7/10

Shikabane Hime T.10


Toujours aussi sexy !
Est-ce que l'histoire avance dans ce tome ?
Nous laissions nos moines aux prises avec Kâli, la déesse de la mort à la fin du volume précédent. Cette dernière s'est infiltrée un peu partout dans le repaire des moines pour une raison encore inconnue. Ayant tout le monde (ou presque) sous l'influence de ses illusions, Ôri et Makina sont les seuls à pouvoir retrouver le véritable corps de la déesse de la mort. Lorsqu'ils le trouvent, c'est avec l'aide de Kamika Todoroki, la plus puissante des Shikabane Hime, qu'ils vont la combattre. Cette dernière possède d'ailleurs une malédiction des plus efficaces !

Le dernier chapitre du volume est justement consacré à cette Shikabane Hime plus forte que les autres. On en apprend un peu plus sur ses motivations et sur sa transformation en Shikabane Hime...

Par rapport au tome précédent, ça donne quoi ? Ce tome est un peu plus dynamique que le précédent et j'avoue que je me suis un peu moins ennuyé à la lecture. Le combat final contre Kâli est plutôt pas mal et bien mené (avec une déferlante d'hémoglobine, il y a vraiment du sang à profusion). Le plus gros intérêt reste dans le petit twist scénaristique en fin de volume qui pique notre curiosité et nous pousse à vouloir lire la suite le plus rapidement possible (vu le rythme de sortie, ça ne devrait pas être possible avant Japan Expo ou même après).

Que peut-on attendre du prochain volume ? La malédiction ultime de Kâli va s'abattre sur les moines dans leur propre QG. Comment pourront-ils la contrer ? Ou plutôt, combien de sacrifices seront nécessaires avant qu'ils puissent faire quelque chose ? Il reste beaucoup de petites questions en suspend et l'auteur prend vraiment le temps de développer son histoire (même avec des gros chapitres de 40 pages, il réussit à être lent...).

Le mot de la fin : L'attente sera longue pour le onzième volume et même si on a l'impression que l'auteur est payé au litre de sang (non mais vraiment...), le dessin est toujours aussi joli (Akahito dessine les formes féminines aussi bien que l'hémoglobine, c'est vous dire !). Les petits flashbacks sur les Shikabane Hime sont toujours sympathiques et donnent plus de substances à ces personnages censés n'être que des amas de regrets. Une série qui réussit donc à rester constante, ça tombe bien, on ne lui en demande pas plus !

Partager cet article

A propos de l'auteur

Un peu fou mais passionné de manga depuis ma plus tendre enfance, je n'hésite pas à tester tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi en fait...).

1 commentaires

  • Blackburnes

    28/06/2011 à 13h52

    Répondre

    J'ai comme l'impression que l'animé doit être un poil meilleur ! Mais bonne news, je finis Bamboo Blade et le manga de Black Lagoon et je te donne mon avis http://manga.krinein.com/shikabane-hime-20348/critique-16361.html

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques