6/10

Random Walk

Yuka Kunimoto tient quelques petites habitudes de son père, qui est un "original" niveau sentimental, comme elle le dit si bien. En effet, son père est d'esprit assez libertin tout en restant malgré tout fidèle. Et, comme le dit si bien le proverbe : tel père, tel fille (si, si, ça existe !). C'est pour cela que Yuka ne voit aucun mal à enchaîner les histoires d'amour car comme le dit papounet "vivre de belles histoires d'amour fera de toi une femme bien, ma fille". C'est pas tombé dans l'oreille d'une sourde et Yuka, sans se la jouer collectionneuse de beaux gosses, est devenue une adepte du proverbe "Je le veux (ce mec) alors je peux (l'avoir) !". Malheureusement, c'est pas parce qu'on a l'objet de ses désirs (le mec en question) que tout se passe comme on l'espérait. Et à force de se précipiter et d'écouter un peu trop son coeur d'artichaut, notre héroïne va connaître quelques petites désillusions. Ses amourettes vont se terminer aussi vite qu'elles ont commencé mais Yuka, pas pessimiste pour un sou est certaine que ses déboires amoureux contribueront à la forger. Et peut-être que l'amour, le vrai de vrai, est pas si loin que ça en fait... ?

Random Walk
Random Walk
Random Walk
, est, comme on l'attend d'une mangaka comme Wataru Yoshizumi, un titre tartine et chocolat. De l'amour, de l'amour et puis... encore de l'amour. Ben ouais, on ne change pas une recette qui marche (quitte à faire une crise de foie). Ce manga se centre donc uniquement sur les amourettes de l'héroïne et en supplément survole celles des personnages secondaires. Bref, une fois de plus, on a l'impression que l'épanouissement d'une adolescente ne passe que par une seule chose : l'amour. Et comme le public féminin raffole de ce genre d'histoires, cette impression se confirme. Néanmoins, avec Random Walk, la mangaka tente de se différencier un peu de Marmalade Boy, oubliant carrément les longueurs interminables sur le jeu de séduction et en allant plus directement dans le coeur du sujet. Certains trouveront le manga superficiel à cause de Yuka et de ses amourettes multiples alors que c'est justement cela qui apporte une touche de fraîcheur inattendue et une dimension réaliste à l'histoire. Tout en cassant au passage le mythe shôjo du "premier garçon c'est le bon", Random Walk fait sourire en jouant sur les tribulations amoureuses diverses de notre héroïne. Malgré tout, cela va un peu trop vite et on n'a pas le temps à s'attacher aux amoureux de Yuka que déjà, la relation est terminée. Les personnages ne sont pas vraiment creusés, et même si ils ne sont pas détestables, ils n'en sont pas marquants ou attachants. On remarque tout de même l'effort de l'auteur pour insérer un brin de psychologie mais qui reste encore au stade maternelle supérieure. Pas bien loin en somme. Et on constate aussi qu'en trois petits volumes, l'auteur réussit à ne pas faire de gros dégâts. Certes, on est loin d'avoir une petite perle en matière de shôjo mais il ne s'agit pas non plus d'un navet. En clair, Random Walk est peut-être l'oeuvre la mieux construite du catalogue Yoshizumi. Sans égaler les plus grands titres en matière de tribulations amoureuses, la mangaka arrive à faire de son Random Walk un cocktail rafraîchissant qui aère son panel déjà trop lourd de recettes écoeurantes. Et c'est tant mieux !

Niveau dessin, bah que dire ? C'est du Wataru Yoshizumi, avec tout ce que cela implique. Pour résumé, un style fluide et soigné mais un manque certain de personnalisation des protagonistes (ils se ressemblent tous à force) ainsi que beaucoup d'espaces vides (ce qui crée une impression de bâclage sur certaines pages à force). Néanmoins le tout reste assez homogène pour un dessin qui ce veut clair mais sans aucune prise de risque. L'édition de Glénat est elle aussi limpide niveau traduction, avec, comme toujours, toujours un souci de préserver l'édition originale voir de l'embellir un peu même.

Si l'on pouvait donner un petit conseil à Wataru Yoshizumi, c'est d'évoluer, tant au niveau du dessin qu'au niveau scénaristique. Et pour ce faire de changer de magazine d'édition et d'arrêter les histoires pour collégiennes shootées à l'eau de rose. Puis finalement de plier bagage et de passer à un public plus mature en choisissant un magazine de prépublication adapté comme Cookie (où est prépublié Nana d'Ai Yazawa par exemple). A moins que finalement, la ligne éditoriale n'est rien à voir avec le résultat final des oeuvres de cette mangaka, qui sait ?

A découvrir

Patlabor - Film 02

Partager cet article
A voir

Gothic Sports

A propos de l'auteur

8 commentaires

  • Anonyme

    23/07/2007 à 23h45

    Répondre

    Bonjours , je viens de découvrir cette magnifique série mais je me demandais combien de tomes il y a ? Je vous remercie d'avance pour vos réponses !

  • juro

    24/07/2007 à 00h16

    Répondre

    Réponse courte : 3

  • Anonyme

    31/10/2007 à 11h12

    Répondre

    non ! il n'y en a que deux !

  • Anonyme

    01/12/2007 à 09h46

    Répondre

    il y a 3 tomes a cette série


    je l'ai lu il y a quelque temps et ça m'a beaucoup plu


    c un manga plein d'humour pour les jeunes filles de préféréences plein d'émotion les dessins sont sympathiques. bref j'ai beaucoup aprécié

  • Anonyme

    07/04/2008 à 16h48

    Répondre

     ce manga est franchemen biien !!


     a liire !!


    il y en a combien a ce jour ? merci davance ! 

  • Kei

    07/04/2008 à 19h35

    Répondre

    3. C'est une série terminée.

  • Anonyme

    22/04/2008 à 20h28

    Répondre

    Je trouve qu'il est cool . Sans plus en clair .

  • Anonyme

    22/02/2009 à 13h55

    Répondre

    Salut a tous!!!!!!!!!!ce manga est génial.


    A lire d'urgence


    GROS BISOUS


     

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques