4/10

Shoot !

Nouveau volet de notre thématique football dans la rubrique manga-anime, Shoot ! a le difficile privilège de succéder à Hungry Heart et l'Ecole des Champions. Autant le dire tout de suite, le manque de réputation joue en la défaveur de ce manga signé Tsukasa Ooshima (c'et le pseudonyme d'une mangaka). La question est : que peut-on attendre d'un manga ou d'un anime sur le football à part des scènes... sportives ? L'éternelle histoire d'amour entre le héros star de son sport et la demoiselle qui en est fan ? Les coups spéciaux à profusion ? Et pourquoi pas voir le Japon s'approcher à grands pas d'une victoire finale lors de la Coupe du Monde comme dans Captain Tsubasa... Non, les objectifs de Shoot ! sont bien plus modestes puisque ce sont seulement des matchs entre des équipes de lycéens qui comportent pourtant les autres éléments cités auparavant. Pas de quoi faire rêver à priori mais cela dit on peut relever deux ou trois intéressants dans cette oeuvre.

Comme des grecs au Portugal...

Shoot !
Shoot !
C'est le jour d'accueil au sein du lycée Kakegawa, les premières années découvrent leur nouveau bahut et pour s'occuper ils doivent s'inscrire dans un des multiples clubs que recèle le bâtiment selon leur choix de prédilection. Toshihiko Tanaka, banal première année au visage juvénil se laisse tenter par le club de football, un des plus forts du championnat lycéen qui compte des joueurs de haut rang tel que la star et capitaine de Kakegawa, Kubo, mais bien vite il va se rendre compte qu'il n'y pas de place dans le jeu pour lui et qu'il n'est pas prêt de pouvoir démontrer ce qu'il vaut. Relégué à faire la lessive, il gâche son talent car il était en fait une star du ballon rond au sein de son collège surnommé le « Maradona de Kakenishi Junior High School » avec ses amis Kenji et Kazuhiro. Pourtant, le co-capitaine Kamiya est bien obligé d'organiser un match amical entre les premières années et les membres actuels de l'équipe lors d'une fronde menée par Toshihiko. La seule chance à saisir pour Toshi est de réussir ce match amical pour prétendre à une place dans l'équipe des titulaires et pourquoi pas enchaîner par la suite jusqu'au titre national...

Les éléments propres au shônen de sport comme les techniques improbables, les blessures et les coups du sort sont présents, autant qu'un suspense de pacotille prévisible largement à l'avance mais Shoot ! est parfois surprenant avec une forte proportion à établir des scènes totalement désorientées du terrain. En effet, ici les matchs ne s'étalent pas sur plusieurs chapitres voire volumes, notamment les premiers volumes qui font la part belle à l'intrigue habituellement en fil rouge, à savoir l'histoire de coeur qui s'établit dans une sorte de trio amoureux entre Toshi et son ami Kenji le gardien devenu « furyo » pour les beaux yeux de Kazumi, nouvelle manager du club de football.

Passe à dix

L'esprit du manga est plus basé sur les différentes manières de pouvoir combiner le football avec la vie de lycéen de tout les jours dans les trois premiers volumes avant de passer véritablement à l'action par la suite. Les trois personnages principaux aux caractères opposés vont évoluer chacun dans une conception différente pour atteindre la spirale du succès. Le scénario est convenu d'avance et le seul mystère réside dans le fait de savoir pourquoi les deux anciens coéquipiers de Toshihiko ne veulent plus entendre parler de football. Les connaissances techniques, tactiques et en tout genre sur le foot sont présentes par petites touches au fil des chapitres qui s'accumulent et bien sûr les équipes et leurs leaders monstrueusement forts sont aussi de la partie. Les points où Shoot ! se démarque sont au nombre de deux : le premier propose de mettre plus en valeur l'équipe que des affrontements entre deux joueurs sur tout le terrain et le second est un réalisme footballistique plus proche de la vérité du terrain. Tout autant qu'ils soient, ces deux points ne doivent pas faire oublier que le manga reste extrêmement classique et le dernier but intervient rarement avant les trente dernières secondes, à croire que Zinedine Zidane s'en est inspiré...

Graphiquement, les personnages sont stéréotypés, les passages en SD sont plus qu'horribles mais drôles la plupart du temps, le remplissage inexistant mais un découpage ultra dynamique lors des scènes de matchs. L'ensemble n'est pas très bien dessiné et ce n'est pas le manque de variétés sur les visages et les émotions des personnages qui feront de Shoot ! un manga culte sur le thème du football. Néanmoins, dans le domaine du shônen de sport, il reste au même niveau que des productions comme Hungry Heart mais il est rendu différent car il ne propose qu'un scénario axé autour des matchs entre lycées.

Shoot ! a fait l'objet d'une adaptation télévisuelle avant de poursuivre sa carrière en manga sous trois autres séries du même sobriquet dont les échos laissent penser qu'elles ne sont pas de meilleure facture. Un manga de sport basique qui n'évoquera pas de grandes émotions supplémentaires par rapport aux autres séries du même genre.

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Chez Krinein Manga et animes, c'est la culture japonaise qui est mise à l'honneur grâce à des critiques de shonen, shojo et autres termes bien connus des vrais fans. Toi même tu sais.

Rubriques