Les Sakka du mois d'avril 2014

Le mois en deux mots trois mouvements : du shônen classique, la fin d'une légende et un titre bien étrange.


Big Order 3 :
Eiji se rend à Hiroshima pour trouver un order capable de soigner sa soeur mais manque de pot pour lui, il se retrouve dans une panade sans nom… Alors qu'on s'attendait à un parcours plus ou moins lisse pour Eiji grâce à son pouvoir, ce tome va contredire toutes nos idées reçues sur la série. On connaît maintenant le nom de l'ennemi principal du Dazaifu (et donc du héros) mais on voit aussi la relation entre Rin et Eiji changer complètement à la fin du volume. Sakae Esuno fait jouer les rebondissements pour retourner complètement le cerveau du lecteur (chose qu'il faisait déjà dans Mirai Nikki mais de manière un peu moins poussée). Même si certains diront que ce ne sont que des petites pirouettes scénaristiques, elles restent très efficace et sont très bien mises en place. Alors oui, je sais que ça va faire court pour une critique mais commenter un volume charnière en spoilant serait presque criminel. Il ne vous reste plus qu'une chose à faire : vous ruer chez votre libraire et le lire !

 


L'Habitant de l'infini 30
:
Après l'excellente critique de Juro (http://manga.krinein.fr/habitant-infini-l-/), je me vois mal refaire une critique complète de ce monument du manga mais impossible de ne pas en reparler pour la fin. Paru le 5 mars, ce trentième tome (qui semble bien plus épais qu'un tome traditionnel) a conclu pour Hiroaki Samura une aventure longue de presque vingt ans (la prépublication s'est étalée de juin 1993 à décembre 2012 au Japon) et aura donné l'un des manga de samuraï les plus aboutis de notre époque (avec l'excellent Vagabond). Avec ses combats épiques, ses armes parfois effrayantes d'ingéniosité et son graphisme atypique (qui n'est pas sans rappeler les estampes japonaises), difficile de pas se laisser happer par les aventures de Manji. Alors qu'il met un point final à son histoire, l'auteur n'hésite pas à nous rappeler que l'histoire finit toujours à se répéter. 

 


Mangeons ! 1
 :
Cette nouvelle série (terminée en 4 tomes au Japon) de Sanko Takada doit être l'un des manga les plus étranges que j'ai pu lire ces dernières années. Dans ce titre, nous suivons une belle jeune femme qui apparaît dans la vie de gens tout ce qu'il y a de plus banal juste avant un repas. Avare en paroles mais pas quand il s'agit de manger, cette dernière disparaît sans laisser de traces si tôt le repas fini, comme pour nous rappeler que se nourrir est l'un de ces plaisirs éphémères dont un garde un souvenir très fort. Dessiné par une diététicienne de formation, on sent fortement sa passion pour la nourriture et même pour la nourriture saine puisque c'est ce qu'elle essaye de nous « vendre » pendant tout ce premier tome. Elle y parvient de deux manières : des dessins sublimes (quand elle se goinfre, elle a quand même l'air sacrément heureuse) qui présentent des aliments franchement alléchants mais aussi des petits « commentaires de santé » à la fin de chaque chapitre. Dans ces petites analyses, elle compare la teneur en calories, protides, lipides et légumes de chacun des « repas » abordés par rapport à la dose quotidienne recommandée pour un adulte. Avec son petit côté pédagogique assumé et son ambiance très particulière, Mangeons ! est une très jolie découverte chez Casterman/Sakka.

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques