7/10

Saint Seiya - The Lost Canvas Chronicles T.1

Plongez au plus profond des souvenirs du Chevalier des Poissons ! Albafica, Chevalier des Poissons doit affronter son passé afin de se libérer de la terrible malédiction du sang empoisonné des Poissons. Le Grand Pope décide de l’envoyer en mission sur une île où vit un médecin capable de soigner toutes les maladies. Mais cette île renferme aussi une énorme puissance maléfique prête à déferler sur le monde…


Le froid Albafica.

Je ne sais pas si vous vous en souvenez mais la première apparition d'Albafica des Poissons dans The Lost Canvas mais son caractère ainsi que sa façon d'agir avait surpris plus d'un fan. En effet, tout le monde s'attendait à une copie d'Aphrodite (que peu de gens portent dans leur cœur) mais il n'en était rien. Shiori Teshirogi avait su réinventer un personnage avec du style et qui s'était tout de suite imposé comme un chevalier d'or indispensable. C'est probablement pour cette raison qu'elle a commencé son spin-off de The Lost Canvas avec ce dernier. 

D'un point de vue graphique, vous ne serez pas vraiment dépaysés puisque c'est exactement le même trait que celui de The Lost Canvas. Pas vraiment d'amélioration à signaler ni même de grosse surprise. C'est joli mais parfois un peu brouillon, en particulier lorsque les personnages utilisent des tourbillons pendant les combats, il est parfois un peu difficile de voir où vont les choses. 

L'idée, c'est d'en apprendre un peu plus sur ce chevalier solitaire qu'est Albafica et sur son sang empoisonné. On sait maintenant pourquoi il a cette particularité et en quoi elle lui est utile au quotidien (mais si, ça peut servir d'avoir du sang empoisonné !). Son voyage sur l'île des docteurs va ainsi lever le voile sur de nombreux mystères de son passé et nous permettre d'appréhender le personnage sous un tout nouvel angle. Le seul reproche que je ferais vis à vis de l'histoire, c'est qu'elle manque un peu de piquant. C'est bien de découvrir un personnage en détails mais j'ai trouvé qu'il manquait un petit côté épique pour que ça soit du grand Saint Seiya. Ici, on a l'impression qu'Albafica se débarasse très facilement de l'ennemi "final", un peu comme une simple mission de routine, sans but certain. 

Beaucoup plus agréable à lire que les derniers volumes de The Lost Canvas qui étaient tout juste moyens, Shiori Teshirogi nous prouve qu'elle a de la ressource et qu'elle est capable de faire du neuf avec du vieux. Sachant que chacun des douze volumes qui devraient composer la série pourra se lire comme un one-shot, l'auteur se laisse une marge de manoeuvre assez conséquente et de quoi nous proposer des histoires plus que sympathiques.

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques