7/10

Samouraï Usagi

Adolescent de 15 ans, Gosuke a hérité du dôjo de son père, mort dans des circonstances embarrassantes : victime d'un malentendu stupide, il fut contraint au seppuku (hara-kiri). Portant le poids de cette tragédie, Gosuke est ainsi ballotté entre un profond manque de confiance en lui et le désir brûlant de laver l'humiliation paternelle. Heureusement, il peut compter sur le soutien moral de sa jeune épouse, Shino, une gamine obsédée par les lapins qui passe ses journées à confectionner des masques à leur effigie qu'elle vend ensuite. Grâce à elle, Gosuke va se découvrir un but : créer sa propre école de Kendô et surtout son propre style de combat, le style « usagi » (du lapin).

Samurai Usagi
Samurai Usagi
A ne pas confondre avec Usagi Yojimbo, Samouraï Usagi parle bien de samouraïs et de lapins mais la différence s'arrête là. La longue et difficile ascension d'un autodidacte dans le lancement de sa propre école d'apprentissage du sabre se trouve parsemé d'embûches. A tous les niveaux : conditions du samouraï, philosophie ou résolution des problèmes autour de sa personne, Gosuke se plie aux conventions, à son rang. Son rang exige une stature, un certain sens du sacrifice, allant totalement à l'encontre de ses préceptes. Pris en étau entre son devoir et ses désirs, c'est souvent sa jeune femme pleine de vie et insouciante qui lui apporte des réponses inattendues... Samouraï Usagi est à mi-chemin entre le shônen d'action gagesque et la comédie romantique. Si le premier thème domine, le second revient en permanence avec moult surprises faisant du titre sans prétention une lecture admissible. Le couple de personnages et les seconds rôles y sont pour beaucoup car dénotant pas mal avec l'époque. Le message passé à longueur de pages est répétitif mais passe chaque fois avec ferveur : ne pas se plier aux conventions et faire ce que bon te semble. Classique mais efficace.

Glénat a trouvé en Teppei Fukushima un mangaka avec un style se rapprochant plus du SD permanent que du style classique de shônen de samouraï. Par ailleurs, il ne faut pas vous attendre à des scènes de combats intenses, le titre étant beaucoup plus orienté humour qu'action. Ainsi les blagues (et les masques de lapin) se multiplient alors que les affrontements tournent le plus souvent au ridicule désiré. Pour nous faire rire. Mission assez réussie pour Gosuke.

Pas le shônen de l'année mais un titre simple et aisé à lire avec quelques sympathiques trouvailles. Pas mal mais on sent que le mangaka peut encore mieux faire. A suivre...

A découvrir

100% Doubt !!

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques