Les Pika du mois de novembre 2014

Le mois en deux mots trois mouvements : karuta / sorcières / glace / géants / infos / titans / pension / portable / découverte.


Chihayafuru 10 : C'est l'heure des éliminatoires pour le tournoi national et le club de Mizusawa a une réputation à tenir. Pour ses nouveaux membres, ça sera l'occasion de découvrir les « joies » de la compétition et pour les vétérans, l'heure de la revanche face à Hokuô ne devrait plus tarder ! Yuki Suetsugu utilise à merveille ce mini-championnat pour nous montrer les progrès effectués par le noyau dur du club en même temps qu'elle donne des indices sur le potentiel des petits nouveaux. Chihaya est devenue particulièrement forte et ne se laisse plus intimider du tout par ses adversaires. La jeune fille oublie tout ce qui se passe autour d'elle quand elle rentre dans la partie. Le problème vient plutôt de Taichi qui continue à douter de lui et peine à écraser des adversaires qu'il devrait pourtant battre très facilement. Pour le reste, on a le droit à quelques affrontements sympathiques de la part de Tsukuba et Sumire. Les frères du premier viennent d'ailleurs renforcer le côté comique de la série et dédramatiser un peu le tournoi et son ambiance qui aurait pu être pesante. La revanche tant attendue contre Hokuô sera pour le tome 11 et aucune des deux équipes ne devrait en sortir indemne…

Devil's Lost Soul 4 : Les démons de Kaori Yuki refont surface ou du moins ils essayent. Nonoha va être témoin de combats d'une violence inouïe pour une enfant, de quoi la choquer violemment mais il se trouve que l'auteure en a décidé autrement. En effet, la jeune fille ne montre absolument… rien. Elle se demande juste où est passé son « tonton » qu'elle n'a pas vu depuis un petit moment… Dans le même temps, une jeune idole du nom de Toa Nakanohi demande à ses fans des choses pas très catholiques à ses fans en échanges de pouvoirs démoniaques. Kaori Yuki commence à donner un peu de cohérence à son histoire plutôt que de nous balader un peu partout. On ne comprend pas forcément l'intérêt du personnage de Mizuka qui englobe absolument tout ce qu'on déteste chez les idoles. En ce qui concerne l'action, il y en a à revendre dans ce quatrième tome et il faut avouer que les combats sont plutôt bien menés, même s'ils sont un peu rapides. Encore deux tomes et ça sera fini !

Fairy Tail 40 : Le grand tournoi de la magie touche (enfin) à sa fin dans un final épique dont Mashima a le secret. Alors oui, ça pète de partout, il y a des morts qui ne le resteront peut-être pas et la première partie du volume transpire la magie. Le combat de Natsu ne se termine pas par un power-up comme on aurait pu le penser et la célébration qui suit revient à un gros délire comme  on en voit souvent dans la série. Natsu qui s'auto-proclame roi, ça vaut son pesant de cacahuètes ! Qui dit fin d'un arc dit aussi début d'un autre car il semblerait que l'auteur ne souhaite pas encore terminer sa série. Natsu et Grey vont être appelés par un mage sacré pour une mission… glacée. Fairy Tail, c'est une série qui, si son auteur le souhaite, peut durer éternellement. Cependant, vu la qualité et l'envergure de l'arc précédent, Mashima va devoir se surpasser pour rendre cette nouvelle aventure meilleure. Après, il y a de quoi faire vu la pléthore de nouveaux personnages (mais aussi des anciens) à sa disposition !


Kingdom Hearts - Le Roman : Après le manga, Pika a la bonne idée de nous proposer le roman issu du premier épisode de la saga Kingdom Hearts. Ce n'est donc pas une histoire originale mais bel et bien une version écrite des quatre volumes du manga donc du scénario du jeu. On suit donc l'aventure de Sora, Donald et Dingo dans les mondes de Disney et leurs combats contre les sans-coeurs. Je ne peux pas vraiment juger de la traduction mais l'adaptation semble avoir été faite correctement. Le tout est plutôt bien écrit et se lit sans trop d'interruptions. Les mots coulent et la structure reste efficace pour les quatre cent et quelques pages qui composent l'oeuvre au total. Ma seule interrogation concerne la séparation en deux volumes qui ne semblait pas particulièrement nécessaire mais bref, ça n'enlève rien la qualité de cette oeuvre qui saura ravir les fans mais aussi constituer une porte d'entrée aux nouveaux venus. 

L'Attaque des titans 10 : Pour commencer, on remarque presque immédiatement le petit logo France 4 sur la quatrième de couverture. Eh oui, depuis la diffusion sur une chaine publique, le manga a gagné un status presque iconique et il faut avouer que c'est mérité (en tout cas, ce n'est pas ce nouvel opus qui va me faire mentir). On pensait que le tome précédent atteignait des sommets en matière de révélations mais Hajime Isayama a mis les bouchées triples (oui oui, c'est complètement dingue) pour faire halluciner ses lecteurs. Que ce soient les titans qui agissent la nuit où même la capacité à parler et réfléchir du titan bestial, le véritable nom de Christa ou même la révélation de TROIS nouveaux *************** (je me suis auto-censuré, c'était nécessaire !), préparez-vous à un volume tout simplement épique. Comme d'habitude lorsqu'il y a des choses trop importantes, je vais vous laisser le temps de les digérer et on reprendra le cours normal des critiques avec le tome onze. En tout cas, une fois ce volume lu, plus rien ne sera jamais pareil et ça ne m'étonnerait même pas que vous repartiez en arrière relire certains volumes ou du moins certains passages histoire de comprendre certaines choses. Le monde de L'Attaque des titans se trouve bouleversé par les changements opéré par un auteur, qui décidément, possède plus d'un tour dans son sac !

L'Attaque des titans Inside : Il est très rare de voir un guide book sortir au « bon » moment en France. Par « bon » moment, je veux bien sûr parler de son position entre plusieurs tomes de la série. On se souviendra notamment du guide book d'Eyeshield 21 qui ne contient des informations que jusqu'à la moitié de la série (plus ou moins) mais qui avait été sorti après le dernier tome… Pika a eu la bonne idée de sortir Inside juste avant le tome 10 qui contient des informations qui n'y sont pas encore répertoriées. Qu'est-ce que vous pourrez trouvez comme élément croustillant ? Ma foi, j'ai peur qu'il n'y ait aucune révélation particulière. L'objet est trop bien fait (ou trop bien supervisé) pour se permettre le moindre écart. Cela n'enlève pas du tout l'intérêt de l'ouvrage qui reste une mine d'or pour tout ce qui concerne la série. Caractéristiques des personnages, chronologie, scènes marquantes, concours de popularité des personnages… Tout ça n'aura plus aucun secret pour vous. Vous pourrez aussi en apprendre un peu plus sur l'auteur grâce à une interview exclusive mais aussi sur les doubleurs de la série qui ont le droit à leur heure de gloire. Après, il ne faut pas se voiler la face, Inside est, comme tous les guide book, à réserver aux fans de la série qui se délecteront de voir tant de données concernant leur série préférée rassemblées au même endroit ! 


L'Attaque des titans Before the fall 2 :  Alors qu'il attend patiemment l'arrivée de Carla, Kyklo découvre que des membres d'une secte d'adorateurs des titans ont décidé de venir à sa rescousse. Ils massacrent allègrement les membres de la famille Inocencio à commencer par le père. Par contre, Carla sera protégée par son frère Xavi mais ses agissement seront révélés au grand jour. Fini la vie de luxe, elle s'enfuit donc avec le jeune homme qui veut rejoindre Shiganshina pour se rapprocher de la sortie et tenter de voir à quoi ressemble un titan. Lors de la première sortie du bataillon d'exploration, il en profite pour se glisser dans le convoi mais il ne lui faut pas très longtemps pour réaliser qu'il est bel et bien humain. Face au titan, il a du mal à contenir sa peur et se rend très rapidement compte qu'il va devoir se battre pour survivre… Deuxième volume et le seul constat que l'on peut faire, c'est que là où les titans d'Hajime Isayama sont dérangeants (ils provoquent une sorte de malaise chez le lecteur), ceux de Satoshi Shiki sont tout simplement terrifiants. Il se débrouille à merveille pour leur donner cette composante véritablement effrayante qui en fait des monstres sans pitié qui ne sont là que pour terroriser la race humaine. Au niveau de l'histoire, j'ai toujours du mal à voir où il veut en venir. Le jeune héros a compris qu'il n'avait rien d'un titan, soit, mais ça ne dit pas vraiment ce qu'il va faire à partir de là.   Bref, avec tout ça, on se trouve en présence d'un volume agréable à lire mais pas forcément convaincant même si on devrait y voir plus clair dès le prochain !

Love Hina 4 à 6 (Réédition) : La réédition continue et les mésaventures de Keitaro se poursuivent dans la joie et la bonne humeur. Ken Akamatsu continue à varier les situations et les gags potaches en amenant ses héros à la plage, à l'université, etc. Le seul reproche que l'on pourrait vraiment faire, c'est que le fil conducteur, soit la relation entre Keitaro et le personnage féminin principal Naru, se perd très souvent dans des banalités ou des impressions de déjà vu. Elle se trouve parfois noyée dans des histoires annexes s'intéressant davantage aux personnages secondaires que sont Motoko ou Sû, et peine à revenir dans un cadre plus sérieux. Par contre, on notera que le style graphique va en s'améliorant. Le chemin parcouru depuis le premier volume est déjà bien loin et l'auteur maîtrise maintenant les courbes de ses héroïnes à la perfection (bon, OK, il gère aussi parfaitement ses personnages masculins mêmes s'ils ne sont pas nombreux !). Le dessin rondelet  et l'humour intemporel du titre permettront la diffusion au plus grand nombre et même aux plus jeunes même s'il y a pas mal de détails qui devraient leur échapper. Love Hina reste néanmoins un titre qui peut passer entre toutes les mains et on aurait vraiment espéré quelque chose de plus que de simples couvertures dans ces rééditions.


Love Mission 10 : Yukina continue à chercher de l'inspiration pour son roman en ligne qui chute littéralement dans les sondages… Sa prochaine mission : Shigure et Akira vont devoir se « battre » pour faire d'elle leur amoureuse… Alors oui, on continue un peu à tourner en rond dans la série d'Ema Toyama, chose assez commune dans les derniers volumes. Malgré les déclarations d'amour répétées de Shigure, Yukina continue à hésiter pour une raison qui nous échappe à tous (probablement même à l'auteure elle-même). Même si le coeur à ses raisons que la raison ignore, la période où les deux se tournaient autour aurait dû être finie depuis longtemps… Quand on voit une potentielle histoire d'amour aussi clairement délimitée, c'est presque criminel de tourner autour du pot pendant dix tomes… 

Say I Love You 2 : Mei n'arrive toujours pas à se faire à l'idée qu'elle sort avec un garçon, elle qui n'avait pas eu d'amis pendant plus de dix ans. Yamato continue donc à la travailler au corps (dans les limites de ce qu'elle permet) pour que la jeune fille ressente la même chose que lui. Cependant, après des années de blocage, s'ouvrir n'est pas facile… Après un premier volume drôle et touchant, Kanae Hazuki continue avec la même recette et… ça marche ! L'innocence de Mei reste assez réaliste et on ne tombe jamais dans le mielleux. La jeune adolescente se perd dans sa méconnaissance des relations humaines et va devoir apprendre à faire confiance à celui qui réussit à conquérir son coeur de plus en plus. On la sent partir très rapidement et se rapprocher de Yamato sans même qu'elle ne s'en rende compte. Elle se met à penser à lui, à vouloir l'appeler, des choses toutes simples mais qu'elle n'avait jamais ressenti avant. Yamato lui-même le lui fait remarquer : « Tu es habituée à ce que je t'embrasse maintenant ! ». Au final, l'auteure continue son histoire en y mettant énormément de sentiments et d'énergie. On verra si une intrigue un peu plus complexe se développe d'ici quelques tomes mais pour le moment, aucun indice ne le laisse penser.

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques