7/10

Plume de Feu (La)

Cette fin d'année 2003 est fortement caractérisée par l'explosion du manga en France : nouveaux magazines avec Japan Vibes et Virus manga...mais aussi et surtout par l'arrivée sur le marché français de nouveaux éditeurs et de leurs séries : Muteki, Asuka, IMHO, Kabuto...
Un raz de marée de nouveaux titres est donc en train de débouler partout en France et Navarre.
Ainsi, à l'heure actuelle, tous les forums spécialisés, arpentés assidûment par les accros, sont en effervescence :

« C'est quoi les nouvelles séries ? »
« Ils annoncent quoi les éditeurs ? »
« J'espère qu'ils vont pas bâcler leur travail »

Etc.... Voici un petit aperçu des questions qui reviennent le plus souvent.
Alors, qu'en est-il réellement ?

Muteki ouvre le bal en sortant après quelques retards sa première série : La Plume de Feu.
La Plume de Feu
La Plume de Feu
Cette série au doux nom très shônen va sûrement en surprendre plus d'un. En effet, passée la couverture flamboyante où l'on peut voir un type « tout feu tout flamme » (bien bonne celle là), qui pour ma part m'a donné l'impression que j'allais lire un nouvel ersatz de Saint Seiya et Cie, on rentre dès la première page dans le vif du sujet. L'auteur : kazuhiko Shimamoto donne tout de suite le ton, sa série sera sous le signe du comique, de l'absurdité, du n'importe quoi. Honô, le héros de La Plume de Feu est mangaka. Accompagné de sa fine équipe d'assistants, il ira de Charybde en Scylla pour finir à temps ses planches tant attendues par son éditeur. Le mangaka, le vrai, nous propose donc dans cette histoire de découvrir la vie trépidante et un peu spéciale de l'ascension d'un dessinateur hors du commun.
Ainsi, une fois n'est pas coutume, on a le plaisir en quelque sorte de passer de l'autre côté du miroir. Ce manga se révèle donc très didactique car on y apprend plein de détails sur le mode de vie d'un mangaka mais aussi sur sa façon de penser.
De plus, l'auteur ne s'arrête pas à cette idée de génie et afin de toucher un plus large public, aborde ce milieu secret et mystérieux à grand coup de gags loufoques, hyperboles et situations burlesques. Par exemple, Honô va devoir lutter contre une sniper venue l'abattre car pensant avoir affaire au créateur d'un pseudo Pokémon ? Ou encore, Honô et son équipe vont se retrouver pris en otage par des gangsters portant le nom de son nouveau manga qui va juste sortir... Ainsi, vous l'aurez compris, Kazuhiko Shimamoto se plait à mettre son héros dans des situations complètement incroyable et irréelles. A la lecture des chapitres, on ne peut s'empêcher de penser que l'auteur ne fait en fait que s'inspirer de ses propres expériences en rajoutant une grosse, une grosse pincée de substances hallucinogènes et de délires. Kazuhiko Shimamoto : Le premier mangaka sous ectasy ? En tout cas, l'auteur arrive sans aucun problème à mener le lecteur là où il l'entend, c'est-à-dire à le faire rire, mais aussi à lui monter la dure réalité du métier de mangaka. L'auteur en profite ainsi pour monter subtilement les difficultés et travers de ce métier. Le manga surfe donc entre ces deux tendances : humour et autodérision de ce milieu artistique. Le mangaka parvient habilement à travers les péripéties de Honô à mélanger ces deux genres.
Le style graphique de l'auteur se révèle simple mais assez clair avec un cadrage basique mais qui ne gêne en rien à la compréhension de l'histoire.
Ainsi, après 200 pages passées dans la bonne humeur, on en vient à en redemander et à regretter de ne pas pouvoir lire une péripétie supplémentaire de Honô. En effet, le héros à lui tout seul est synonyme d'éclat de rire. Il suffit de le voir prendre son ton sérieux, son regard déterminé quand il parle de sa passion. Voir son aura s'enflammer quand il fait face à des situations et protagonistes complètement débiles, rend ce héros complètement décalé avec le ton de l'histoire et entraîne immanquablement un comique de personnage, ma foi, simple mais détonnant.

Vous l'aurez compris, La plume de Feu est une bonne surprise en cette fin d'année. On en vient à espérer que les autres séries à venir seront de la même qualité.
Enfin, concernant l'édition française, Muteki nous propose un bon travail dans l'ensemble avec en bonus un petit guide pour devenir mangaka à la fin qui nous permet de mieux comprendre l'histoire, et qui ma foi se révèle lui aussi très drôle. La traduction semble correcte, la qualité du papier aussi tout comme la bonne initiative de la couverture souple et du respect du sens originel. Un travail bien fait donc.

La Plume de Feu : une bonne idée de cadeau de noël ?

 

 

Partager cet article

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • juro

    25/04/2005 à 15h06

    Répondre

    Muteki est officiellement K.O. donc pas de suite à leurs séries et notamment la Plume de feu.

  • Djak

    25/04/2005 à 22h38

    Répondre

    Oui dommage, La plume de feu était vraiment un très bon manga.
    Idem dommage pour le retard que va prendre la licence de DQ emblem of roto.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques