4.5/10

Saint Seiya Hadès - Inferno

La suite de la première partie de Saint Seiya Hadès s'est fait attendre pour arriver cet hiver sur les écrans nippons. Bien évidemment, les questions affluent : aura-t-on la même qualité que pour les précédents OAV ? Retrouvera-t-on la 3D plaisante ? Le changement quasi intégral d'équipe et la mise en retrait de Shingo Araki ne sera-t-elle pas préjudiciable à ce chapitre de l'enfer ? Si les doutes affluent, il semble se confirmer dès le visionnage des premiers épisodes qui pêche largement au point que l'ensemble ne laisse supposer qu'à un retour en arrière digne d'un film comme Les Guerriers d'Abel. La déception prime mais le mythe reste... à peine...

Oh, Champs Elysées...

Le scénario reprend à la fin des précédents OAV. Athéna est parti combattre Hadès dans le monde des morts, Seiya s'est lancé en chute libre à sa poursuite, les autres chevaliers de bronze s'apprêtent aussi à atteindre les rives du Styx alors que le sanctuaire s'écroule. Une nouvelle aventure commence dans un nouvel univers parmi lesquels résident les plus puissants des 108 spectres du dieu de l'Enfer. La confrontation s'annonce désavantagée (comme d'habitude) mais les chevaliers de bronze veulent prouver une nouvelle fois qu'ils ont les ressources nécessaires pour rester les protecteurs d'Athéna.

Pas d'événement scénaristique particulier à notre, l'oeuvre originale de Kurumada est adaptée telle quelle. A vrai dire, il aurait difficile de faire autrement. La mythologie grecque est, par conséquent, remise au goût du jour avec le monde des enfers, ses légendes, ses lieux, ses personnages-clés. Aucune surprise particulière pour le fervent lecteur du manga qui trouvera recracher le scénario à l'identique, Kurumada veillant tout de même au grain de ce côté-là. Le reste est une autre histoire...

Du sens commun, ce n'est pas par le scénario que Saint Seiya arrivera à sublimer les aventures des quatre increvables masochistes revêtant des armures. Le ton répétitif et défendant les valeurs du courage et de l'amitié typiquement shônen sont devenus lassantes au fil du temps. Mais alors, pourquoi regarder ce chapitre Inferno ? Le chapitre du sanctuaire avait été enthousiasmant par son côté technique et quelques révélations intéressantes sur l'historique du sanctuaire. L'incontestable point fort de cette première partie de la trilogie des OAV consacré à Hadès avait été son côté technique et en particulier sa 3D. Bizarrement, Inferno a tout perdu entre temps, de l'intérêt pour le scénario au chara design en passant par la technique. Imbuvable. Le retour en arrière est énorme et le changement tellement brutal qu'il en devient déstabilisant, déroutant. L'attente était grande, elle est forcément déçue côté technique car le manque de fonds ne pouvait laisser augurer des meilleurs auspices pour cette suite. Mais les explications du désinvestissement sont pourtant simples...

L'enfer, le vrai...

Après le succès du premier chapitre de l'Enfer, le studio Toei s'est lancé dans un nouveau film sur le chapitre inexploré face à Zeus avec Tenkai Hen : Ouverture. Le bide fut considérable. Du coup, le studio sent le vent tourner et préfère miser ses billes avec parcimonie, provoquant un changement considérable pour cette suite manquant cruellement de moyens financiers. Au retrait des mauvaises surprises, la mise en retrait (voire à l'écart) de Shingo Araki au profit d'un ancien de la série, un changement de chara designer et de seiyuu, la disparition quasi intégrale des superbes plans en 3D et le scénario confié à un Yôsuke Kuroda capable du meilleur (Trigun) comme du pire (s-CRY-ed, Ring no Kakero). Au final, Inferno conserve juste les qualités inusables et basiques de la série, à savoir la définition de valeurs chevaleresques car même le rythme frénétique est en perte de vitesse. Dubitatif, le spectateur essayera de se consoler en cherchant à droite et à gauche mais c'est vraiment trop peu pour espérer obtenir une compensation suffisante. Le chara design rappelle vraiment trop désagréablement (par instants) les films de Saint Seiya, l'animation est correcte mais à cent lieux de celle du premier chapitre. Mince, très mince, trop mince...

Autre surprise, le générique mythique change au niveau de l'opening et de l'animation. Plutôt réussi mais Pegasus fantasy était devenu représentait tellement le symbole de l'adaptation animée qu'il est regrettable de le voir disparaître. Néanmoins, plutôt bon sans être exceptionnel, cette nouvelle introduction représente ce qui avait été voulue, une démarcation par rapport aux chapitres précédents. Quelques incohérences ou ellipses scénaristiques apparaissent avec entre autres Shiryu qui passe du statut d'aveugle à... plus aveugle en rentrant dans le monde des morts. Si le manga met le doigt dessus, les OAV oublie complètement l'explication.

Si vous ne connaissez pas le dénouement du manga de Kurumada, vous n'aurez peut-être plus jamais envie de le savoir tellement cette partie est décevante. En raison des changements importants dus aux inévitables répercussions commerciales du raté Tenkai Hen, Inferno ne brillera pas par sa sublimité mais plutôt par son incompétence. La dernière partie s'annonce mal, très mal...

Partager cet article
A voir

Mari Iyagi

A propos de l'auteur

5 commentaires

  • Anonyme

    21/08/2007 à 16h26

    Répondre

    Ca ne va pas la tête ? Je n'ai jamais vu une meilleure version de Saint Seiya avant Inferno ! La qualité est incroyable !


    Malheureusement, ce ne sera pas avec ça que les incohérences DA/Manga seront résolues... En plus, Hyoga avait retrouvé l'usage de son oeil dans le DA, mais pas dans le manga. Conséquence : il ne l'a pas dans Hades, ni dans le manga, ni dans le DA.


    Sans parler de ces histoires de Grand Pope...


    Il ne reste plus qu'une solution pour mettre un point final à ces incohérences : redessiner les trois premières saisons en faisant quelques modifs afin que ce soit VRAIMENT une adaptation du manga !

  • Anonyme

    24/09/2007 à 22h45

    Répondre

    J' ai rarement vu une critique aussi maladroite dans ses arguments. Le chapitre inferno s'avère l'un des plus interessant au niveau dessin, et le vrai visage d'hades et splendide. Certe ce qui est derangeant, c'est lors de l'arrivée des chevaliers d'or devant le mur des lamentations, ou ils repetent sans cesse leurs nom. Cependant Il faut bien une fin quand il y a un début, et cette fin la est plutot reussi comparé a d'autre mangas comme db gt, qui se sont totalement noyés ds le scenario et plein d autre encore.

  • Anonyme

    24/10/2007 à 14h06

    Répondre

    Inferno n'est pas pire que la première partie d'Hades pour les raisons citées. La 3D était à mon goût surutilisée dans la première partie, comme un gadget arboré fièrement. Quant aux voix japonaises, je n'ai honnêtement pas remarqué la différence, les nouveaux doubleurs étant tout aussi bons.


    Ce qui gâche vraiment Inferno (sans parler des défauts communs à toute la série), ce sont les 3 derniers épisodes. Un ramassis de flashbacks, de scènes répétitives et inutiles, tout ça pour détruire le mur des lamentations (qui porte bien ce nom pour les téléspectateurs) et pouvoir poursuivre la masochiste aux cheveux violets dans un autre endroit.


    Un aspect positif d'un point de vue scénaristique tout de même: l'auteur a trouvé une bonne excuse pour que les saints de bronze continuent seuls le combat sans les saints d'or.


    Inferno reste très acceptable pour les habitués de Saint Seiya. Quant aux autres, ils s'arrêteront aux défauts qui s'appliquent à toute la série.

  • Anonyme

    13/08/2009 à 15h03

    Répondre

    j'ai aime la premiere patie de hades, j'attend de voir la seconde.

  • Anonyme

    10/09/2011 à 19h09

    Répondre

    j'ai hâte qu'inferno sorte en français

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques