7/10

Saseum, I'm a deer

Le monde du manga/manhwa souffre d'un cruel manque d'originalité. Chaque mois, chaque année, voit la création et l'exportation de dizaines et centaines de nouvelles séries, toutes copiées les unes sur les autres, et dans cet amas de plagiat et de course au profit, les séries authentiques et réellement originales sont si rares. Et une chose est sûre, on ne reprochera pas à Saseum d'avoir pris ni ses idées ni son titre sur un autre manga ou manwha.
Saseum
Saseum
S'il est de notre devoir d'encourager toute créativité artistique sous quelque forme qu'elle se manifeste, force est de constater que dans le cas échéant, il y a matière à être décontenancé. En effet, le titre complet est assez parlant pour les anglophones (car Krinein s'attache aussi au développement intellectuel de ses lecteurs), mais il sera toujours bon de le préciser : Saseum est un manwha traitant des aventures d'une fille se prenant pour une biche (!!).

Il conviendra de préciser aux plus cyniques d'entre vous que l'histoire ne se déroule pas dans un asile psychiatrique, mais plutôt dans le merveilleux monde collégial coréen, que l'on commence à fort bien connaître à travers d'autres manwhas plus ou moins appréciables tels Kill Me Kiss Me ou Cashgirl.
Ria et son frère Rin ont toujours vécu ensemble et leurs déménagements incessants les ont rapprochés jusqu'au point où ils ne peuvent se passer l'un de l'autre. Pourtant, avec la rentrée au lycée viennent les rencontres et les premières histoires d'amour. Saseum raconte leur passage de l'enfance à l'adolescence, leur détachement progressif de l'un envers l'autre. Une idée très sympathique, permettant à Jo Eun-Ha d'aborder le sujet délicat de l'amour incestueux entre frère et soeur pour un style largement plus décontracté que Angel Sanctuary par exemple, référence en ce qui concerne ce thème dans le monde des mangas. A l'image de la publication manwha en général, c'est sur le ton de la légèreté qu'est traitée cette histoire, moult humour et gags débiles à la clé. Le tout dans une ambiance bon enfant, assurément mieux adaptée au divertissement haut en couleur qu'à un réel projet littéraire. C'est justement cette tendance à ne pas se prendre au sérieux qui rend Saseum assez pertinent, et peut être même plus intelligent qu'il n'en a l'air.

Il n'empêche que Saseum reste un manwha sentimental pour adolescents, rien de plus, et ce n'est pas le fait que Ria se prenne pour une biche qui aura une influence sur ce fait. C'est surtout la narration qui gagne pour le coup en originalité et en comique. De même, le style graphique très conventionnel de Chai Ahn-Na empêche le manwha de décoller vraiment, même s'il faut reconnaître que tout en étant respectueux de tout les codes faisant d'une oeuvre un manwha typique et digne de figurer dans la moyenne, il se révèle un tantinet mieux soigné que le norme.

Au final, I'm a Deer Saseum fait de l'originalité sa carte maîtresse, tout en restant profondément attaché à d'autres oeuvres du genre, mettant en scène des combats de gangs comme dans Kill Me Kiss Me, et des personnages découvrant l'amour après l'avoir ignoré des années durant, à la Cashgirl. Une oeuvre simplement rafraîchissante et agréable est le résultat de ce métissage, dans la lignée des oeuvres coréennes du moment.

A découvrir

MÄR - le manga

Partager cet article
A voir

Leviathan

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques