7.5/10

Prince du Tennis T.39


Mais où est passé Echizen ?!
Quoi de mieux qu'une soirée à manger des yakiniku pour fêter sa progression en finale du championnat national ? Toutefois, des joueurs de Shitenhôji, Hyôtei, Higa et Rokkaku s'incrustent à la petite fête, qui se transforme en concours du plus grand mangeur...

Après la fête, on revient à des choses plus sérieuses parce que la finale du championnat national commence enfin !!! Seigaku va affronter Rikkaidai dans des matchs qui promettent d'être très disputés. Alors que les joueurs rentrent sur le terrain, on se rend compte qu'il manque quelqu'un... Echizen n'est pas dans le groupe puisque ce dernier a disparu ! Pendant que Momoshiro va chercher le jeune garçon, le premier match commence : Tezuka va affronter l'empereur Sanada !

Konomi nous gâte dans ce trente-neuvième opus de la série puisqu'il fait s'affronter deux monstres dans un match qui vous tiendra en haleine du début à la fin. Certains se demandent : "Mais comment Sanada peut tenir tête à Tezuka alors qu'il s'est fait battre par Echizen ?!" Eh bien, c'est tout simple. En réalité, Sanada n'a pas joué à son maximum, il gardait en réserve deux techniques secrètes qui feraient pleurer Rafael Nadal (oui oui, vous avez bien lu, il les a sorties de son chapeau) !

Vous l'aurez compris, l'auteur ne se prend plus du tout au sérieux et n'essaye plus de faire des matchs réalistes. On est dans la démesure des pouvoirs de dingue et on se demande bien qui pourrait battre ces lycéens qui semblent tous plus invincibles les uns que les autres. Malgré ça, le plaisir de lecteur n'en est que multiplié et c'est un vrai plaisir de voir ce qu'il va inventer pour Echizen, qui va devoir se frotter le capitaine de Rikkai dans le dernier match (c'est pas de la divination, le héros doit se farcir le plus fort, logique !).

Avec des parutions trop espacées, Prince du Tennis est un peu un oublié des rayons. C'est pourtant une très bonne série qui mériterait un peu plus d'égards. Malheureusement pour les fans, la suite ne risque pas de pointer le bout de son nez chez nous... Un peu dommage. Quoi qu'il en soit, il ne reste plus que trois tomes et on peut espérer voir la fin de la série avant la fin 2013. On y croit !  

Partager cet article
A voir

Psyren T.11

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

5 commentaires

  • kairi

    08/01/2006 à 13h20

    Répondre

    J'suis une fan de PoT depuis seulement quelques temps. j'ai lu les 5 premiers volumes. Cependant j'ai vu la totalité des épisodes ( 178 épisodes en 1 mois 1/2), et je suis du même avis que vous. La fin est un peu descevante (pour ceux qui n'ont pas vu jusqu'à la fin des 178 épisodes ne pas lire). On s'attend à leurs matchs en national mais c'est pas le cas. On reste un peu étonner qu'il n'y ait pas de match alors qu'ils se sont battus durement pour arriver aux nationales et gagner. En tout cas moi je m'attendais pas non plus à ce que Ryoma s'en aille, je penser qu'il jouerais et qu'il deviendrai réellement le pilier de Seigaku. Bref, il y a pleins de petits détails qui faits qu'on est déçu, car on attendez mieux. C'est un anime plutôt bien réalisé, il est vrai que l'histoire devient redondant et qu'à force les épisodes sont lourds. C'est toujours la même chose. Mis à part ça, je trouve les persos attachant, aussi bien eux (seigaku) que les autres ( adversaires). L'épisode que j'ai bien aimé est celui de de la fin lorsque ryoma revient défié le capitaine Tezuka, parcequ'il se rend compte qu'il n'est pas encore tout à fait prêt au monde pro du tennis et que pour cela il doit d'abord vaincre celui qu'il considère comme le numéro 1 (c'est le seul moment de la fin que j'ai aimé). J'ai également vu le film qui me semble un peu abusé vers la fin, lors du match de Ryoma et de son frère Ryoga. Ils en ont trop faits. Au final si je devais noter la série animé je mettrai au moins 6.5/10. Voilà ce que je pouvais dire sur prince of tennis. c'est un manga à lire et peu à regarder.

  • Kumiko

    21/06/2006 à 21h45

    Répondre

    Selon moi, toute la beauté de ce manga repose sur les dessins d'une beauté etonnante pour le sujet du sport (je m'attendais a autre chose apres Captain Tsubasa) De plus l'histoire, a premiere vue repetitive, est d'une richesse plutot epoustoufflante. Malheureusement, le personnage principal selon moi n'a rien a avoir d'autre avecl e manga que le tennis qu'il pratique sans amour ni ambition ce qui gache le caractere de Ryoma, deja tres decevant. Franchement, je crois que capitaine Tezuka aurait du etre le perso principale.

  • Anonyme

    15/06/2008 à 13h00

    Répondre

    je trouve super se manga =)

  • Anonyme

    22/05/2009 à 13h22

    Répondre

    Désolé de te contredire, mais je pense que le choix de Ryoma comme personnage principal est une excellente idée: en effet, pour la première fois dans un manga, le héros est un être asocial quelque peu peu arrogant, qui va peu à peu découvrir l'esprit d'équipe et trouver un sens à sa vie. Au début de la série, ce gamin (orphelin de mère rappelons-le) a visiblement un problème pour communiquer et dévoiler ses sentiments: le seul moment ou il paraît humain, c'est lorsqu'il montre son attachement pour son chat disparu. Tandis que vers la fin de la série (vous pouvez lire, je ne dévoilerai rien, promis), il est parfaitement intégré à la petite bande de Seigaku et a découvert le véritable amour du tennis.

  • Anonyme

    12/10/2010 à 15h09

    Répondre

    il est trop bien!!!!!!!!!!!!! j'aimeraie rencoontrer l'auteur mon pesonnage preferer est ryoma


     

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques