4/10

Seven Swords (prélude)

Voici le fanbook non officiel (mais presque) du film de Tsui Hark. Sept histoires pour prolonger l'aventure en territoire chinois...

Tsui Hark a réalisé Seven Swords. Le collectif Daoda s'en est emparé pour imaginer un prélude. Mais au lieu de présenter un semblant de scénario, voici sept histoires courtes présentant chacun des guerriers et leur arme en l'espace de moins de dix pages. Court, extrêmement court. Surtout que chaque nouvelle est l'œuvre d'une manhuaji différent. On ne saurait trop quoi dire de cette œuvre à part qu'elle est contemplative mais aussi bien vide.

Sept histoires...

Seven Swords (prélude) (c) Xiao Pan
Seven Swords (prélude) (c) Xiao Pan
Nous sommes en Chine, au milieu du 17e siècle. La dynastie chinoise des Ming connaît ses derniers instants, sur fond de crise politique, économique et militaire. L'épée, l'arme noble par excellence à cette époque, est ainsi naturellement le symbole de l'arme chinoise traditionnelle. Ainsi, lorsque l'empereur décrète l'interdiction des arts martiaux, sept guerriers farouches vont s'unir pour vaincre le pouvoir en place en utilisant leur épée : Chimère, Infini, nimbe, Transcendance, Divinité, Firmament et Rédemption. Voici leur histoire avec leur possesseur, imaginée, telle qu'elle aurait pu être avant.

Sept vaillant guerriers, pas tous forcément défenseurs de la justice se côtoient dans cet album comme dans le film pour un résultat sensiblement différent. Ici, aucun lien entre les histoires, chacune étant totalement indépendante aussi bien d'un point de vue graphique que scénaristique. Le but de l'album ressemble vaguement à présenter les armes comme le parfait complément du guerrier à laquelle elle appartient. Mouais. On en arrive à se demander ce que représente cet ouvrage, une sorte de fan book pour les amateurs du film ou bien une volonté de se faire plaisir à placer quelques scènes d'action et des morales en pointillés sur quelques pages. Aucune réponse ne se dégage véritablement à la fin du manhua qui se termine comme il commence, sans émotion. Le lecteur reste passablement passif devant l'histoire de ces lames et guerriers qu'on entr'aperçoit sur une durée trop courte pour apprécier quoique ce soit.

Soit sept minutes

Bien sûr il y a le côté historique assez intéressant à découvrir. Cependant, est à peine évoqué pour donner une contenance au titre. Seven Swords (prélude) ennuie mais c'est un ennui relativement court car le défilement des scénarios déroule au triple galop. Tout réside dans l'action et, heureusement, une maîtrise graphique certaine, toutes en couleurs qui rappelle d'autres titres sortis chez Xiao Pan (Five Colors).

L'accroche de Xiao Pan suffisait à se faire une idée de la situation : « une nouvelle collection entièrement dédié aux maîtres de l'illustration »... Seven Swords (prélude) est un grand format superbement mis en valeur qui consiste plus à faire la promotion ou le lancement de jeunes auteurs sous un titre à succès comme celui-ci. A ce titre, adressons une mention spéciale à Jian Yi (Five Colors justement) Yan Kai (Histoires Courtes) et Song Yang (Wild Animals, Matous et Pingouins) pour les deux plus beaux coups de palette graphique. Pour compléter, le « fanbook » glorifie le film avec l'affiche de Benjamin (Orange) et de superbes illustrations des personnages. A voir plus qu'à lire, cela devient presque une habitude chez l'éditeur spécialiste du manhua.

C'est beau mais c'est terriblement creux. Presque à conserver comme un artbook mais aucunement comme un manhua à se mettre sous la dent. En bref, à ranger soigneusement pour le côté graphique ou à éviter à tout prix et pour grossir le tout, on se demande l'intérêt de l'éditeur à sortir un produit comme celui-ci. En cherchant bien... ah, non.

A découvrir

Lady Snowblood

Partager cet article
A voir

BB Project

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Anonyme

    27/02/2008 à 18h13

    Répondre

    tu es bien sévère ! on ne parle pas ici d'un ouvrage historique ou d'une étude rigoureuse de traditionnelles légendes chinoises ! les 3 préludes expliquent d'ailleurs bien la raison d'être de cette BD : elle est un élément du monde  "SEVEN SWORDS", elle n'est ni le résumé, ni l'illustration du film, elle existe par elle-même, conçue par des artistes aussi différents que complémentaires. C'est un point de vue subjectif, un point de détail particulier : chaque épée est unique et a sa propre histoire, sa destinée.


    Bien sûr, les dessins sont magnifiques; évidemment, ils se suffisent à eux-mêmes pour nous transporter au premier coup d'oeil dans les mondes féeriques de chacun des auteurs.


    La relative brieveté des différents contes ne me choque pas : ils sont si denses !


    Voilà ! moi je suis convaincue que cet ouvrage n'a pas vocation à décevoir, il nous introduit dans le monde chevaleresque des 7 épées....à chacun d'avancer plus avant sur le chemin qu'il nous trace ! 


     

  • juro

    27/02/2008 à 19h18

    Répondre

    Merci de ta réaction. Ca me semble quand même très surfait comme idée de départ de montrer des préludes qui ne font pas progresser beaucoup l'histoire. A mon sens, ce sont des éléments faits de bric et de broc, pas vraiment convaincant. Il ne faut pas se fier ux commentaires du début, ils n'auraient certainement pas dit le contraire pour vendre leur BD...


    On est d'accord sur les dessins pour la grande majorité. Et c'est, à mon avis, la seule raison valable d'y jeter un oeil...

  • Anonyme

    11/03/2008 à 15h33

    Répondre

    en fait, dans bande dessinée, il y a "dessinée"...alors il est évident que ceux là pèsent lourd dans le choix de l'achat de ce livre, mais je trouve tout de même que les histoires qu'ils content, ces fameux dessins, sont loin d'être dénués de toute consistance comme tu sembles le penser. certes, ce n'est pas du Hugo ou du Balzac....mais ce n'est pas non plus ce qu'on demande à une BD ! je ne suis peut être pas exigeante, je cherche juste dans mes lectures de l'évasion, du dépaysement, de l'imagination.....et là, j'ai aimé le voyage ! voilà, pour faire plus court, j'ai été enchantée de ma lecture, je me suis plongée un moment dans les légendes chinoises, ni trop, ni trop peu délayées..dommage que tu n'aies pas apprécié, mais après tout, le plaisir de lire n'est pas uniforme, heureusement ! car de toute façon, dans une vie, on n'a pas assez de temps pour lire tout ce qui s'édite....bonne continuation !

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques