6.5/10

Shônen Shôjo

Un recueil d'histoires courtes réaliste signé par un mangaka plutôt habitué à la science-fiction.

Plus connu pour sa série de science-fiction explosive MI-8 Fukujin, Satoshi Fukushima a aussi connu le doux plaisir de pondre des histoires courtes avec une libre inspiration avec Shônen Shôjo. Explorant des destins qui vont basculer vers le tragique à cause d'un événement insoupçonné, ces différentes histoires ne semblent rien posséder d'autre en commun mais elles mettent à jour le talent d'écriture d'un mangaka qu'on croyait réduit aux joutes guerrières. Car croyez-le ou non mais Shônen Shôjo est un... seinen !

Destinée

Dans cette série à la construction singulière : on suit de manière éclatée les aventures de deux adolescents, Yoshiko et Gorô, en alternance avec des récits courts et sans liens entre eux. Des historiettes où se mêlent drames, humour et questionnements existentiels autour de la vie et de la mort. Laissez-vous entraîner dans un univers onirique tantôt réaliste, tantôt hors du commun et découvrez au travers de ces nouvelles un autre visage du manga moderne.

Que ce soit le quotidien de jeunes ados nippons innocents, de celui d'un garagiste sur la lune ou de Cosmic Panda Z, Fukushima a le don de pouvoir jouer avec son lecteur du tout au tout, éprouvant les émotions, définissant des contextes qui virent du comique au dramatique en passant par l'absurde en un instant, Shônen Shôjo attire toute sympathie très rapidement. La force de l'auteur consiste à partir d'une situation des plus banales pour la montrer sous un jour nouveau. Pourtant, le même problème demeure toujours pour ce genre de recueil, la qualité des histoires varie considérablement d'un titre à l'autre. Ainsi Open the Door ne débouche sur rien du tout et constitue une perte de temps à lire alors que l'on redemanderait des petites perles comme Amorce ou Grande Roue. Le must reste celle d'un panda galactique complètement déluré et martyrisant une famille japonaise, sourire décroché garanti.

Seinen seinen

Les enfants sont omniprésents dans ce Shônen Shôjo. S'ils ne sont pas toujours les héros, ils apportent une vision souvent ambivalente à celle des adultes qui se laissent trop souvent dominés par leurs émotions. Pour autant, difficile de voir une thématique claire se dégager du manga tellement les travaux de l'auteur sont divers et éparses. On pourrait presque prendre le titre pour un gigantesque fourre-tout des histoires courtes de la période jeune de l'auteur avant de trouver sa voie sur une série à plus long terme comme celle qui fait aujourd'hui sa renommée.

Fukushima apporte un trait très réalise au contenu scénaristique, reflétant souvent bien la dimension qu'il veut donner à son histoire. Comme à travers de Beaux Os, son trait s'emplit de noirceur ou avec Grande Roue avec lequel il décrit une Europe d'après guerre plus vraie que nature. ses personnages se font les porte-parole de son scénario, en plein accord avec les propos de l'auteur avec des bouilles travaillées et non stéréotypés dans un genre. Le découpage reste assez classique, les détails sont peu nombreux mais l'auteur compense par un bon travail de remplissage.

Soleil publie un bon Shônen Shôjo qui se veut plutôt être une oeuvre complémentaire à MI-8 Fukujin qu'un titre à part entière pour découvrir un auteur à suivre. Un recueil intéressant à placer dans la même catégorie que ceux d'Inio Asano, la dimension sociale en moins.
A découvrir

Love & Collage

Partager cet article
A voir

Pen Dragon

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques