un homme qui ne se rend même pas compte qu'il se trouve dans le monde des rêves. Le choc du coma (et le fait d'être placé dans un sommeil permanent) lui aura fait perdre sa « mémoire » d'être humain et l'aura poussé à s'intégrer au monde de Dreamland au point de créer son propre royaume. Concrètement, il y a de tout dans ce tome : de la bonne action comme on l'aime, un peu de pathos mais pas trop (avec le père d'une des camarades de Terrence dans le coma), de nouveaux mystères et une narration toujours aussi efficace. Ce que je reprochais aux premiers tomes (de contenir beaucoup trop de textes) est définitivement corrigé et on se retrouve, nous les lecteurs, avec un titre bien plus équilibré et vraiment agréable à lire. Je pense que plus personne n'a d'excuse pour ne pas s'y mettre ! 

 


Highschool of the Head
 :
Fans de la série Highschool of the Dead (vous savez, la série où ça explose des zombies dans un lycée ?), petit spin-of humoristique de Daisuke Sato et Shouji Sato, ce titre… devrait vous laisser complètement indifférents. Vous pourriez être tentés par amour pour un personnage ou même juste de la série mais il vaut mieux que je sois direct, ce n'est pas une bonne idée. Pourquoi ? Déjà parce que le yonkoma (manga -se voulant- comique en 4 cases) n'est pas pour tout le monde et encore moins quand il n'est pas particulièrement bien maîtrisé. C'est malheureusement le cas ici et Sakakuhead peine à nous faire sourire avec des gags qui font rarement mouches, et ce, même s'il reprend bon nombre de scènes du manga original (pour donner des points de repère, ce qui reste une bonne initiative). Ce titre n'est pas non plus une bonne idée dans la mesure où le thème de base est mal exploité. Même s'il est normal de voir les héros mis en avant, on ne peut que regretter la trop rare utilisation des zombies dans les gags, ce qui limite un peu les possibilités… Bref, Highschool of the Head est un titre anecdotique à bien des niveaux et on se demande comment il a bien pu atterrir chez nos libraires.

 


Mokke 5
 :
Avec ce nouveau tome, ce sont cinq nouvelles histoires qui nous seront proposées. Elles possèdent toutes leurs qualités mais je crois que celle que j'ai pris le plus de plaisir à lire était Hiyorimôshi dans lequel Shizuru donne une petite astuce à son ami Fumi pour faire en sorte de chasser la pluie afin d'avoir un weekend ensoleillé. Une fois n'est pas coutume, j'ai passé un moment agréable et relaxant en lisant ce tome de Mokke. L'auteur réussit à donner un rythme parfait à ses histoires qui possèdent une ambiance toujours aux petits oignons. La seule chose que l'on peut reprocher au titre, c'est l'absence d'un fil rouge puisque cela fait cinq tomes que l'on a le schéma « une histoire = un chapitre » et on se dit qu'étaler certaines histoires sur deux ou trois voire un tome pourrait donner quelque chose de sympathique. Bon, tout n'est pas perdu et il reste encore 4 tomes au mangaka pour exaucer notre souhait !

 


Negima (Volumes doubles) 5 :
 La fête de l'école commence à l'école Mahora et elle promet de grosses surprises pour Negi et toute sa classe. Entre la maison hantée, le tournoi des arts martiaux, les divers stands de nourriture, pas sûr que trois jours soient suffisants pour pouvoir tout faire. Heureusement pour lui, le petit professeur semble avoir plus d'un tour dans son sac. Classique parmi les classiques dans les shônen qui se passent en milieu scolaire, Ken Akamatsu ne pouvait pas laisser passer l'occasion de dessiner la fête de l'école. La différence entre lui et bon nombre d'auteurs, c'est qu'il a décidé de faire les choses en grand. Il prévient d'ailleurs que ce n'est qu'un des premiers volumes consacrés à cet événement qui risque de durer un bon moment. Au niveau des scènes proposées, rien de très original. Des culottes par ci, des vêtements qui volent par là... L'auteur ne prend pas vraiment de risques et commencent ce nouvel arc à sa sauce. Après 4 volumes doubles (soit un peu moins de 1600 pages), les lecteurs savent à quoi s'attendre, non ?

 


Space Brothers 4
 :
L'examen de la JAXA continue et la troisième phase s'avère plus difficile que prévue. Dans les caissons d'isolement, chacun commence à douter de l'autre, en particulier depuis que sont survenus de petits incidents. Heureusement pour l'équilibre du groupe, Mutta se souvient des paroles de son frère qui lui avait déjà parlé des green cards (pas celles qui vous permettent de rester aux USA, hein...*jeu de mot honteux*), ces ordres passés par les examinateurs pour tenter de déstabiliser le groupe. Plus que les qualités individuelles, ce que l'auteur met en avant, ce sont les capacités de chacun à vivre en communauté et à résister à la pression. Dans l'espace, quand la solitude se fera ressentir, il ne faut pas non plus que tout le monde se mette à accuser tout le monde pour n'importe quelle raison. Le sang-froid est donc primordial et c'est cette faculté de le garder qu'analyse la JAXA avec cette troisième épreuve. Avec un talent certain pour raconter les histoires, Chûya Koyama fait plaisir à ses lecteurs et leur propose des personnages intéressants et réalistes qui ne s'avèrent jamais ennuyeux, un véritable tour de force sublimé par l'excellente traduction de Sylvain Chollet. Que demande le peuple ?

 


Tsubasa Reservoir Chronicle 2
 :
Shaolan et toute la troupe débarque dans le pays de Koriyo, une sorte de village féodal asiatique gouverné par un seigneur comme on peut voir dans Le Nouvel Angyo Onshi. Coup de chance pour nos héros, les villageois sont tyrannisé depuis que leur lige à récupéré des pouvoirs magiques impressionnants… Les CLAMP continuent de nous proposer une très sympathique tournée des mondes (à défaut d'une tournée des bars !) avec des personnages au backgrounds très différents qui semblent être en mesure de s'allier pour tenter de redonner des couleurs à la pauvre Sakura. Ils vont d'ailleurs devoir le prouver dans un des nombreux combats auxquels ils vont devoir prendre part pour récupérer ses plumes (non, ce n'est pas un oiseau, c'est juste que sa mémoire s'est séparée de la sorte). Comme nos héros passent d'une dimension à l'autre assez rapidement, le design et surtout l'ambiance du manga change de manière régulière, ce qui permet de redonner de l'intérêt très rapidement pour le lecteur qui se lasserais facilement. 

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques