8.5/10

Rookies

Masanori Morita fait partie de ces auteurs japonais dont les oeuvres ont été publiées dans le désordre (en France bien sûr). En général, après le franc succès d'une des dernières séries d'un auteur, les éditeurs publient alors les séries qui l'ont précédé, dans l'espoir que la notoriété acquise par l'auteur permette de vendre les premières oeuvres.
Et c'est exactement ce qu'il s'est passé avec Novices Rookies. Première oeuvre de Masanori Morita publiée en France, elle était en fait sa dernière série, et soit dit en passant, un des meilleurs manga qui soit.
D'un genre difficilement classable, il mélange humour, drame, un peu d'amour, sur fond de la vie d'un établissement scolaire japonais et de tournois scolaires de base-ball (sport numéro 1 au Japon).
On pourrait avoir envie de comparer Novices Rookies à GTO, publié à peu près à la même époque, mais ce serait faire une énorme erreur. Si le personnage principal est dans les deux cas un professeur confronté à des élèves voyous, ces deux mangas n'ont que cela en commun, car la manière d'aborder le sujet, le fond et la personnalité du professeur sont aux antipodes l'un de l'autre. Ce serait comme vouloir mettre dans la même catégorie Kenshin et l'Habitant de l'Infini.
Qu'est-ce qui fait alors l'excellence de Novices Rookies, si ce n'est pas un GTO numéro 2 ?


Un personnage principal ultra-gigantissimement génial

Rookies
Rookies
Décrocher la Lune, chercher une aiguille dans une botte de foins, compter les trèfles à trois feuilles dans une prairie, reconstituer un papier déchiré en mille morceaux, soulever une montagne, tout cela ressort de l'extrêmement difficile, voir de l'impossible pour une personne normalement constitué. Pas pour le dévoué Professeur Koichi Kawato.

Vous rêvez de vivre comme au XVIIIème siècle et de rétablir l'ordre des samouraï, vous voulez devenir basketteur alors que vous faîtes 1m60, vous voulez faire du tir à l'arc malgré votre cécité, votre entourage sera relativement dubitatif sur la réalisation de vos projets. Pas le dévoué Professeur Koichi Kawato.

Un élève se moque de son professeur, l'insulte, ou même tente de le frapper. Le professeur, en général, se fâche et fait réunir un Conseil de discipline. Pas le dévoué Professeur Koichi Kawato. Il demande à l'élève quel est son rêve car c'est bien sûr une question fondamentale dans la cadre de la très délicate et présente situation.

Décrire avec un ou des mots qui est le Professeur Kawato est tout bonnement impossible. Il faut le voir pour comprendre, pour être convaincu. Mais soyez sûr d'une chose : tôt ou tard vous serez convaincus, car personne n'échappe au très dévoué Professeur Kawato et c'est l'immense réussite, l'immense génie de ce manga. Tout le monde ne l'aime ou ne l'aimera pas, que ce soit les lecteurs ou les autres personnages du manga, mais ce héros gagne le respect de tous.

Totalement unique par ne serait-ce que son personnage principal fulgurant et déroutant, Rookies n'en est pas moins un excellent manga à de nombreux autres égards plus classiques.


Un très bon manga d'une manière générale

Très bon d'abord par ce que Rookies est doté d'une trame générale palpitante. Bien que la série soit divisée en deux phases très distinctes, la deuxième se déroulant pour la plus grande partie sur fond de match de base-ball, on dévore les vingt-quatre tomes du début jusqu'à la fin. La multitude des personnages (une quinzaine), la diversité de leur caractère, l'évolution de chacun, puis le suspense classique de match sportifs, rendent l'histoire réellement très attractive.

Ainsi, sur la quinzaine de personnages, aucun ne se ressemble, chacun possède ses spécificités et l'auteur prend le temps, à un moment ou à un autre du manga, de focaliser particulièrement le scénario sur eux et de développer ainsi le travail sur leur personnalité. On apprécie également que, presque jusqu'à la fin, de nouveaux personnages viennent redynamiser sans cesse le manga. Ces vilains garçons sont même d'autant plus intéressants qu'ils évoluent sans pour autant changer : tout en restant eux-mêmes, ils finissent par se racheter et exprimer le meilleur de ce qu'ils sont, et c'est fait de façon si subtil et progressive qu'on n'a jamais l'impression de tomber dans du non-réalisme idiot façon happy end.

De deux, une véritable âme du sport transparaît dans Rookies. L'acharnement à l'entraînement, l'esprit d'équipe, la sublimation de soi au cours d'un match, la rage de vaincre, le contrôle de soi, tous ces ingrédients indispensables à un sportif digne de ce nom sont mis en valeur par Masanori Morita, au point qu'on en vient à se demander s'il n'a pas pratiqué lui-même de sport en compéttion...

Enfin, Les graphismes sont une autre particularité de qualité de Rookies. Sortant des habituelles caractéristiques des dessins de manga (nez pointus, yeux parfois trop grands, formes de visages identiques pour tous les personnages avec comme seule variante la coiffure), Masanori Morita nous offre des planches graphiques très différentes et originales.

Ce style unique par rapport aux autres auteurs pourra dérouter certains lecteurs car tous les goûts sont dans la nature, mais cette originalité méritait d'être signalée, d'autant que les dessins sont de surcroît travaillés et loin d'être bâclés.


Conclusion

Rookies n'est pas qu'un manga très original, c'est avant tout un manga déroulant le tapis rouge aux passions et aux rêves inscrits tout au fond de nos coeurs. Rookies interpelle, donne à réfléchir et on n'est plus tout à fait le ou la même une fois qu'on l'a lu. Amis lecteurs, prenez garde à l'électrocution. Les seuls qui seront immunisés sont les passionné(e)s.

Attention : la connaissance des règles de base du base-ball s'avère indispensable pour savourer pleinement l'intensité de l'histoire.

A découvrir

Paprika

Partager cet article
A voir

Détenu 042

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • Anonyme

    30/08/2007 à 23h26

    Répondre

    "Attention : la connaissance des règles de base du base-ball s'avère
    indispensable pour savourer pleinement l'intensité de l'histoire."


    N'importe quoi toi. Je connaissais rien au base-ball avant de voir cette série et je l'ai fini en sachant les bases de ce sport, car elles sont expliquées dans ce manga.

  • Anonyme

    05/08/2008 à 02h41

    Répondre

    LE manga culte qui arrive a faire passer des emotions!!
    un vrai regale a lire et relire!!
    kawato je t aime!!!!!!!

  • Anonyme

    15/09/2008 à 21h14

    Répondre

    J'ai adorer ce manga!! j'avoue avoir vu le drama en episode en premier mais le manga est bien mieux!! plus d'histoire!! les personnages bien travailler!!


    Dans le drama je preferer shinjo mais le manga ma fait adorer aniya et ces mimiques!! son attitude!


     


    vraiment excellent!!!

  • Anonyme

    22/08/2010 à 01h27

    Répondre

    Je connais rien au baseball, mais j'aime les mangas de sport avec des petits cons égoistes bourrés de testostérone.


     Ca doit être mon manga de sport préféré avec Slam Dunk, sauf que si j'adore Slam dunk pour ses matchs, j'adore Rookies pour ses personnages et son humour. Non seulement les personnages sont nombreux, mais ils sont aussi charismatiques les uns que les autres. Ils ont un caractère qui leur sont propres bien que de fortes similitudes, et surtout, des mimiques/grimaces à tomber par terre. 


    Comme "d'habitude", ce manga met l'accent sur la nécessité  d'avoir un objectif / Un rêve (Faites battre votre coeur avec un reve et votre avenir sera radieux!!), de travailler dur et de travailler -... un peu- en équipe tout en conservant un trèèèèèèès fort égo. Ces idées restent prédominantes mais étant donner que tout est traité avec beaucoup d'humour, ca passe extrèmement bien.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques