8/10

Priest

Farwest. Le père Ivan Isaak revient à la vie après avoir vendu la moitié de son âme au diable. Possédé et disposant d'une nouvelle force, il se met en quête d'accomplir sa vengeance... tuer l'archange déchu Temosare et ses douze serviteurs. En chemin, à la recherche de Xavilon, le 11ème serviteur de Temosare, Ivan Isaak monté à bord d'un train, va être mêlé à un combat entre les marshalls et des bandits, les Mat Riders, venus délivrer leur chef.

De surprises en surprises

Priest
Priest
Tokebi nous propose avec Priest enfin une très grosse série. Le manhwaga, Min-Woo Hyung frappe en effet très fort avec cette série qui se démarque très nettement de la production habituelle. Priest est ainsi une série qui laisse des traces, dont on se souvient longtemps.
Tout d'abord, l'auteur surprend par le thème choisi. En effet, les mangas et manhwas sous fond de western ne sont pas légion. On pourra tout de même citer Et Cetera dont l'histoire se déroule elle aussi intégralement dans un le farwest. Mais là s'arrête la comparaison car Priest n'a rien d'un shônen.
Priest se rapproche ainsi plus de Berserk que ce soit dans l'ambiance qui s'en dégage autant que dans la violence de la série. Dès les premières pages l'auteur nous met dans le bain en nous dévoilant une véritable boucherie. Les corps tombent les uns après les autres, Ivan Isaak se révèle être un monstre sanguinaire sans aucune pitié, ni même un zeste d'humanité. Le père est tout aussi cruel que les monstres qu'il occit. De plus, à l'image de Berserk , Min-Woo Hyung ne se contente pas d'aller dans la surenchère de violence et de sang, ce serait trop facile. L'auteur, véritable génie nous concocte un scénario qui, au fil de la lecture, devient de plus en plus compliqué et intriguant. Dès le premier volume on peut se rendre compte que l'auteur apporte une place importante au scénario. « L'attaque du train » où s'entrecroisent deux histoires en est un exemple parfait. Le manhwaga continue alors sur sa lancée et l'intrigue monte en puissance. On s'aperçoit alors que celle-ci est vraiment complexe et que l'histoire du père Ivan Isaak a une importance à l'échelle mondiale et se joue aussi sur différentes époques. Chaque volume est donc un petit bijou et une véritable surprise. L'auteur avec Priest a réussit à créer une histoire intense et d'une grande richesse. En à peine quelques volumes, l'histoire commencée à un rythme d'enfer ne s'arrête plus. On est obligatoirement pris dans la tourmente du pauvre Isaak. Celui-ci, charismatique mais antipathique vu son comportement se révèle au fur et à mesure plus humain qu'on ne le pense. Conjointement à l'histoire principale on en apprend plus sur ce personnage, son passé torturé lié intrinsèquement à Temosare. Le lecteur se sent alors pris rapidement de pitié pour Ivan Isaak et la tragédie qu'est sa vie.

Min-Woo Hyung, outre être un conteur de génie, nous prouve avec Priest son talent de dessinateur. Aux premiers abords, on pourrait croire que le style graphique de l'auteur n'est pas maîtrisé, qu'il a de problèmes avec les rondeurs et les détails. Pourtant, il n'en est rien. En effet, le manhwaga a tout simplement un style particulier. Le dessin de Priest est tout en angles, très carré. Min-Woo Hyung utilise beaucoup les hachures mais surtout les trames sombres, où abonde le noir. Les planches de Priest sont saisissantes de contrastes entre les fonds noirs et Ivan tout de blanc ou inversement. En outre, on s'aperçoit rapidement que les dessins sont loin d'être vide et qu'ils peuvent être très détaillés tout comme certains paysages. L'auteur arrive enfin parfaitement grâce à son style si particulier à donner une atmosphère, une âme, à son oeuvre. Maîtrisé, le trait accentue particulièrement l'ambiance générale qui se dégage de l'histoire. Tout est glauque et lourd, déshumanisé pourrait-on dire. En regardant les images de Priest on a l'impression d'être au coeur de l'enfer.

De son côté, Tokebi propose une édition correcte, avec un respect des couvertures originales. Les trames et surtout l'encrage, perfectibles dans le premier volume sont maintenant plus clairs et lisibles.
Ainsi, avec Priest, Tokebi nous comble complètement. Vivement le prochain volume.

A découvrir

Bleach - le manga

Partager cet article

A propos de l'auteur

9 commentaires

  • juro

    22/07/2004 à 00h00

    Répondre

    Dans la même lignée qu'Hellsing mais avec un coup de crayon supérieur, Priest s'offre une belle toile de fond pour commencer à intéresser son lecteur en proposant un personnage damné qui ne se résoud qu'à accomplir sa tâche pour parvenir à une possible rédemption. Si pour l'instant on ne sait pas trop où le mangaka nous embarque scénaristiquement, on est tout de même tenu en haleine par le contexte du far west et ses coups de feu à tout bout de champ dès les premères pages. Le style mérite un coup d'oeil particulier car l'impression première, consistant à voir des crayonnages représentant les personnages, s'estompe rapidement devant la précision et la netteté du travail. En espérant ne pas être déçu par la suite, Priest s'annonce sous les meilleurs auspices.

  • Anonyme

    24/07/2004 à 00h01

    Répondre

    Les dessins sont magnifiques et relatent bien un effet glauque à souhait. La violence omniprésente nous inctite à lire la suite immédiatement. A lire si vous aimez les zombies plus mort que vifs!

  • Anonyme

    11/08/2004 à 00h02

    Répondre

    Un univers noir, des personnages intrigants, un sénario qui a première vue (je n'ai lu encore que le premier mais cours dès demain acheter les suivants) a l'air de tenir la route, tout ça dans un paysage de western. Tout pour faire un ultra méga succès en France !!! A lire, et à relire, et à relire encore...

  • Issak

    24/10/2004 à 00h03

    Répondre

    J'ai découvert Priest dans le magazine Tokebi et dès les premières planches, j'ai été envouté par ce design. C'est beau, très beau et aggressif. L'histoire est immersive, on ne décroche pas de ce magnifique manwha. "Longue vie" à Ivan Issak !!

  • Undomiel

    13/09/2005 à 16h54

    Répondre

    J'ai réellement découvert ce manga au festival d'Angoulème 2005, où Min-Woo Hyung était présent. L'histoire est très prenante, elle nous est révellée peu à peu, au fur et à mesure qu'on s'enfonce dans les profondeurs du livre, à l'aide de "flash-back". J'ai de suite accrochée ce "western démoniaque", j'attends avec hâte les prochains tomes...

    Voici un lien qui mène à la dédicace que Min-Woo Hyung m'a faite (j'ai fait 8 heures de queue pour l'avoir) :

    http://82.66.1.164/photos/Angouleme/priest.jpg

  • Anonyme

    18/09/2007 à 01h08

    Répondre

    Vraisemblablement le meilleur manhwa disponible sur le marché (Ares n'étant malheureusement pas édité hors corée : quel gachis.... la meilleure série d'action à l'heure actuelle).


     


    Donc aucune raison de se priver


    -character design original


    - background tout aussi original : mélange de western et d'horreur


     


    Priest c'est bon !


    manger en ! 

  • Anonyme

    13/02/2008 à 17h45

    Répondre

    j'ai lu que le tome 1 en magazin et j'ai ... adoré malheuresement il n'y a le pas le tome 2 mais c pas grave jadore tellement que je me jette sur le t 3

  • Anonyme

    17/10/2008 à 11h01

    Répondre

    Il est très clair que ce manwha est tous simplement époustouflant. Cependant cela doit faire maintenant pas loin de deux ans que l'on en est au tome 16 et aucune nouvelle... Ce qui m'ammène à la conclusion que l'on est pris pour des anes. Bien sur je comprends l'auteur, il a le droit de ce changer les esprits mais la non c'est trop.

  • Anonyme

    03/04/2009 à 21h27

    Répondre

    j'ai les deux premiers tomes et j'ADORE tout simplement extra


    par contre je le déconseille aux âmes sensibles (un peu court a lire quand même sa va trop vite )

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques