9/10

Princesse Mononoké - OST

Pour certains, Princesse Mononoké reste l'authentique chef-d'oeuvre de Miyazaki. Sa bande-son envoûtante y est certainement pour beaucoup. En effet, Hisaishi en est à son apogée créatrice, des mélodies en harmonie parfaite avec les décors enchanteurs et les titanesques affrontements entre hommes et dieux imaginés par le réalisateur. Ce sont les instruments à corde qui prédominent, tour à tour grandioses, mélancoliques ou violents.

Pour son pseudo dernier film, il semble bien que Miyazaki ait voulu marquer le coup. Le changement musical entre Porco Rosso et Princesse Mononoké fait figure de gouffre gigantesque. Il est vrai que pendant les trois années d'inactivité de Miyazaki, Joe Hisaishi alla batifoler à gauche à droite, notamment chez le réalisateur Takeshi Kitano, avec qui il gagne effectivement en maturité. Cependant, l'OST de Mononoké est tellement sombre par rapport aux travaux antérieurs du compositeur que l'on ne peut qu'être surpris par ce gain subît en profondeur.

Dès les premières notes, c'est l'idée du requiem qui saute à l'esprit. Cet aspect solennel et noir transparaît parfaitement dans le thème principal ‘Legend of Ashitaka'. Pourtant, le compositeur reste dans une moindre mesure fidèle à lui-même, et c'est avant tout la beauté qui s'exprime à travers des pistes telles que ‘The Journey to the West', où le thème principal est repris avec splendeur à la flûte notamment, sans pour autant vouloir s'affranchir de son ton grave et sombre.
Ce mélange donne une certaine grandeur, une réelle noblesse à la musique d'Hisashi, correspondant exactement à ce que l'on imaginerait être une ode à la nature. Ici, la beauté des paysages du film sont littéralement transcendés par la musique. On perçoit le silence inquiétant de la forêt des Dieux dans la piste éponyme, ou les contrées dévastées par Dame Eboshi dans les pistes ‘Requiem'.

La musique ramène à l'esprit la beauté des décors, mais évoque aussi les sentiments des personnages. C'est avant tout la haine contenue par Ashitaka qui est superbement bien rendue dans ‘The Young Man from the East', où des violons que l'on sent sur le point d'exploser accompagnent une variation du thème principal. Mais c'est aussi la souffrance et la tristesse de la nature, entre autres le personnage de la déesse Moro, qui s'expriment dans toute leur ampleur dans la chanson ‘Mononoké Hime', l'hymne du film.

L'OST reste plutôt fidèle à elle-même sur les vingt premières pistes, si l'on excepte le très divertissant ‘Kodama', et l'envoûtant chant des femmes des forges dans ‘The Tatara Women Work Song'. C'est à partir de là que la musique se fait brusquement plus calme, moins emportée. Les tambours de ‘Battle Drums' laissent à pressentir que la fin se rapproche, et que l'enjeu final est à portée de main. C'est cette impression que l'on retrouve plus loin dans ‘Adagio of Life And Death', illustrant la scène où Dame Eboshi tente de tuer le Dieu-Cerf. Un crescendo de trompettes et violons s'interrompant soudainement, laissant place aux très dérangeant ‘World of the Dead'. Des coeurs déformés y accompagnent la lente décomposition du Dieu décapité.

Le film se termine sur ‘Ashitaka and San', où Hisaishi ressort (enfin !) son piano du tiroir pour nous jouer la plus belle piste du CD, une mélodie simple et puissante signifiant le renouveau de la nature, et le triomphe de l'amour sur la haine régnant jusqu'alors tout au long du film.

Tout simplement bouleversante, cette OST est d'une qualité assez proche de celle du dessin animé, ce qui n'est pas peu dire. Etonnant, quand l'on sait que Hisaishi remettra le couvert avec un succès similaire sur Chihiro...

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • Choucroot

    28/01/2005 à 01h21

    Répondre

    Encore une fois, Jade a tout juste. Tres belle analyse d' une BO magistrale, boulversante, envoutante.
    Personnelement, j' écoute plus l' OST Image, qui ne fait que 10 morceaux, surement mon variés que l' OST ( tout court ) du fait de l absence de morceaux comme le chant des filles de la fore, mais peut être encore plus belle dans les morceaux principaux du fait d' une durée superieur et d' une orchestration plus.. orchestrale. Enfin c' est une question de gout...

    Toujours est il que la musique est a la hauteur du film, c' est dire parfaite .

  • -k-Ashitaka

    28/01/2005 à 16h53

    Répondre

    c'est la grande mode apparemment Miyazaki.. c'est coolos , il mérite ce succés et l'argent qu'il gagne.

    j'ai vu ce ... en français.. en fait j'ai déjà repondu sur la version française donc je vais pas me répéter.

  • Bzhnono

    30/01/2005 à 20h35

    Répondre

    J'aime énormément cette OST (c'est peut être pour ça que je l'ai acheté aussi^^). Bien que toutes les bandes sons de Hisaishi pour Miyazaki (et pour Kitano aussi) sont très excellentes, je pense que celle ci est la meilleure de toutes. Pourquoi? Et ben en fait j'ai un peu de mal à l'expliquer.
    D'abord (et c'est un peu normal pour une OST) parce que musiques et chansons se marient très bien avec les images, ça c'est le minimum pour une OST, mais là où cette OST va plus loin, c'est que lorsque l'on a apprécié le film, on se rend vite compte que le film est indisociable de la bande son et inversement. Chaque fois que je revois ce film, je me dit à quel point je trouve la bande son harmonieuse avec le film.
    Ensuite, et ça c'est déjà plus rare, la musique n'arrive pas comme un cheveux sur la soupe, elle arrive, on la perçoit, on vibre en l'entendant et puis elle s'en va sans qu'on s'en rende compte. Elle sublime vraiment le film car même si la musique est omniprésente elle semble arriver naturellement.
    Pour finir, je pense que cette OST est la meilleur de Hisaishi parce qu'elle me semble plus mature. Joe Hisaishi a atteint avec cette OST son apogée. Quand on regarde Totoro, le château dans le ciel, Nausicaa, bref, les film avant Mononoké, on a beau les trouver géniaux, la musique, même si elle y est pour quelque chose, n'a pas l'intensité complète. Il manque quelque chose. Après Mononoké (donc Chihiro et le château ambulant), la musique est magnifique (je ne peux le nier), mais j'ai l'impression qu'il manque un petit quelque chose, un petit rien qui fait que l'OST de Mononoké prime.

  • Anonyme

    11/09/2008 à 11h35

    Répondre

    rien a dre, il est genial...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques