8/10

Serial Experiments Lain

Il fut rarement abordé le cas des animés japonais dans ces pages, mis à part quelques titres tels que Princesse Mononoké, Le Voyage de Chihiro, ou Réincarnations Please Save My Earth. Serial Experiment Lain représente un des ovnis de cet art si spécial, une série de 13 épisodes diffusée au Japon pour la première fois en 1998, et arrivant enfin dans les bacs à DVD français (enfin presque, à l'heure où j'écris, le dernier n'a toujours pas pris l'avion).
Chisa Yomoda, une jeune lycéenne de 14 ans, se donne la mort en sautant d'un immeuble. Pourtant, quelques jours après, ses camarades de classes reçoivent encore des mails d'elle. Intriguée, Lain Iwakura, également lycéenne, rebranche son vieux navi de bambin (un chtit ordi rouge avec un gros bouton jaune) et s'aperçoit qu'elle a également reçu un mail de Chisa, mais un message beaucoup plus précis : Elle continuerait à vivre hors de son corps, dans le Wired (une sorte d'Internet)...
Il est probable que dans ma quête de la vérité je dévoile quelques ficelles du scénario, alors prenez garde !
Il est difficile de décrire précisément le monde de Lain. Un mélange entre contemporain et futuriste par leur utilisation de l'informatique, semble-t-il. Surtout que, la majeure partie du temps, l'environnement de Lain est altéré par des réactions étranges, comme des déformations ou l'apparition de choses inexplicables. Inexplicable, voici un mot que je pourrai utiliser tout le long de cette critique. Car beaucoup de scènes très étranges ne se justifient qu'à posteriori, et encore plus ne se justifient pas du tout ! Dans ce sens, pas facile de faire le tri entre le délire psychotiques des auteurs (servant à illustrer la confusion du personnage principal) et les éléments importants du scénario. Pourtant, il va bien falloir la suivre dans le Wired pour avoir cette réponse de scrogneugneu qu'on attend : Mais qui est vraiment Lain.. ?
Si les derniers épisodes apportent des réponses presque précises à cette question, beaucoup d'autres restent en suspens. Ou tout du moins, on laisse du travail à notre imagination. Car Lain dispose d'une certaine profondeur philosophique, traitant de sujets assez rare dans l'animation, la condition d'existence des jeunes (liée au suicide), ou la place et l'influence de la technologie sur nos vies. Mais n'apporte finalement pas vraiment de réflexion, tellement le scénario s'embrouille de partout, déjà que l'on a bien du mal à suivre l'évolution du récit.
Plastiquement, on a déjà vu beaucoup mieux. Personnellement, je n'aime pas trop ce style complètement épuré de traits, laissant la part belle aux étendues colorées, au filtres numériques, et aux yeux globuleux (de Lain). En contrepartie, la musique se taille une belle part dans la réussite de l'oeuvre, notamment l'intro (un petit style Dido).
Serial Experiment Lain risque d'en laisser plus d'un perplexe, par la complexité de son scénario, et sa subtilité dans le sujet. Je ne saurais que trop conseiller aux potentiels amateurs de se les enfiler d'un trait, sous peine de se perdre rapidement dans le dédale qu'est le Wired de Lain.

A découvrir

Princesse Mononoké

Partager cet article

A propos de l'auteur

10 commentaires

  • camite

    09/08/2003 à 00h00

    Répondre

    Lain est une oeuvre d'une telle richesse et d'une telle complexité que chaque vision peut en donner une interprétation différente. Rebutant pour certains, le design très épuré de la série rend en tout cas les personnages terriblement attachants, à commencer évidemment par Lain, nouvelle égérie d'une génération acquise aux mondes virtuels et à la cyberculture. Dans ces domaines, Lain constitue à ce jour l'objet le plus convaincant et le plus définitif, tous médias confondus.

  • Anonyme

    05/06/2004 à 00h01

    Répondre

    tout simplement la meilleure série d'animation japonaise, visuellement magnifique, avec un sénario exceptionnel et des personnages troublants et attachants ( personne ne peut résister à la belle et douce sckizophrène lain ), Serial Experiment Lain est une vraie drogue, un concentré de poésie et de philosophie dont on ne peut décrocher un seul instant.

  • Jarvis

    02/12/2005 à 23h45

    Répondre

    J'ai pas tout compris, mais je suis à peu près sûr que ça valait le coup de regarder jusqu'au bout.

  • Tenshikurai

    03/12/2005 à 03h39

    Répondre

    Tout simplement génial comme l'est les ailes grises du même auteur

  • gouik

    09/12/2005 à 17h38

    Répondre

    diffusion du premier episode dans made in manga (w9).
    cet anime est genial, j'espere que c'est celui qui va etre diffusé sur la chaine, ca changera de dragon ball, yu yu hakucho et autres. j'ai aussi aime dans l'emission de w9 boogiepop phantom.

  • Anonyme

    28/08/2007 à 15h29

    Répondre

    Le must en matière d'anime. Indépassable. Les principaux thèmes abordés (la complexification du monde moderne par les medias et la difficulté à trouver sa place dans ce monde) sont traités avec un talent et une originalité visuels et sonores SANS PRECEDENT. Le top du top du nec plus ultra de l'anime, vivement recommandé ! Sauf aux plus jeunes, qui risquent fortement de passer à côté de l'intrigue tant celle-ci fait appel à des procédés scénarisitiques nécessitant une certaine sensibilité/maturité.


    Mise entre de bonnes mains, il s'agit là de l'anime la plus jouissive jamais faite ! 

  • JC

    28/08/2007 à 21h09

    Répondre

    Un chef d'oeuvre. Dieu bénisse Canal+ d'avoir diffusé ça. C'était tellement bon que j'ai arrêté de m'intéresser à l'animation japonaise après. Indépassable. On peut éventuellement retrouver une telle atmosphère dans certains livres d'Haruki Murakami pour ceux que ça intéresse (en moins technoïde quand même).



    Present time. Present day. Rire de dingue. J'en ai encore des frissons.

  • Bzhnono

    29/08/2007 à 09h58

    Répondre

    Je me suis mis sur la série après avoir lu la critique de Nicolas. Ce n'est d'ailleurs pas sans une certaine appréhension que j'ai mis les DVD dans mon lecteur.


    Au final S.E.L. est vraiment un expérience, un truc...inqualifiable. Je ne suis pas sur d'avoir compris ne serait-ce qu'un dixième du message tant le discours est riche, intéressant et profond. Tellement profond et riche que je comprend que pas mal de monde n'ait pas accroché. Faut réussir à rentrer dans cette atmosphère inquiétante, cet univers déjanté.


    J'avoue avoir été tenté d'arrêter à  deux ou trois reprises car Lain est un univers tellement barré que le spectateur a beaucoup de mal à se raccrocher à quelque chose de "réel" pour ne pas décrocher.


    Bref au final, à la fin du dernier épisode j'ai fait "PFOU" et "Wouhahou, vach, j'ai pas compris grand chose, mais qu'est-ce que c'est bon".


    Maintenant je suis en phase de préparation psychologique pour aborder Texnolyze et Ailes Grises qui sont du même créateur.

  • Veterini

    12/03/2008 à 19h23

    Répondre

    Bon, je viens de finir la série et je suis déçut. Pour une série qui s'appelle Lain, il n'y a pas un seul mouton ! C'est une honte !

  • Anonyme

    15/11/2008 à 17h17

    Répondre

    ah oui Serial Experiment Lain c'est LA serie la PLUS bizare que j'ai jamais vue !!!! tellement strange que rien qu'a la moitie du premier episode, où t'y comprend rien mais alors rien du tout, tu regarde ton ordi avec un regard de degenere mental puis apres t'a des envie de suicide ! MON DIEU ! c'etait ... fiouuuh vraiment trop strange c'est un veritable OVNI ! je connais des serie ou tu comprends que dalle au debut - okay - mais a la fin on t'explique là non ! C'EST DU NIMPORT NAWAK STYLE DU DEBUT A LA FIN !!! en plus c'est cet anime qui a reveiller en moi la "to-be-continuedophobie" parce qu'a la fin de CHAQUE episode y a un "to be continued" HORRIBLE. Sinon je peut pas dire que j'ai aimé ni que je n'ai pas aimé c'etait tout simplement SUPER STRANGE y a pas d'autre mots ! Ah et , le generique ou tu dit "un ptit air a Dido" c'est Duvet de BOA une superbe chanson !! voilà, j'ai plus grand chose a dire ... si ce n'est allez tous regarder ce "Truc" et dites nous ce que vous en pensez !

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques