5.5/10

Saint-Seiya - The Lost Canvas T.20

Après le combat d'Aspros et l'apparition du père de Tenma, c'est à Shion d'entrer en scène !


Shion, futur Grand Pope.
L'heure est aux règlements de compte entre Shion et une de ses anciennes connaissances : René de l'étoile de Balron. Le scribe voué à consigner l'histoire de l'humanité toute entière qui avait déjà repéré Shion lorsqu'il n'était encore qu'un enfant qui réparait les armures ne lui a pas pardonné de ne pas l'avoir suivi à l'époque... Dans le même temps, Regulus, Sasha et Tenma avancent en direction d'Alone et arrivent dans la troisième maison, celle de Kagaho. Après une tentative (ratée) d'Athéna pour le ramener à la lumière, Dokho arrive et prend le relai. Le combat qui oppose les deux hommes depuis le début de la série devrait être à la hauteur de nos espérances et la direction que prend le combat n'est pas sans rappeler le combat de Shiryu et de Shura dans la série originale. Qui vaincra : le tigre avide d'aider un homme dans la détresse ou l'homme qui a décidé d'abandonner toute humanité pour ne plus avoir à ressentir la douleur ?

Depuis le début, je suis partagé en lisant The Lost Canvas. Le graphisme apporte une nouvelle jeunesse à une série qui, (mal?)heureusement, suit souvent les grandes lignes de la précédente. Beaucoup de combats m'apparaissent comme des rediffusions de certains combats de la série originale. De plus, les lecteurs qui ont lu Saint Seiya connaissent déjà l'issue de cette guerre donc concrètement, les deux combats de ce tome ne sont pas très palpitants puisque l'on sait déjà qui va gagner. Pourtant, le début de la série offrait des nouveautés non négligeables et le traitement des chevaliers du Cancer et des Poissons était vraiment sympathique (Teshirogi a réussi l'exploit de faire apprécier les personnages les plus lamentables de la série originale quand même !). Cependant, l'introduction d'une tête pensante qui gère tout est plutôt réussie et les liens de parenté entre les personnages principaux s'avère étonnant, même pour le lecteur confirmé. Une lecture agréable donc, mais pas fantastique.

A découvrir

Kenichi T.24

Partager cet article
A voir

Btooom T.1

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

4 commentaires

  • Anonyme

    11/07/2008 à 17h35

    Répondre

    Il est un peux dur, de dire que Lost Canvas est inférieur a Saint Seiya G.



    Pour ma part je le trouve supérieur, d'un point de vue dessin. Quand au scénario je ne peux encore en discuter:



    Il est vrai que le scénario de Saint Seiya G sort des chemins battus. Mais Lost Canvas revient coller a l'ensemble de l'oeuvre.



    A lire les deux, mais faut s'accrocher pour apprécier G

  • Anonyme

    14/07/2008 à 01h13

    Répondre

    Bof bof, j'ai abandonné la série G à partir du tome 8. J'ai feuilleté celle ci et bof cela ne m'a même pas donné envi de l'acquérir.


     Voilà voilà.


    Aji

  • Anonyme

    06/08/2008 à 10h58

    Répondre

    Un peu pareil que James. Je trouve TLC supérieur à G, et de loin.


    G, j'ai  tenu un tome avant de laisser tomber (et encore, j'ai été au bout parce que j'avais PAYE pour ce truc, quand même). Alors que là... Ca me donne envie de me refaire des épisodes de l'anime ou encore de voir TLC adapté en anime *____*  


    Comme quoi les goûts et les couleurs... 

  • Anonyme

    21/12/2008 à 15h12

    Répondre

    Je suis une Fan des chevaliers Du Zodiaque depuis 4 ans et moi je dit que les Lost Canvas,les Saint Seiya G et la 1er saison(Sanctuaire,Asgard,Poseidon,...)Sont EXCEPTIONNEL!!!Les Lost Canvas sont bien fait et en plus,nous les fans on est au ANGES!!!^O^!!!Alors VIVE SAINT SEIYA!!!

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques