6/10

Princess Jellyfish T.1 et 2

Tsukimi, jeune femme timide et renfermée, aime les méduses. Cette passion est plus qu'un loisir, c'est une manière de vivre et ça occupe même toute sa vie. Elle n'est pas la seule à avoir une passion envahissante, toutes ses colocataires de la pension Amamizu sont obsédées les trains, ou par les poupées traditionnelles... Toutes vivent en bonne harmonie, coupées du monde extérieur. Mais évidemment, cette apparente tranquillité ne va pas durer.

La bande-annonce vous permettra une petite plongée dans ce monde de méduses et de filles un peu barrées.

La rencontre de notre héroïne avec Kuranosuke qui l'aide à sauver une petite
Le tome 1.
méduse .en danger de mort est le véritable point de départ de cette histoire. Kuranosuke a l'air d'être une "humana coquetta" c'est-à-dire une nana méga lookée, donc le genre de personne que les pensionnaires de la maison Amamizu évitent de fréquenter. Mais la réalité est encore pire que les apparences puisque Kuranosuke est en fait un garçon qui se déguise en fille. Quand Tsukimi s'en rend compte, c'est l'angoisse pour elle, car elle doit absolument garder cette information secrète. Ses colocataires se considérant comme des sortes de nonnes entièrement dévouées à leur encombrante passion, la présence d'un homme est strictement interdite dans la pension. Vous vous en doutez, cela va donner lieu à des situations plus ou moins rocambolesques.


Le tome 2.
Au fur et à mesure que le jeune garçon va s'incruster dans la vie de ces drôles de filles, il va évidemment mettre son grain de sel dans leurs habitudes. Cette intervention sera d'autant plus importante pour elles qu'elles devront défendre leur si chère pension menacée de destruction par un projet immobilier. Cela donnera lieu à un relooking entier de la bande d'otakus et l'occasion pour Tsukimi de croiser (dans sa belle tenue) le frère aîné de Kuranosuke. Les sentiments des deux frères autour de Tsukimi vont se croiser et ainsi l'aspect shojo va prendre un peu d'ampleur. La personnalité de Tsukimi est abordée plus en profondeur, l'origine de son amour des méduses, ses souvenirs d'enfance, l'absence douloureuse de sa mère...

L'intérêt de ce manga est de montrer un certain pan de la société japonaise, le premier tome est truffé de notes explicatives pour définir les expressions employées pour décrire le drôle de mode de vie des jeunes femmes. Même le travestissement du héros semble banal comparé aux extravagances des otaku repliées sur elles-mêmes et sur-expressives à la moindre émotion ou à la moindre contrariété. L'étonnement passé, on est curieux de voir quel impact l'intrusion de Kuranosuke aura sur le train-train quotidien de ce bizarre gynécée.

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Penthesilea

    27/03/2012 à 20h07

    Répondre

    en plus le tome 3 est vendu avec un badge représentant une petite méduse sur fond violet (ma couleur préférée) trognon ! kawaï donc !http://manga.krinein.com/-24815/princes ... 18469.html

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques