8/10

Rainbow

Dans le Japon d'après-guerre, sept adolescents abandonnés de tous, poussés à la délinquance par la misère et la rage, sont enfermés ensemble dans une cellule de la maison de correction de Shio, réputée pour être un modèle de réinsertion. Mais ils découvrent bien vite que c'est en réalité dans un enfer de violence et d'humiliation qu'ils ont été jetés par les institutions naissantes de ce pays en ruines. Pour survivre aux épreuves insurmontables qu'ils rencontrent, ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes, et garder l'espoir qu'un jour, un arc-en-ciel viendra percer le ciel noir...

 

Rainbow
Rainbow
La prison, dure et éprouvante, telle qu'elle est représentée dans les esprits, trouve un écho assez formidable avec Rainbow. Les rixes, les arnaques, la violence psychologique mais surtout une histoire d'amitié entre sept adolescents prisonniers (comme les couleurs de l'arc-en-ciel) pour divers larcins mais soudés et prêts à tout pour en faire baver à leurs matons et autre dirigeant pénitentiaire complètement détraqués. Le Japon d'après guerre vit mal sa défaite et les esprits les plus fous ne sont pas toujours derrière les barreaux. Etat de fait avec cette histoire dans laquelle le courage, la résistance et la rébellion sont des thèmes majeurs... Ces sept ados perdus devront passer outre leurs différences pour faire bloc face à l'autorité malsaine, tout un programme... Même si la tournure de l'histoire prend un côté parfois gnangnan avec une violence empirique, Rainbow arrive à captiver par une ambiance particulière : des clairs obscurs si particulier aux prisons, des personnages simples (voire simplistes) mais caractéristiques du genre humain.

Ka­ki­za­ki offre un trait appréciable. Il crée une ambiance entre quatre murs qu'on arrive à ressentir tels que dans les meilleurs films de prison. La dureté est visible au moindre détail. Même si sa prison aurait pu être encore plus glauque, à la manière de Tsutomu Nihei, elle dégage un profond sentiment de malaise auxquels s'ajoutent des visages défigurés après quelques scènes de matraquage intensifs. Cela sent le sang et la haine mais aussi parfois la liberté et l'amitié. Comme quoi entre quatre murs, tout est possible, surtout avec un auteur possédant un sens de l'intrigue intéressant.

L'édi­tion de Kaze se révèle être une bonne surprise. En dépit de quelques passages convenus et deux ou trois lieux communs, Rainbow se montre sous de bons auspices. Déjà paru chez Kabuto il y a quelques années, la série reparaît aujourd'hui sous un autre label et en série animée. Et avec un rythme de parution décuplé...

A découvrir

Otaku Girls

Partager cet article
A voir

Pluto

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • juro

    18/04/2005 à 13h45

    Répondre

    J'ai beaucoup aimé et j'ai trouvé que le manga faisait pas mal référence à pas mal de livres ou films situés dans le milieu carcéral : un peu Papillon, beaucoup les Evadés, beaucoup moins Oz. Mais en tout cas, on ne s'ennuie pas une seconde...

  • Castel

    18/04/2005 à 13h53

    Répondre

    Je n'ai lu que le premier et il m'intéresse beaucoup, unique critique la façon un peu facile dont certains personnages se sentent soudain liés d'amitié : j'espère que leurs liens seront plsu approfondis par la suite.
    Sinon pour le reste c'est du tout bon !

  • -k-Ashitaka

    19/04/2005 à 20h54

    Répondre

    Rainbow ..
    c'est beau comme nom..

    mon avis a moi (tome 1(pas lu la suite..)) :
    l'histoire est un peu tiré par les cheveux..

    comme l'évasion de Joe et Suppon..
    "un serpent, un serpent !" "ouai c'est ça.."
    meme s'ils arrivent a fuir.. y'avait quand meme mon petit droit qui disait "non, ils vont revenir.." et tac, ils sont de retour...
    le moins réaliste c'est quand Suppon s'est "sacrifié".. (un tel courage..pour un petit bonhomme de 16ans un tel courage en sachant ce qui l'attend..
    l'amitié, l'amitié... ça fait pas longtemps qu'ils se connaissent quand meme..
    Sans parler des pédophiles tres stereotypés.. (vieux,vieille,moche,grosse,pédagogue..)

    bon.. je parle pas des choses positives (y'en a aussi pas mal), car Zdenek le fait super bien.

    Quelques ressemblances par rapport a COQ de COMBAT.
    Je dirais que COQ de COMBAT a juste un tout petit peu plus de sang ^
    Peut etre moins reflechi.. ou bien moins tiré par les cheveux
    (en fait c'est prevu ou pas la critique de COQ de COMBAT ? ^)

  • juro

    19/04/2005 à 21h42

    Répondre

    Un jour peut-être comme pas mal d'autres

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques