7/10

Psychometrer Eiji

Sûrement pas le plus populaire des mangas, Psychometrer Eiji peut néanmoins se vanter de faire partie de la cour des grands puisqu'il compte tout de même 25 volumes. Classique et efficace, cette oeuvre de Masahi Asaki, qui oscille entre le policier et le comique, a de fortes chances de plaire à un vaste public tant elle dispose d'atouts variés. De l'histoire aux personnages en passant par l'humour, tout y est appréciable même si le manga n'atteint jamais les sommets du genre.

Eiji Asuma, un lycéen un peu voyou sur les bords, possède le don de psychométrie. Le fait de toucher un objet ou une personne lui donne des visions ou lui permet de lire dans les esprits. La jeune et jolie détective Shima s'en apercevra lors d'une affaire de tueur en série et lui demandera de l'aider à démasquer le meurtrier grâce à ce don. Eiji accepte et les voilà partis pour 25 tomes et au moins autant d'aventures.

Psychometer Eiji
Psychometer Eiji
Psychometrer Eiji
est à la base un manga policier. Différents cas de meurtres en série se succèdent avec un nombre de suspects conséquent, où le but est de trouver le meurtrier. Ces affaires sont bien construites même si leur intérêt décline au fur à mesure, les premières étant les mieux pensées. Le scénario est efficace, les personnages sont bien trouvés et les enquêtes prenantes même si elles sont à force répétitives.

L'auteur a aussi compris cela et a changé doucement l'orientation de son oeuvre, ciblant davantage les adolescents par le ton comique adopté. Les intermèdes entre deux affaires prennent une place plus importante et force est de constater que le manga est également réussi de ce côté. Les scènes comiques et le dessin parfois caricatural font penser à GTO, ce qui est un gage de qualité - au moins pour les premiers volumes. L'humour est souvent idiot, ne vole pas bien haut, mais parvient à faire rire et c'est bien là l'essentiel.

Si le manga est réussi au niveau de la qualité des histoires policières et de l'humour, c'est avant tout grâce à ses personnages bien conçus. Chacun possède ses propres particularités et l'on parvient rapidement à s'attacher à tout ce petit monde, et en particulier aux seconds rôles. On retiendra ainsi Yûsuke le meilleur ami d'Eiji, Tôru son camarade chef de gang, ou la pervenche Fukushima qui est en réalité un travesti obsédé par Shima. On reprochera juste à Psychometrer Eiji de vouloir trop en faire, en particulier au niveau de la force physique des personnages principaux, sortant ainsi l'histoire de son contexte réaliste.

Le dessin est classique, toujours clair avec peu de décors. Le manga ne se distingue pas à ce niveau et l'on constate au fil des tomes les progrès de l'auteur. On regrette juste la coupe de cheveux très moche du héros. L'édition de Kana est de qualité avec un encrage sans défaut, une traduction correcte et quelques bonus sympathiques.

Sans jamais être génial, Psychometrer Eiji est toujours bon, ceci à tous les niveaux grâce à de bonnes enquêtes, un humour efficace et des personnages attachants. Malgré quelques répétitions et des situations parfois trop classiques, ce manga distrait et c'est là le principal.

A découvrir

Seizon Life

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    21/07/2014 à 11h54

    Répondre

    J'ai bien aimé cette petite série !
    Ce n'est pas ZE série, mais elle reste bien sympa, avec de l'humour, des personnages attachants, et un bon coup de crayon qui me fait penser à GTO. (et dommage que Kana ait stoppé l'édition de cette série, la Saison 2 au Japon a repris quelques mois plus tard...)
    A lire pour passer le temps.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques