7/10

Sablier (Le)

Un shôjo chez Kana, cela peut être une bonne surprise. La preuve en est avec ce Sablier qu'on se plait à voir s'écouler...

Après le divorce de ses parents, An quitte Tokyo avec sa mère pour retourner vivre chez ses grands-parents. Elle éprouve beaucoup de mal à s'adapter à cette nouvelle vie dans un petit village enneigé et ce n'est pas sa rencontre avec Daigo, un garçon de son âge, qui changera cela... quoique ! Mais bientôt, un terrible événement éprouvera An... !

Le Sablier
Le Sablier
Le Sablier
se présente sous la forme d'un shôjo pas particulièrement admirable mais efficace. Immédiatement, le petit quelque chose supplémentaire saute aux yeux, d'abord de manière imperceptible puis en grattant, des références font leur apparition aussi diverses qu'inattendues : Fruits Basket pour l'esprit allant du drame à l'humour (mais avec une héroïne moins cruche), du gros shôjo qui tâche pour l'orchestration des événements. Hinako Ashihara imprime des sentiments touchants aux moments clés. Les fins de chapitre sonnent comme des appels à la débauche de sentiments, souvent juste mais aussi sans grande surprise ou tombant dans le sentimentalisme. Pour autant, Le Sablier arrive à créer un doute dans l'esprit du lecteur avec un protagoniste féminin évoluant avec le temps, chose relativement rare dans les univers figés des shôjos. Gagnant en maturité à travers les époques durant lesquelles on la suit, An montre un visage humain avec des réactions dont les mots sonnent vrais. Et c'est tout à l'honneur du titre. Même si les autres personnages apparaissent tous coincés dans des gros clichés propres au genre, chacun d'eux arrive à révéler une facette attachante, réelle. Le scénario y gagne forcément en potentiel évolutif, laissant apparaître les contours des oeuvres d'Aï Yazawa (Nana, Paradise Kiss).

Le trait se rapproche du graphisme de Yuu Watase avec des personnages dynamiques, plutôt travaillés et répondant forcément aux critères de mode avec un effort particulier apporté aux personnages à travers le design des tenues et de mises en pli au top. L'emballage graphique est plaisant même si l'aspect shôjo suinte de partout pour déboucher sur un résultat convaincant.

Le Sablier se révèle comme une très bonne pioche de Kana dans l'univers shôjo. Un bon point pour un titre qui parvient à présenter un équilibre scénaristique suffisamment stable parcouru sans être rebuté, certainement grâce au dessin.

Partager cet article
A voir

Skip Beat !

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Anonyme

    24/05/2008 à 21h15

    Répondre

    C'est un super manga j'en suis au tome 2 le 3 sors le 4 juillet ,et J'aodre le couple Daigo et An mais j'ai détester quand Fuji l'a embrasser

  • Anonyme

    30/03/2009 à 19h26

    Répondre

    Serieu..Se mangas, je l`ai lu et j`ai telement aimée ! Je veux direct les tomes suivant ^.^'


    Les personnages sont bien déssiné, et très attachants, en plus que c`est une histoir d`amour, il y a des moments drôles, les expressions des personnages me font bien rire defoit ^.^


    Bref, J`adore se mangas !

  • Anonyme

    10/06/2009 à 15h39

    Répondre

    ccccccccccccccc trop bien

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques