7.5/10

Regatta

Après le très moyen G. Gokudo Girl, Hidernori Hara nous revient dans un genre totalement différent et seul. Dans un registre sportif, le mangaka insère une comédie romantique selon les termes balisés par Mitsuru Adachi avec Regatta. Dans le monde de l'aviron, les gros bras musclés font la loi mais la psychologie joue aussi son rôle. Avec des vrais morceaux de sentiments et un grand sens de l'humour parvenant à faire un équilibre intéressant, le manga se révèle passionnant.

Régates

Regatta
Regatta
Makoto Ôsawa et Kenji Kurata sont des rivaux de longue date. Férus de sport, ils partagent la même passion pour l'aviron et depuis peu, pour la belle Misao Odagiri, la manager du club dans lequel ils sont désormais réunis. Tous les trois, ils nourrissent le rêve de participer aux Jeux Olympiques tandis que nos deux athlètes se battent pour le coeur de la jeune fille. Malheureusement, un accident tragique coûte la vie à Kenji et brise à jamais ce trio d'inséparables. Un an plus tard, le destin réunit de nouveau Makoto et Misao dans leur ancien club...

Lutter contre un mort pour l'amour d'une demoiselle, est-ce un combat perdu d'avance ? Par le biais de l'aviron et plus particulièrement de la catégorie deux de couple, le mangaka nous offre l'affrontement de Makoto contre lui-même, ses souvenirs et sa culpabilité. Une très grande partie du manga se déroule dans la course où les pensées du barreur surpuissant se bousculent dans sa tête avec le fantôme de Kenji revenant sans cesse. Passant par tous les stades des émotions entre découragement et rage de vaincre, le jeune homme va devoir repartir de zéro pour atteindre le rêve olympique qu'ils avaient en commun... mais avec une nouvelle équipe. Si l'aspect sportif apparaît déterminant, l'aspect de la comédie romantique est traité en pointillés avec une trame très « Adachi », soit beaucoup de non-dits et de regards parlants. La belle Misao complètera ce triangle amoureux fictif avec un coeur virevoltant entre passé et présent. La nostalgie joue terriblement bien son rôle et le mangaka mène habilement sa barque (hohoho).

Une histoire sans rame

Les thèmes empruntent énormément au shônen sportif de Mitsuru Adachi avec Touch en ligne de mire. Regatta explore avec simplicité le domaine et même si une partie de la trame se devine aisément, le grand final demeure bien difficile à cerner car le mangaka cache bien son jeu sur l'aspect romantique en ne dévoilant que des bribes peu explicites de son choix. Les regards se croisent, en disent long mais l'aspect adolescent de la relation et toutes les difficultés qui en découlent ressort comme un diable du fond de sa boîte. Si le traitement demeure déjà-vu, la qualité de la trame principale demeure bel et bien présente, à cent lieux de l'oeuvre précédente du mangaka.

Hiderno Hara ressert le trait apparu dans G. Gokudo Girl. Ses personnages émaciés contrastent avec l'aspect rondouillard de ses références. Les cheveux hirsutes des personnages gomment une partie du chara design. Malgré cela, les émotions sont palpables, évoquant un flot important de toutes les subtilités propres à la comédie romantique. Regatta s'en sort bien, surfe sur le bassin à grands coups de pelle et l'auteur se rachète de sa première oeuvre parue dans notre lange.

Le manga saura trouver son public dans la masse d'amateurs de la collection sans fin de Adachi disponible. Une bonne histoire bien mené, peut-être un poil prévisible à certains moments mais une bonne histoire dans l'ensemble, fait de Regatta une oeuvre sympathique à se mettre sous la dent.

A découvrir

Brave Story - le film

Partager cet article
A voir

Pink

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    21/06/2007 à 13h06

    Répondre

    Je suis assez d'accord avec la critique faite. Il faut reconnaître que le travail de préparation et de documantation a été extraordinairement bien fait. Je n'ai relevé aucune erreur dans les termes technique et dans les principes mécaniques. On comprend bien qu'avant d'être un sport de brute, c'est sport de finesse qui demande une rigueur irréprochable dans l'exécution du geste.


    De plus, les graphismes en ce qui concerne les bateaux et les avirons sont extraimement bien fait malgré les proportions pas toujours facile à réaliser.


    C'est vraiment un bel homage comme il y en a peu à ce magnifique sport.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques