4.5/10

Please Teacher - le manga

La série semble avoir marqué considérablement les esprits. Du coup, Please Teacher débarque comme un produit dérivé sur support papier sans être une adaptation fidèle en tout point. Recruté sans expérience pour mener le projet à bien, Shizuru Hayashiya dessert un trait fidèle à celui de l'animé pour un drama school amoureux avec une dose d'humour qui le pousse dans la catégorie des « presque bien », si ce n'est une édition vraiment au bord de la faillite.

P.R.O.F.S

Please Teacher
Please Teacher
Kei souffre d'une maladie très rare. Lors d'une de ses crises, il tombe dans un coma pouvant durer quelques instants jusqu'à plusieurs années. L'un d'eux l'a cloué dans un lit durant 2 ans. Âgé de 18 ans, il entre seulement cette année au lycée et cache son problème à ses nouveaux camarades. Mais il va vivre une expérience bien plus surprenante en découvrant un vaisseau spatial au-dessus du lac près de chez lui. C'est ainsi qu'il rencontre Mizuho, un agent intergalactique en mission d'information. Il parvient à lui échapper, mais le lendemain, il se retrouve nez à nez avec elle en pleine classe : elle est devenue son professeur principal !

Un nouveau quiproquo débouchant sur une situation donnant un postulat de départ peu affriolant. Ceci est une spécialité nippone. Les exemples ne se comptent plus mais pourtant la soupe... euh, la mayonnaise prend toujours. Aussi invraisemblable soit-il, le scénario débouche sur une intrigue basique dont le dénouement ne laisse place à aucune surprise. D'ailleurs, on en a rapidement rien à fiche, l'histoire se déroulant sous forme de chapitres plus ou moins indépendants mettant aux prises un professeur courant après son élève. Le mérite du manga est de se présenter sous forme courte, sans une dizaine de volumes avec une fin s'étendant à perte de vue.

I love UFO

Les personnages ne débordent pas du cadre configuré pour eux dans cette comédie romantique allant entre hésitations à avouer ses sentiments, perte de confiance et autres canons du genre. La touche originale venant du côté extra-terrestre rappelle DearS mais l'humour est bien loin d'égaler GTO, faisant de Please Teacher un manga sans véritable envergure, juste un prolongement de l'animé. Le manga n'apportera rien à la comédie romantique tant le couple est pathétique par ses réflexions mais son petit côté amusant rappelle aussi Chobits, surtout par ses adorables petits personnages poussant des cris dérisoires.

Le trait est fidèle à celui de la série. Fin et se centrant sur les personnages, il varie de temps à autre sur un SD bienvenu, mettant en scène des rolling gags avec des personnages secondaires. Peu de fan service, ce qui est toujours appréciable et des autres caractéristiques graphiques tout à fait dans la norme font du manga une adaptation pas complètement ratée mais un manga simple à appréhender comme une lecture divertissante. Enfin qui aurait pu. Car l'édition est un gâchis monumental, consternant par instants avec tous les défauts attribuables à Soleil en général.

L'éditeur se fait le champion des adaptations en manga de séries animés à succès après Samurai Champloo. Please Teacher ne s'interdit pas de séduire les amateurs de comédie romantique mais l'édition manque cruellement d'intérêt de la part de l'éditeur qui ne propose qu'un bout de papier peu convaincant.

A découvrir

Loup de Hinata (Le)

Partager cet article

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • Anonyme

    25/02/2008 à 14h05

    Répondre

    Personnellement, moi j'ai adoré la version animée de cet excellent manga alors je ne saurai trop vous conseiller de l'acquérir au plus vite!!!!!!

  • juro

    25/02/2008 à 21h49

    Répondre

    Alors il fallait poster sur le topic de l'anime !!!

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques