7.5/10

Prince du Tennis T.38


Un duo inattendu
Shitenhôji peut trembler : il ne reste plus à Seigaku qu'un match à gagner pour parvenir en finale du championnat. Aussi étrange que cela puisse être, Tezuka jouera pour le double 1, accompagné d'Inui, et se retrouvera dans un duel contre un joueur insignifiant de Shitenhôji, Chitose, celui-là même qui avait quitté son équipe. Un match absolument grandiose est sur le point de commencer. Les deux partenaires, conscients de leur faiblesse, laisseront les deux joueurs puiser leurs forces aux confins de la quiétude absolue de l'âme pour donner un match tout simplement impressionnant. Que ce soit Tezuka ou Chitose, les deux joueurs sont à des années lumières de leurs camarades...

Quel bonheur de voir Tezuka jouer ! Il enchaîne des balles dignes d'un pro, au grand désespoir de son adversaire. D'ailleurs, c'est assez marrant de voir comment un match qui était censé être un double a complètement basculé au face à face. Au début, l'autre joueur de Shitenhôji essayait de placer une ou deux frappes traîtres mais il se rend vite compte qu'il n'est pas du tout au niveau, voire même qu'il n'a rien à faire sur le court contre ces deux monstres. Ils ont tout deux une maîtrise technique folle, ce qui donne un match de toute beauté. Le dernier simple va tourner court puisqu'il va se jouer sur une seule balle qui va durer... plus de quarante minutes. Pourquoi un tel changement de situation ? Est-ce qu'Echizen a réussi à faire face à son adversaire ? Je préfère vous laisser voir par vous-même.

Le prochain tome verra débuter la finale. On voit que Rikkai n'a pas usurpé son titre de champion et, malgré un début difficile dans sa demi-finale, l'équipe reine réussit à remonter en pulvérisant littéralement ses adversaires, tout ça sans leur capitaine Yukimura (bon Sanada est largement suffisant). Si Seigaku réussit à battre Shitenhôji, ils se retrouveront donc une fois de plus face aux invincibles membres de l'équipe de Rikkaidai, avec le capitaine cette fois-ci.

Quand je lis des matchs de ce genre, je me demande pourquoi Echizen est le héros de la série quand des personnages comme Atobe ou Tezuka ont cent fois plus de charisme que le nain ! En tout cas, ce qu'on peut dire, c'est que Takeshi Konomi nous offre des matchs de plus en plus grandioses à mesure que la fin de la série approche. Eh oui, Prince du Tennis n'a plus que quatre tomes après celui-ci... En tout cas, la finale promet d'être haletante... On a hâte !

A découvrir

Bride Stories T.4

Partager cet article
A voir

Gantz T.34

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

5 commentaires

  • kairi

    08/01/2006 à 13h20

    Répondre

    J'suis une fan de PoT depuis seulement quelques temps. j'ai lu les 5 premiers volumes. Cependant j'ai vu la totalité des épisodes ( 178 épisodes en 1 mois 1/2), et je suis du même avis que vous. La fin est un peu descevante (pour ceux qui n'ont pas vu jusqu'à la fin des 178 épisodes ne pas lire). On s'attend à leurs matchs en national mais c'est pas le cas. On reste un peu étonner qu'il n'y ait pas de match alors qu'ils se sont battus durement pour arriver aux nationales et gagner. En tout cas moi je m'attendais pas non plus à ce que Ryoma s'en aille, je penser qu'il jouerais et qu'il deviendrai réellement le pilier de Seigaku. Bref, il y a pleins de petits détails qui faits qu'on est déçu, car on attendez mieux. C'est un anime plutôt bien réalisé, il est vrai que l'histoire devient redondant et qu'à force les épisodes sont lourds. C'est toujours la même chose. Mis à part ça, je trouve les persos attachant, aussi bien eux (seigaku) que les autres ( adversaires). L'épisode que j'ai bien aimé est celui de de la fin lorsque ryoma revient défié le capitaine Tezuka, parcequ'il se rend compte qu'il n'est pas encore tout à fait prêt au monde pro du tennis et que pour cela il doit d'abord vaincre celui qu'il considère comme le numéro 1 (c'est le seul moment de la fin que j'ai aimé). J'ai également vu le film qui me semble un peu abusé vers la fin, lors du match de Ryoma et de son frère Ryoga. Ils en ont trop faits. Au final si je devais noter la série animé je mettrai au moins 6.5/10. Voilà ce que je pouvais dire sur prince of tennis. c'est un manga à lire et peu à regarder.

  • Kumiko

    21/06/2006 à 21h45

    Répondre

    Selon moi, toute la beauté de ce manga repose sur les dessins d'une beauté etonnante pour le sujet du sport (je m'attendais a autre chose apres Captain Tsubasa) De plus l'histoire, a premiere vue repetitive, est d'une richesse plutot epoustoufflante. Malheureusement, le personnage principal selon moi n'a rien a avoir d'autre avecl e manga que le tennis qu'il pratique sans amour ni ambition ce qui gache le caractere de Ryoma, deja tres decevant. Franchement, je crois que capitaine Tezuka aurait du etre le perso principale.

  • Anonyme

    15/06/2008 à 13h00

    Répondre

    je trouve super se manga =)

  • Anonyme

    22/05/2009 à 13h22

    Répondre

    Désolé de te contredire, mais je pense que le choix de Ryoma comme personnage principal est une excellente idée: en effet, pour la première fois dans un manga, le héros est un être asocial quelque peu peu arrogant, qui va peu à peu découvrir l'esprit d'équipe et trouver un sens à sa vie. Au début de la série, ce gamin (orphelin de mère rappelons-le) a visiblement un problème pour communiquer et dévoiler ses sentiments: le seul moment ou il paraît humain, c'est lorsqu'il montre son attachement pour son chat disparu. Tandis que vers la fin de la série (vous pouvez lire, je ne dévoilerai rien, promis), il est parfaitement intégré à la petite bande de Seigaku et a découvert le véritable amour du tennis.

  • Anonyme

    12/10/2010 à 15h09

    Répondre

    il est trop bien!!!!!!!!!!!!! j'aimeraie rencoontrer l'auteur mon pesonnage preferer est ryoma


     

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques