6/10

Santetsu - Le train sifflera trois fois !


Ho hisse !
11 mars 2011. À l'heure de la surmédiatisation, à une époque où tout un chacun dispose d'un téléphone permettant de prendre des photos et des vidéos, la planète découvre avec horreur et quasiment en direct les images d'un Japon ravagé par le tremblement de terre le plus meurtrier de son histoire moderne, suivi d'un tsunami destructeur. Au-delà de la grande Histoire, que tous ont vue, ce moment a révélé aussi le courage des hommes, leur capacité à se fédérer face à l'inéluctable, et cette volonté farouche typiquement japonaise de ne jamais cesser de reconstruire ce qui fut détruit, de toujours remporter cette ultime victoire face à un destin implacable.

Glénat continue à s'intéresser au tremblement de terre et au tsunami du 11 mars 2011 qui a secoué tout le Japon. L'ouvrage en lui-même est plutôt joli mais le trait à l'intérieur est un peu moins bon. Auteur inconnu chez nous, Koji Yoshimoto tente de nous décrire les événements avec un dessin un peu rondelet qui n'est pas super super joli (il fait très viellot mais pas dans le bon sens) mais qui remplit son rôle. Les émotions des personnages sont plutôt bien retranscrites et on voit bien l'effort fourni par les travailleurs de la Santetsu pour remettre leur ligne en marche le plus rapidement possible. Une chose m'a un peu choqué (en tant que français et "adorateur" de la SNCF) : absolument tous les gens qui prennent le train semblent être amoureux de la compagnie qui les transporte. Difficile de faire plus caricatural et c'est un peu dommage puisque cela gâche un peu l'authenticité du témoignage (ou alors, la Santetsu est vraiment une ligne miraculeuse où tout le monde aime tout le monde mais ça paraît un peu irréaliste). 

On ne peut pas nier le travail de documentation de l'auteur qui a dû se rendre sur place et prendre pas mal de notes avant de réaliser ses planches. D'ailleurs, certaines cases reviennent dans plusieurs chapitres pour accentuer encore le pathos de la situation. L'historique de la Santetsu est aussi bienvenu puisqu'il nous permet d'en apprendre plus sur la compagnie et son histoire (même si ça n'explique pas cet engouement fou pour la compagnie). Certaines scènes sont d'ailleurs assez fortes (je pense en particulier à la scène des cadavres dans le gymnase qui n'a pas dû être facile à aborder pour l'auteur). 

Même si l'idée n'est pas mauvaise, l'exécution n'est pas terrible. Le graphisme un peu brouillon et les débordements de sentiments mal gérés font que c'est très difficile de vraiment rentrer dedans. Après, il ne faut pas lui enlever ses points positifs et l'idée derrière l'initiative est plus sympathique. Si vous voulez vous documenter un peu plus sur le sujet, l'ouvrage est pour vous. 

A découvrir

Roji! T.2

Partager cet article
A voir

Gantz T.35

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques