8.5/10

Samidare T.1


Vous croyez qu'elle est inoffensive ?
Un volume 1 ? C'est parti pour une introduction !
Un jour, lors d'une matinée comme les autres, Yûhi Amamiya se réveille et voit sur son lit, devant lui, un lézard. Tout à coup, ce dernier se met à lui parler (et je cite...) "dans un japonais parfait". Il le supplie de l'aider à sauver le monde, menacé par les terribles Incantateurs. Pour cela, il doit protéger la princesse Samidare qui s'avère être... sa voisine, mais aussi la sœur d'une de ses profs de fac ! Ce à quoi le lézard (qui s'avère être le Chevalier-Lézard Lord Noi Crezent) ne s'attendait pas, c'est que Yûhi n'a pas la moindre intention d'être mêlé à ce genre d'histoire... Cependant, la rencontre entre l'ado et la princesse va changer sa façon de voir les choses. Si cette dernière veut protéger la Terre du marteau géant (le biscuit hammer) qui la menace, ce n'est pas pour la beauté du geste, non... Elle veut tout simplement la détruire elle-même ! C'est cette détermination qui fera vibrer Yûhi et lui donnera l'envie de la protéger (et non pas les demandes incessantes de notre chevalier-lézard). Autant dire que le combat contre les marionnettes de boue des Incantateurs sera semé d'embûches et que ce n'est sûrement pas demain la veille qu'ils arriveront sur le biscuit hammer !

Pourquoi Samidare se démarque des autres sorties ? Avec son fil rouge classique, archi-classique "un jeune homme qui doit sauver le monde", Samidare réussit à sortir des carcans habituels et à proposer une œuvre réellement originale. Le héros, d'abord, est complètement en décalage avec l'œuvre et il le dit lui-même : "Je n'ai jamais aimé les héros qui se laissent emporter par la fougue de leur interlocuteur dès le début du film". On est loin de la réaction exubérante d'un Seiji dans Midori Days quand il découvre la jeune fille sur son bras droit... Ce héros est aussi d'une faiblesse déconcertante et même son pouvoir reste moyen : il peut créer une sorte de boule qui lui permet des mouvements de télékinésie. L'atout puissance vient d'ailleurs puisque c'est la princesse Samidare qui possède des "muscles" à toute épreuve. Elle s'entraîne tous les jours pour pouvoir revendiquer ce qui lui appartient : la Terre. C'est elle qui s'occupe à chaque fois des marionnettes de boue en les atomisant en général d'un seul coup. On se retrouve donc avec un protecteur qui devient protégé et vice-versa. Lord Noi Crezent, le lézard étant censé guider le héros, ne sert complètement à rien. Yûhi ne l'écoute pas et passe son temps à essayer de l'éduquer en le pendant par la queue. Le graphisme très fin et assez vide m'a un peu fait penser à Yotsuba&! même si les thèmes des deux mangas n'ont strictement rien à voir. Il reste cependant très agréable et la lecture passe toute seule.

Le mot de la fin : Les éditions Ototo frappent fort avec ce premier gros titre. La traduction est de plutôt bonne facture et l'objet en lui même possède de bonnes dimensions (la prise en main est agréable et la police de caractère lisible facilement). Ce nouveau label est plutôt une bonne nouvelle pour un éditeur qui semble avoir envie de revenir à ses origines (Taifu avait sorti quelques bons titres shônen, shôjo et seinen avant de se "spécialiser" dans le Yaoi). En ce qui concerne les aventures de Yûhi et Samidare, on sait déjà qu'elles dureront 10 tomes, une taille plus que correcte pour ce genre de série. Affublée d'un humour décalé décapant, Samidare est une vraie bonne surprise alors que la série partait pourtant avec un sacré handicap : son fil rouge bateau (le sauvetage du monde) annoncé dès le départ par l'auteur ! Rendez-vous en avril chez votre libraire préféré(e) pour la découvrir !

A découvrir

Initial D T.17

Partager cet article
A voir

Undead T.1

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques