8/10

Professeur Layton et la Diva éternelle

Pour une première incartade au jeu vidéo, il faut reconnaître que le flegmatique prof. Layton s'en sort bien. Un bon film pour les amateurs du plus cérébral des britanniques

Depuis sa première apparition sur la DS de Big N, la série du studio Level-5 Professeur Layton est rapidement devenue un véritable phénomène de société. Le savant mélange d'aventures et d'énigmes proposé à chaque nouvel opus, allié à une direction artistique qui confère une véritable identité aux titres, a rapidement conquis un large public, d'abord sur l'archipel puis rapidement dans le reste du monde.
Et aujourd'hui le gentleman gambergeur peut même se permettre de s'échapper un peu du média qui lui a apporté le succès pour aller faire un petit détour du côté du film d'animation pure.

Le doigt de la justice
Du suspense !
Lorsque la jeune cantatrice Janice Quatlane leur confie avoir aperçu le fantôme de sa meilleure amie défunte, impossible pour le gentilhomme qu'est Layton et son fidèle disciple Luke Triton de laisser cette demoiselle en détresse. Pour percer le mystère du « fantôme de l'opéra », ils se rendent au « Crown Petone », le plus célèbre opéra du monde où le compositeur de génie, Oswald Whistler, dévoile sa dernière œuvre. Mais sur place, la représentation se transforme en un jeu effrayant dont le gagnant se verra octroyer l'immortalité.

En fait, le plus grand pari de Professeur Layton et la Diva Éternelle était surtout de transposer à l'écran ce qui fait le charme des opus vidéo ludiques tout en sachant qu'un des éléments essentiels de la licence, la résolution d'énigmes plus ou moins capilotractées, ne serait pas du ressort du spectateur. Étant donné qu'au niveau des jeux le paquet avait déjà été mis sur un rendu très cinématographique (animations et graphismes soignés à l'extrême, décors impressionnants de détails, personnages charismatiques et scénarios riches), on n'est pas surpris de constater que dans Professeur Layton et la Diva Éternelle la barre a été placée très haut, tant au niveau des graphismes qu'à celui de la narration. En effet le film est un régal pour les mirettes, avec notamment une très belle utilisation de graphismes en 3D pour les décors (attention, animation 3D, pas « film en relief ») dans lesquels les personnages, quasiment tous issus de la mythologie Layton, s'intègrent parfaitement. Ces derniers sont d'ailleurs hauts en couleurs, souvent cocasses et très bien écrits, tout comme le scénario qui réussit à attraper rapidement le spectateur, qu'il ait déjà joué aux jeux ou non. Et le point fort du film Une aventure rocambolesque!
Une aventure rocambolesque !
est justement de proposer exactement ce qui fait l'intérêt des volets jouables, c'est-à-dire de l'aventure, du mystère et des protagonistes attachants, de telle sorte que les aficionados de la série se délecteront de retrouver une ambiance qu'ils apprécient malgré un cocktail action/réflexion dosé différemment, et que les novices seront plaisamment menés par le bout du nez jusqu'au générique de fin.

Angleterre victorienne, énigmes, enquêtes et gentlemen. Professeur Layton s'inscrit dans l'univers de Sherlock Holmes, et pour cause : Hino Akihiro (le créateur de la saga) est un passionné de littérature policière, et plus particulièrement de Conan Doyle. C'est lui-même qui a imaginé l'histoire du film, une histoire inédite se situant narrativement entre les jeux La Flûte du Démon et Le Masque des Miracles (soit les opus 4 et 5, qui constituent les deux premiers épisodes de la seconde trilogie Layton, qui elle-même se situe chronologiquement avant la première). A la réalisation on retrouve Hashimoto Masakazu, qui fut coordinateur de production sur le sublime Jin-Roh et metteur en scène sur Fullmetal Alchemist et Reideen, qui a réalisé toutes les scènes animées présentes dans les jeux de la franchise Professeur Layton, et la musique est signée Nishiura Tomohito, lui aussi compositeur attitré des épisodes DS. Autant dire que le projet était dès le départ entre de bonnes mains et à l'arrivée les fans du pragmatique et flegmatique gentleman enquêteur portant chapeau haut de forme ne seront pas déçus. Mais le film plaira aussi à ceux qui n'ont jamais tâté de la résolution d'enquêtes virtuelles, pour peu qu'ils aient gardé une âme d'enfant et du goût pour le mystère.

Professeur Layton et la Diva Éternelle est disponible en DVD et Blu-Ray en version simple, et également sous la forme d'un beau et balèze coffret collector en édition limitée comprenant le film en DVD et en Blu-Ray, le storyboard complet du film ainsi qu'une galette de bonus pour tout savoir sur la conception de cet opus animé.

A découvrir

Arata

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    19/12/2010 à 17h34

    Répondre

    Je vous recommande à tous de l'acheter et de le voir ! Je vous promet à tous et à toutes que ce film est génial. Je pourrais le revoir encore et encore des dizaines de fois car on ne s'en passe pas. Moi qui suis une grande fan du Professeur Layton, c'est trop top ! Rien d'autre à dire car il n'a pas de défauts. La musique est belle et les images aussi. C'est très bien déssiné. Bravo à Level-5 et le reste.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques