7/10

Samurai 7

remarque : remake

Les plus perspicaces d'entre vous auront sans doute remarqué que Samurai 7 n'est rien d'autre que la traduction dans la langue de Shakespeare des 7 samouraïs. Ceux qui connaissent un peu le cinéma japonais savent qu'il s'agit du nom d'un film de Kurosawa, dont on connait surtout le remake américain, qui nous est parvenu sous le nom des 7 Mercenaires. Samourai 7, ce n'est rien de plus qu'un remake du film de Kurosawa, version anime en 26 épisodes. Et comme dans tous les remakes, si on a vu l'une ou l'autres des versions existantes, on connaît déjà le gros de la trame du scénario. Cet anime ne fait pas exception à la règle, et on s'amuse à tenter de repérer qui va être qui.

Kana est un petit village paysan en plein campagne. Tous les habitants sont des cultivateurs, et mis à part certaines rancunes, tout serait pour le mieux dans le meilleurs des mondes si des bandits ne venaient pas régulièrement prendre de force toute la production du village, ainsi que des jeunes filles. Impuissants, les paysans chargent deux des leurs, la jeune prêtresse Kirara et Rikichi, un homme dont la femme à été enlevée, d'aller en ville recruter des samouraïs pour se débarrasser des bandits. Hélas, leur seule richesse étant un peu de riz, il va leur être difficile de trouver des personnes compétentes...

Classique, mais parsemé de bonne idées

Oui, on aurait pu trouver ce résumé dans la critique du film homonyme, mais c'est tout à fait logique, car ce qui change dans Samuraï 7, c'est l'univers, pas le scénario. Exit le Japon médiéval, bienvenue dans un Japon médiéval ! Cette phrase n'est pas totalement débile : l'action prend place dans un univers plus ou moins parallèle où le développement technologique est assez incroyable, on y croise des robots volants, des mechas et autres cyborgs, mais le système politique est lui resté féodal. De plus, le chara design rappelle plus Kenshin que Wonderful Days. Les bandits ont des vaisseaux, les hommes peuvent transférer leur âme dans un corps totalement mécanique, etc... Mais si les hommes maîtrisent le voyage dans les airs, les paysans en sont restés au stade éclairage à la bougie/agriculture manuelle. Ceci dit, la technologie est assez particulière : les bandits sont des machines dans lesquels sont incarnées des hommes, mais il n'y a pas du tout d'appareils pratiques comme un équivalent d'un frigo. Tout ce qui est technique a été conçu dans le seul but d'être utile pendant une guerre, pas pour simplifier la vie des gens, même celle des nobles. L'idée est plutôt bonne surtout qu'elle s'inscrit très bien dans l'univers (il y a eu une guerre terrible peu de temps avant). A l'instar de cette idée, on trouve dans Samurai 7 d'autres trouvailles qui renforcent la profondeur de l'univers.

Un peu trop shônen, malheureusement

Malheureusement, tout n'est pas blanc dans cet anime. D'abord on remarquera les prouesses physiques des personnages, exceptionnelles. Mais après un anime comme Kenshin, ils font figure d'handicapés, donc au final les bonds s'expliquent par le fait que Samurai 7 reste un shônen. Par contre, et c'est plus gênant, les sabres des samouraïs ressemblent plus à des sabres lasers qu'a de vrais sabres dans le sens où ils coupent tout et n'importe quoi. Le n'importe quoi est surtout atteint lorsque les héros découpent des bandits, qui sont approximativement un million de fois plus gros qu'eux (et je pense compter un peu juste), sans aucun problème avec une lame de 1 mètre maximum. Le problème, c'est qu'entre ça et quelques autres incohérences, cela devient dérangeant et fait perdre le crédit gagné grâce aux bonnes idées mentionnées plus haut.

Et sauvé par une réalisation de qualité

Pour finir, on ne peut pas évoquer Samurai 7 sans parler de sa réalisation technique : il s'agit tout de même du premier anime réalisé en HD. Non, pas en Hyper Déformé, mais en Haute Définition. Et cela se sent : c'est beau. On n'arrive pas au niveau de Macross Zero, mais techniquement il n'y a rien a reprocher à cette série. Il faut dire que chaque épisode a coûté 300,000 dollars soit plus du double du prix habituel pour un anime non HD.

Au final, Samurai 7 c'est un anime très correct qui ne restera pas dans les mémoires, mais qui vous fera passer un bon moment. Et au vu de la quantité d'anime de qualité plus que médiocre, c'est déjà pas mal.

A découvrir

Gals !

Partager cet article

A propos de l'auteur

    1 commentaires

    • poyo

      23/10/2005 à 14h06

      Répondre

      L'anime n'a pas su obtenir mon adhésion, l'histoire est vraiment moyenne. Le passage du film à la série a obligé les scénaristes à mettre en scène un univers plus ou moins coherent, (par exemple dans un univers rempli de mecha, voir que la principale ressource est le riz, c'est vraiment peu crédible) et à rallonger de manière très peu originale l'histoire de Kurosawa.
      D'un point de vue technique, le premier eps est vraiment impressionnant mais cela se dégrade très vite pour tomber dans une réalisation beaucoup plus banale (pour exemple l'eps 7 qui a été complètement baclé).
      Si on résume une histoire moyenne associé un graphisme tout juste correct, on est loin du chef d'oeuvre de kurosawa. Si vous cherchez une adaption réussi d'un film de Kurosawa en série anime matez plutôt Kaze no Yojimbo.

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

    Rubriques